La Légende : Lionel, la trempe Pioline

trampo

Au gymnase Eric Srecki de Levallois, Lionel Pioline a sa propre salle. Par contre, il ne figure pas dans le carnet d’adresses de Cédric.

Bercy en tremble encore. Le 18 octobre 1986, Surya Bonaly savoure pleinement sa septième place en tumbling. Un an après son titre de championne du monde junior, elle confirme déjà. L’instant de grâce se prépare. Lionel Pioline, déjà six fois champion de France dans un anonymat qui rendrait jaloux une bande d’alcooliques névrosés, ne sait pas qu’il atteint l’apogée de sa carrière. Il entre dans l’arène vide avec une ardeur d’acteur porno frustré. Grisé par la première interview de sa vie, accordé au magazine de la Fédé de gym, il tente et réussit un insensé « full full full », que même les frères Hanson n’auraient osé chanter.

L’inventeur du saut dit de « la marche à l’envers » aborde le second passage avec trois points d’avance. Déjà champion du monde individuel en 1984 et par équipes en 1982, il n’a plus rien à prouver pour sa dernière compétition. C’est pourquoi il ne prouve rien, en changeant son programme au dernier moment. Il s’assure le titre de justesse en la jouant « constipé ». Bouleversé, le grand Cédric lui rendra hommage sur tous les services de sa carrière.

Son sport lui est tellement reconnaissant qu’il est l’ambassadeur officiel des trampolines Kangui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *