Tennis : Fed coupe

tha2t

Roger Federer s’est permis de ne pas gagner sa troisième finale de Grand Chelem. Vexé, il s’est auto-sélectionné pour la Coupe Davis.
Pourtant le numéro 1 mondial ne s’inquiète pas. Il a tort, voici pourquoi.

Parce que c’était lui le plus fort

En finale contre Del Potro, Federer a commis une grosse erreur : ne pas se répéter que c’était une finale. Des occasions gâchées, des coups de merde sur les points décisifs, une supériorité foutue en l’air, un adversaire pas très bon qui reprend confiance, même Tsonga en a profité il n’y a pas si longtemps. Dans le deuxième set il rate des balles de break, dans le troisième aussi, dans la quatrième aussi. Dès que Del Potro breake, il revient. En regardant le score avant le cinquième set il croyait jouer Karlovic, il ne s’est pas méfié. Après la cinquième manche, il ne se méfiait d’ailleurs toujours pas.

Parce que Del Potro c’était Federer

Après avoir humilié Soderling, Djokovic, mais aussi Murray en conférence de presse, Federer était au top de sa forme. Arrogant, prétentieux, mais toujours plus sympa, il avait même traité Del Potro de finaliste avant la finale. Bien vu, ça a failli marcher sauf que l’Argentin est aussi persuadé d’être le meilleur. Gagner les deux derniers sets après avoir craqué dans le troisième : Murray a désormais la confirmation que ça peut se faire. Il a même fini par taper dans les mains des spectateurs en plein match après avoir mis Federer à deux mètres de la balle, un récital.

Parce que c’est pas bon de jouer tout seul

A force de ne pas avoir d’adversaire à sa mesure, Federer ne différencie plus l’entraînement, des matches. Surtout qu’avec les gamines, il ne dort plus mais la situation d’avant US Open n’exigeait pas d’être en forme. Personne ne l’a prévenu qu’un bon joueur était aussi dans le tableau, on ne lui avait parlé que de Murray ou Nadal blessé, en finale. Les journalistes les plus vicieux avaient même évoqué un Français sur son passage. Son dernier grand match remonte à Roddick en finale de Wimbledon, mais ça ne compte pas : l’autre a fait le match de sa vie. Le dernier adversaire à la mesure de Federer est un jeune espagnol originaire des Baléares qui, aux dernières nouvelles, aurait perdu ses genoux et ses pieds à force de se déguiser en taureau castré.

Pendant ce temps-là, Gasquet est la tête d’affiche à Metz et Chardy a un costume de Coupe Davis. Dominguez se marre, Forget est toujours là.

4 réflexions au sujet de « Tennis : Fed coupe »

  1. A l’Euro de basket, belle gestion du 2e tour quand même. Quel est l’intérêt de vouloir battre la Grèce dans un match Banania alors qu’on est déjà qualifié et qu’on sait que la meilleure équipe du plateau est à la peine dans l’autre poule et peut finir au mieux 4e ? Résultat, les grecs sont contents, c’est pas eux qui ont perdu contre l’Espagne.

  2. Statistiques: le taux de réussite de Federer en finales de Grand Chelem est de 71,40%. Ce qui est très loin des 100% d’Andres Gomes ou de Yannick Noah (le chanteur de daube anglo-africano-française).

    Coupe Davis: la France n’est pas à l’abri de se prendre une branlée.

    Message personnel: « Gael, si tu pouvais arrêter de te prendre pour ce que tu n’es pas! »

    Richard Gasquet: après plusieurs années infructueuses dans le tennis professionnel, il a signé une convention de reconversion avec le Pôle Emploi de Béziers et a débuté une carrière de Représentant de Commerce dans l’industrie cosmétique.

    Justine Hénin: alors que le Rocher bruisse à propos de son prochain retour (elle a tenté de faire un enfant mais a du renoncer, faute d’avoir trouvé un partenaire), la Belge a déclaré que le Massif de l’Ardenne lui manquait.

  3. gagner ou perdre contre les grecs n’aurait rien changé : les serbes qui jouaient après pouvaient choisir les quarts. Coïncidence, ils sont en finale, et la france meilleur 5° de tous les temps de l’euro, avec 1 seule défaite : contre le vainqueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *