La Légende JO : Dessum chic

Ce jour-là, la sixième place de Nicolas Jean-Prost aurait dû alerter la DTN. Encore aurait-il fallu qu’il en existe une pour le saut à ski.

sky

Nous sommes le 22 janvier 1995. Depuis le lointain Japon, Nicolas Dessum se plante. Loin de lui l’envie d’imiter Sandra Laoura ou Karine Ruby, il est simplement le porte-drapeau de nombreux sportifs français. Sa première place à Sapporo, loin devant Janne sans Serge Ahonen, sur le grand tremplin, posa la question sur laquelle auront buté successivement Fontaine, Absalon, Estanguet, Martin, Poirée, Lincou ou Brandon Lee : dominer un sport majeur, ça sert à quoi ?

Chute libre

La réponse, il la donnera tout au long de sa carrière. Car à Sapporo, Dessum n’a que 18 ans. Cinquième de la Tournée des 4 Tremplins la même année, il rappellera au monde entier que Fabrice Guy, en son temps, sautait aussi avec succès, et que ça n’a empêché personne de l’oublier. Sa douzième place au classement général de la Coupe du Monde, un an après la quatorzième aux JO de Lillehammer et une deuxième chez les Juniors, annonçaient ces lendemains chantant dont le tennis tricolore est friand. Avec un BTS et une licence pro en six ans, Dessum est un digne héritier.

Une réflexion au sujet de « La Légende JO : Dessum chic »

  1. Hej, eh oui, mais au nordique, le français préfère la descente. Quand il aura fini le slalom, et cuvé, il n’y aura plus de sauteur en france, rien, che dale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *