France-Irlande : El Pipe de Oro

naze

A cause d’un souci technique indépendant de sa volonté, le Domenech show n’a pu diffuser sa fin surprise. Mais c’est bien terminé.

Tout le monde attendait les vérités samedi, mais l’avant-dernier épisode est toujours une merde, a priori sans rebondissement. Sauf que la victoire 1-0 en était un. Il fallait bien attendre ce mercredi pour voir la fin interdite du Domenech show, tout le monde s’est laissé endormir par une douce euphorie. Le début de semaine de préparation a été parfait, les Français disent regretter d’avoir à gérer ce 1-0 sans y croire, technique individuelle de St Ledger oblige. 1-0 et pas 2-0, rappelons-le, le plat du pied de Gignac à Dublin n’à rien à voir.

Chausse-Trap

Deux ans, quatre voire six pour certains, le travail de toute une carrière devait trouver son résultat ce soir pour Raymond. Lancer la rumeur Houiller pour le remplacer a un prix : il faut frapper plus fort. Le match aller a servi à ça, le précipice s’est éloigné en apparence mais aligner Escudé ou Squillaci, ça donne de l’élan. Deux ans à se faire critiquer sur le jeu, sur les choix tactiques, sur les leaders sabotés, sur ses foutages de gueule répétés, sur ses listes noires.

Et un match pour l’apothéose finale et totale : Gignac est titulaire, Benzema sur le banc et il ne s’échauffera jamais contrairement à Sissoko et Rémy. Gourcuff est sur la pelouse, pas Zidane, la France joue à 10. Govou et Malouda seront là pour jouer les héros, au cas où les jeunes stars françaises n’auraient ni le niveau ni le talent pour être décisifs. Sinon, les deux Diarra ne récupèrent pas un ballon, Lassana finit même par copier les passes d’Abidal. Lizarazu aura beau répéter mille fois que pourtant, « ils jouent tous la Ligue des Champions », Escalettes est toujours président de Fédé. Derrière, Gallas profite de l’occasion pour révéler son terrible secret : il n’a pas les épaules pour être un patron, c’était donc des épaulettes en polystyrène sous son maillot et il ne les a pas prises, une fois de plus. Heureusement, Squillaci est là, non c’est pas une vanne. France-Bulgarie n’est plus si lointain, le souvenir se rapproche et finalement, ce n’était pas un si mauvais match. La France est derrière son équipe, le public siffle, et Astorga s’étonne : « Tout le banc français est nerveux mais Raymond Domenech a l’air très tranquille. »

Thierry l’affront

Ce que les Irlandais n’ont pas prévu, c’est l’imprévisible. Avoir beaucoup d’occasions, ça ne leur arrive jamais, marquer deux buts c’est très rare, comment savoir ce qu’il faut faire ? Trois duels avec Lloris ne suffiront pas, le gardien français a beau être traité de Barthez, même Coupet aurait pu toucher la balle. La suite, c’est une prolongation de la peur pour l’Irlande qui a foutu en l’air toute seule sa qualification et c’est aussi l’arbitre qui arrête sa carrière en pleine prolongation. Henry s’appellerait presque Diego s’il savait encore dribbler, il ne sait plus que tricher, c’est toujours ça de plus que les autres. Gallas passait par là. De rage, Domenech félicitera les Irlandais et dira à Astorga qu’il n’a jamais eu peur. Astorga ne lui parlera pas du match. Escalettes peut se représenter.

Pendant ce temps-là Papy courage veut oublier ce match et s’en servir pour l’avenir. Alors on oublie ou pas ?  Pas gâteux du tout.

Vous avez posé vos questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Le Trap est-il le meilleur entraîneur ou un escroc ?

Difficile à dire. Domenech et Laurent Blanc n’ont pas le même avis.

Est-ce que Gignac a le niveau ?

Vous avez vu le match.

Gourcuff est-il entré en jeu trop tôt ?

Vous avez vu le match.

Quand même, à quoi a-t-il servi sur le terrain ?

C’est un vrai beau gosse.

Pourquoi la France n’a-t-elle pas pu mettre son jeu en place ?

Amusant.

C’était une vraie question. Vous pensez qu’il n’y a pas de jeu ?

Revoyez tous les matches.

Mais alors, qu’est-ce qui reste à une équipe à la dérive pour s’en sortir ?

Son gardien, le pied droit de Duff et l’arbitre.

Est-ce que ça servait à quelque chose de poser des questions ?

Non.

11 réflexions au sujet de « France-Irlande : El Pipe de Oro »

  1. Ce match résume à lui seul les valeurs qui sont celles du foot aujourd’hui. Mais j’aurais préféré que ça ne « tombe pas » sur Thierry Henry.
    Bonne Coupe du Monde…La seule consolation c’est qu’on sera sur les terres de Mandela. On se console comme on peut.

  2. Equipe de branques ! A. Diarra qui ne sais pas quoi faire avec un ballon, il doit même en avoir peur… Gignac horrible attaquant dont le nouveau maillot de l EDF met quelques bourlets en valeur… Gourcuff ne sert a rien, mais vraiment … il fait bosser les ramasseurs de balle, ok… Les montées de sagna sans commentaire. Aucun homogénéité dans le jeu. Des titulaires sur le banc…

    Arnaque !

  3. Henry à manqué une occasion unique d’entrer au panthéon du sport. Demander à l’arbitre d’invalider le but aurait valu tout les ballons d’or (qu’il n’aura jamais) du monde. Après la coupe Jules Rimet, il y aurait eu le trophée Thierry Henry. Dommage pour lui et le sport mais c’est symptomatique des enjeux qu’il y avait sur ce match. Quand le mieux est l’ennemi du bien, ça donne ça : une qualification entâché de honte.
    J’ai même pas envie de parler du match en lui même tellement cette équipe à été nulle. Et le pire, c’est que même l’irlande à été zéro, même pas capable de tuer le match, et ce ne sont pas les occasions qui ont manqué.
    Dernier point quand même, on à failli trouver un successeur à Ginola au palmares de « l’assassin auteur d’un crime contre l’équipe de france » (trophée crée par gérard houllier bien sûr), en la personne de lassana diarra, pour sa passe presque décicive à un irlandais, à la dernière minute du temps réglementaire.

  4. Ben voui, n’importe quel autre joueur aurait interpellé l’arbitre pour lui dire qu’il a fait main lors d’une action qui te qualifie directement pour la Coupe du Monde.
    Cocasse mais on en attendait pas moins d’un mec qui se nomme Worldcup (?!). Maradona n’est d’ailleurs pas entré dans le panthéon du sport auquel vous semblez tenir…
    Enfin la Lass’ comme vous l’appelez intervient sur un but ou ni Sagna ni Squillaci ne peuvent être incriminés. But qui nous éliminait c’est ça. Vous êtes sûrs ?

  5. En tout cas, on est en droit de s’attendre à mieux venant d’un mec qui se nomme Aimé. En ne m’enlèvera pas de la tête que sa joie après le but est indécente. Et puis, puisque la fin justifie les moyens, allons à la coupe du monde. Après tout ça fait plus de 2 ans qu’on joue comme des pieds à défaut de jouer correctement avec. Mais c’est vrai, suis-je bête, on préfère jouer avec les mains. En tout cas, pas sûr qu’on arrive à écarter l’espagne ce coup ci, après tout ils sont champions du monde de basket.
    La main de dieu elle, est indissociable du 2eme but de son auteur dans le même match. J’attends toujours le 2ème but d’Henry, mais aussi le 1er d’ailleurs.
    Et puis, rappelez moi à quel moment j’ai parlé d’un certain lass’. Je n’en ai pas le souvenir.

  6. Je précise quand même que Thierry Henry à toujours été un des mes joueurs préférés, et que je reste un grand supporter de l’EDF. Il faut croire que qui aime bien, chatie bien.

  7. Raymond Domenech a parfaitement mené son coup. Il a réussi grâce à son capitaine à faire oublier qu’il était possible de pondre une bouillie encore plus indigeste que samedi. Des défenseurs à la relance inexistante ou abominable, des milieux incapables de projeter une action vers l’avant et Gourcuff qui a donc 32 ans. Ceci dit, c’est dur à jouer à dix pendant 60 minutes ; même si c’est Govou qui entre, on a réussi à le distinguer le long de la ligne de touche. On a senti en effet une belle prise en main des joueurs et Alou Diarra n »avait pas la pétoche. Mais on n’demandait qu’à se qualifier.

  8. Superbe cadeau d’Henry : la qualif’, l’opportunité aux jeunes d’exploser, et surement une place sur le coté gauche. Ribéry est satisfait pourtant on aurait aimé degager raymond. Manque de peau, on préfère taper sur le professionnel que sur l’incompétent. Raymond, lui fera tout son possible pour perdre en finale, il a une éthique lui.

  9. Cela dit, je me demande si finalement toute cette histoire n’est pas ce qui pouvait arriver de mieux à l’EDF. En effet dans son histoire récente, disons depuis 1998, à chaque fois qu’on lui à accorder peu de crédit (surtout en 98 et 2006), elle a plutôt été surprenante. A l’inverse, lorsque tout le monde lui mangeait dans la main, à l’arrivée ce fut le fiasco total. Pas besoin de revenir sur le fameux périple asiatique du début du siècle. Donc, maintenant je m’interroge vraiment. Et si Domenech était finalement un génie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *