L’édito : Traille again

 radope

« 5-5 ce n’est pas de la Bundesliga ». Même Margotton l’a remarqué, pourtant Deschamps n’a toujours pas démissionné.

Santoro est soulagé, allez savoir pourquoi le Vestiaire aussi. Lièvremont pourrait l’être, mais après avoir tendu la main, voire le majeur à Bastareaud, il a lu et relu la liste de ses joueurs. Pas le moindre Sadourny, Sella ou Saint-André derrière,  pas de Benazzi ni de Betsen ou Califano devant. Pire, il n’y a même plus Galthié à la charnière. En 10, il n’y a personne, mais ça ne change pas trop de d’habitude. Mais n’allez pas croire que c’est une des générations les plus faibles de l’histoire du quinze de France, ou alors peut-être.

Romain empire

Romain Mesnil est lui aussi soulagé, de ne plus courir à poil. Mais alors qu’il pensait avoir dominé Lavillénie toute la saison à l’exception de la meilleure perf, c’est son cadet qui a été sacré athlète de l’année. Pourtant, le Courrier de l’Ouest est formel, ce dernier n’est ni champion de France, ni champion du monde, là où l’aîné a au moins eu la décence de finir dans les deux premiers. Les frères Lacheb se demandent s’ils auraient pas pu avoir l’ENA. Pour le reste, en cliquant dans la rubrique tous sports de lequipe.fr , il y a de l’equitation, de la voile et du hockey sur gazon : cet édito est donc terminé.

Pendant ce temps-là, le monstre de Laurent Blanc est toujours leader mais devient incontrôlable.

2 réflexions au sujet de « L’édito : Traille again »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *