H-Cup : Plus que Malzieu pour pleurer

bib

Erratum : Le Vestiaire est en mesure de confirmer, après enquête en Corrèze, qu’il existe bien une Coupe d’Europe de rugby.

Une demi-finale de H-Cup tient parfois à peu de choses, à ces petits détails qui font basculer un match. Trop longtemps victime de l’arbitrage, Clermont pensait enfin tenir sa chance cette saison, mais les quatre pénalités, la transformation et les trois drops ratés de Broke James en ont décidément autrement. Le rugby est décidément cruel au pays des volcans, et dire que le parrain du Vestiaire sacrifie chaque printemps ses deux jours de congés annuels pour monter à Paris.

Même nos amis du Midol, la plume chargée de compassion, n’ont pas trouvé les mots pour expliquer la déveine de l’ouvreur australien. C’est aussi sûrement un mauvais concours de circonstances si le buteur clermontois est passé depuis trois ans à travers tous les matches à enjeu de l’ASM et qu’il n’a trouvé son salut qu’en France après un début de carrière anonyme, comme ces basketteurs américains trop nuls pour la NBA.

Une bande de Connacht

L’exploit n’est donc pas passé loin pour Clermont face à la meilleure équipe d’Europe du monde, qui ne l’est pourtant plus vraiment depuis le départ de Contepomi et la retraite d’O’Driscoll. Les Auvergnats auraient dû coller quarante pions au Leinster, mais quand bien même Merceron est en rééducation sur la côte Atlantique, ils se confondent à s’y méprendre avec la mascotte de leur mécène pneumatique : sympathiques, rondouillards, mais vraiment mous du slip.

Le week-end européen a en tout cas confirmé le renouveau du rugby français. Le Vestiaire s’était peut-être inquiété un peu vite au lendemain des Six Nations : les trois-quarts tricolores peuvent aligner trois passes sans faire tomber le ballon et Malzieu sait bien courir. La Coupe Heineken est pleine de révélations. Lyon-Bordeaux a cette fois été gagné par Toulouse et sa nouvelle petite merveille, Yannick Jauzion. Le réservoir de talents est inépuisable dans la ville rose, qui n’est pas Paris, malgré ses maillots. Le centre toulousain est néanmoins soumis à forte concurrence avec la jeune pépite biarrote, Damien Traille, 31 ans. Lequel des deux gagnera le match pour la troisième place ?

Pendant ce temps-là, Mourad Boudjellal se demande bien comment se prononce Connacht.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *