Ligue 1, PSG : Le Parc des Pinces

pinlup

Investir, c’est bien, dépenser son peu de pognon n’importe comment, c’est moins bien. Connaître la limite est aussi complexe que d’épeler « Mevlut vaut 8 millions ».

La fameuse crise de novembre du PSG n’a pas fini de servir. Etendue au dix dernières années, elle voudrait dire que le PSG ne joue pas souvent le titre, étendue à octobre, elle voudrait dire que le PSG va jouer le maintien. Impensable aimerait penser Antoine Kombouaré, mais Sammy Traoré est présent et ponctuel tous les matins au Camp des Loges. Kombouaré commence à comprendre.

Coupet les vivres

En arrivant, on lui avait assuré, images à l’appui, que le PSG s’était imposé à Marseille l’an dernier avec quelques buts d’Hoarau. On lui avait aussi promis qu’Hoarau ne signerait nulle part, il n’avait pas compris que c’était une menace. Vendredi dernier à Marseille, son équipe n’a rien foutu, Coupet a essayé de plonger, notamment sur le premier but, mais ses rhumatismes le taraudent avec l’humidité. L’excuse Niang n’est pas valable cette fois puisque Ceara lui a piqué le ballon plusieurs fois. Kombouaré n’accepte pas de se faire marcher dessus et ça l’a énervé. Evidemment, c’est la première fois, la thèse de l’accident. Contre Nice ça n’avait rien à voir, il attendait simplement un autre match de son équipe. Et à la mi-temps de Boulogne en Coupe de la Ligue il aurait simplement aimé voir des professionnels sur le terrain et il n’avait fait que regretter le jeu décevant de ses joueurs malgré le nul miraculeux à Lorient.

Kanak pêche

Kombouaré croit en son équipe et il a raison, il avait à peu de choses près la même à Valenciennes qui s’est maintenu haut la main la saison dernière. VA est effectivement mieux classé cette année avec un ex-entraîneur de Ligue 2 qui a tout révolutionné, raison de plus pour que personne n’oublie la patte Kombouaré.

Le déplacement à Boulogne (18e) arrive bientôt et bonne nouvelle, le PSG a encore sept points d’avance. Ca pourra peut-être suffire pour arriver à la trêve. En août, Kombouaré avait déjà commencé le compte à rebours, on ne reparle pas de contrats Norwich Union pour Coupet et Makélélé. « A la trêve, avec le président, on pourra taper à la porte de l’actionnaire et lui dire : si on veut aller au bout de notre objectif, ce serait bien de se renforcer. » Patrick Vieira n’est jamais contre une bonne offre, Jean-Claude Darcheville contre une offre tout court.

Pendant ce temps-là, Papy Courage est très affecté. Pas gâteux du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *