L’Edito : Le cimetière des éléphants

ivoire2

Avec 4 buts en 2 matches, Cavenaghi est l’avant-centre de ce début d’année. Benzema doit-il rejoindre Bordeaux ?

Le complexe de supériorité ne guette plus Federer depuis longtemps. En arriver à traiter Nadal de Hewitt, même Agathe Roussel en a froncé les sourcils. Elle aura l’occasion de le refaire en finale en dimanche. Par contre, le complexe guette l’équipe de France de hand, qui ressemble de plus en plus à Bordeaux. Invincible et humiliant, malgré Henrique, Bellion, Cavenaghi et Saivet. Lequel des deux ne sera pas champion d’Europe ?

Il guette Jean-Baptite Grange, qui va finir par se prendre pour Luc Alphand. Une médaille de bronze mondiale, rien aux JO et la Coupe du monde. A ce rythme, Lizeroux pourrait très bien se prendre pour Crétier et Déneriaz. Il guette la Côte d’Ivoire, favori de la Coupe du monde avant la CAN, au moins dans le coeur de Saccomano. C’est qui ce Kader Keita ? Et ce Hallilodzic ? Et ce Gervinho ?

Le ciel, les oiseaux et Kader

Il guette aussi Santiago Bernabeu. En quittant Lyon pour le Real, Benzema pensait trouver une grande équipe, il n’a trouvé qu’un grand joueur. Un type aussi décisif qu’il l’était à Lyon, mais lui ne l’est plus. Même Juninho était plus efficace que Kaka. En assurant le service minimum, à 50% de son niveau, c’est à dire sans les buts, Benzema a quand même reussi à se débarrasser d’Higuain, de Cristiano et de Van Nistelrooy. Du coup, il sera seul contre La Corogne si Pellegrini veut bien s’épargner Raul. Mais il risque d’en avoir vite assez de jouer avec des nuls.

Coach fétide

Il guette le spécialiste foot du Vestiaire.  Depuis 2007, il soutient que Ronaldinho a terminé sa carrière de grand joueur. Après sa grosse performance de la semaine dernière face au redoutable Sienne, il avait soutenu que contre une équipe de merde c’est plus facile, pareil pour la Juve. Sienne, une équipe faible ? La Juve, une équipe faible ? Qui peut oser avancer de tels arguments ? La suite, c’était l’Inter, hier soir. Le grand soir de Ronnie, la renaissance du phénix, l’aboutissement du génie. Allait-il encore nous gratifier d’un triplé voire d’un quadruplé à la Rooney ? Combien de penaltys, de reprises de volée en lucarne, ou même, soyons fou, de passes décisives agrémentées de ces petits gestes dont il a le secret ? 1-0 pour l’Inter, l’Inter à 10, 2-0 pour l’Inter, l’Inter à 9, penalty raté de Ronnie. Légendaire. Le Milan AC n’est pas catastrophiquement nul, Beckham est utile et Ronnie est bien de retour. Sur le terrain en tout cas. En l’absence récurrente d’Ibra et d’Henry, le Barça ne s’est imposé que 3-0.

Pendant ce temps-là, le nouveau Barça a chuté contre Ajaccio. Pardon, Stoke City. L’ancien a chuté contre Colmar. Pardon, Colmar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *