Ping pong : Les trois vermeils du monde

legout

Le tennis de table français est frappé d’un étrange syndrome d’homonymie. Il y a quinze ans, les trois meilleurs portaient le même nom. Dynastie ou coma ?

La valeur n’attend pas le nombre des années. Emmanuel Lebesson l’a sûrement compris, lui qui a été sacré champion de France de tennis de table en mai, évidemment dans la plus stricte intimité puisque la finale était retransmise sur Sport +. A 21 ans, il aurait pu se demander ce que son adversaire en finale faisait en face, mais il n’y avait pas de quoi : Damien Eloi n’a que 40 ans et 11/4 11/8 11/5 11/3 ça laisse pas énormément de temps pour réfléchir. Pour l’anecdote, c’était beaucoup plus dur en demi-finale contre Patrick Chila, tout juste 40 ans, qui a gagné deux sets. Heureusement, Gatien a déclaré forfait au tout dernier moment, en 2004, 36 ans à peine après sa naissance.

La symphonie de Waldner

Chila, Eloi, les années 1969, et Christophe Legoût dans tout ça ? Quatre ans de moins, un quart de finale aux Europe 2009 et toujours ce plaisir à arpenter les salles pas si remplies que ça de Pro A avec l’équipe surprise du début de saison, Istres. Malgré sa grande expérience, il apprend encore, par exemple à perdre le dernier set du match décisif en foutant en l’air 5 balles de set. C’était à Angers, Wosik et Monteiro étaient vraiment très forts, mais ça ne change rien : Legoût est toujours n°1 français, pas d’inquiétude ce n’est que la 51e place européenne. Evidemment le numéro 2 est Damien Eloi (n°64 mondial), il joue à Chartres et a cumulé lui aussi pas mal de quarts de finale européen dans une obscure catégorie appelée « double ». Pas loin derrière, Patrick Chila (n°71). Levallois profite de sa grande forme : une demie en 1994 et surtout ce 16e de finale à Atlanta 96. D’ailleurs, lors de la 3e journée, Chila a battu Legoût. On en est à combien combien ?

Pendant ce temps-là, Jean-Michel Saive est toujours 24e meilleur joueur européen. Et s’il était né en 1969 et n°1 belge depuis 85 ?

3 réflexions au sujet de « Ping pong : Les trois vermeils du monde »

  1. Vous connaissez le tennis de table? J’en suis ébahi! Je pense que je serai le seul sur ce post, mais la France a tout de même une génération assez talentueuse qui arrive avec Robinot et Gauzy, tous les deux champions d’Europe en junior et cadet respectivement. Il y a toujours Mattenet qui continue sa route, et donc Lebesson ou Salifou dont je n’ai jamais été fan. Surement parce que j’ai battu le premier dans ma jeunesse. Ca fait de moi un champion de france?

  2. Tu te goures Bastos, tu seras pas le seul! Bon, j’avoue, c’est aussi un peu pour t’emmerder. Alors comme ça t’es une épée en tennis de table? Respect. Je vois rien d’autre à dire. Ah si, y’avait un joueur français, un vrai cador qui a gagné des vraies médailles. J’arrive pas à me souvenir de son nom à ce crétin. Non ça me revient pas. Tant pis.
    A part ça, y parait que le Vestiaire prépare des super sujets sur l’histoire olympique du skeleton, sur l’école de curling française et une biographie des grands champions hexagonaux oubliés. (y’a l’embarras du choix).
    J’en ai l’eau à la bouche.

  3. Comparer mon sport à du curling, je t’avouerais que j’hésite entre me sentir vexé ou t’approuver. Il y a des choix dans la vie que l’on ne peut pas forcément changer (comme l’allemand première langue), mais je m’égare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *