Championnats d’Europe juniors :
Yannick la peau lisse

swim2

Jamais Le Vestiaire n’aurait pensé un jour perdre une matinée pour pondre un papier sur les championnats d’Europe juniors de natation. Il fallait pourtant bien rendre à Yannick Agnel l’hommage que sa précocité mérite.

Il s’était surtout distingué jusque-là par son goût pour les moule-bites et sa cage thoracique atrophiée. A 18 ans, un mois, une semaine et quelques heures, Yannick Agnel est rentré cette semaine dans une nouvelle dimension. Le grand blond au blanc bonnet écrase de tout son talent les championnats d’Europe juniors : quatre médailles d’or, déjà, et Dedieu sait où s’arrêtera la moisson.

Le petit prince de la natation française a surtout mis un sacré coup au record national du 400 mètres : 3’46’’26, c’est deux centièmes de mieux que la combinaison de Rostoucher et, à trois centièmes près, ce qu’il avait fallu à Ian Thorpe, en 1998, pour gagner son premier titre mondial seniors. A 15 ans et trois mois.

Les loups et l’Agnel

Mais Agnel n’est pas que le pubère précoce aux bras maigres que toute la France attendait depuis la grossesse de Manaudou : il a aussi décroché son bac S avec mention bien, une gageure à un âge où Ian Thorpe se contentait d’un titre olympique, en 3’40’’. La vie scolaire est une question de priorités.

Il faut pourtant le reconnaître, la comparaison est injuste. L’Australien nageait devant son public, à Sydney, quand le Niçois prend le risque d’aller jusqu’à Helsinki se frotter aux meilleurs juniors du continent. Il partage aussi avec la Torpille sa taille de chaussures et un goût prononcé pour le crawl : à quoi bon la polyvalence quand on a les relais pour doubler les médailles ?

Phelps pas le malin

Il y a aussi du Michael Phelps chez le Michael Phelps français, qui a battu Michael Phelps, en rattrapé, lors du dernier Open de Paris. L’Américain a d’ailleurs attendu ses 16 ans pour glaner son premier titre mondial, en 2001, sur 200 mètres papillon, et ses 18 pour en rajouter trois autres et cinq records du monde, à Barcelone, en 2003.

A part Bousquet et Bernard, qui n’ont compris que sur le tard les bienfaits des combis polyuréthanes et de la Ventoline, la natation n’est évidemment pas un sport où l’on éclot de bonne heure. Un sport dans lequel tout le monde est cramé à 25 ans après avoir inventorié deux fois par jour tous les carreaux du bassin. Une chance pour Esposito et Barnier : ils n’ont jamais su compter.

Une réflexion au sujet de « Championnats d’Europe juniors :
Yannick la peau lisse
 »

  1. C’est un article très vestiaire, bravo!

    Et comme d’habitude il y a plein de choses à en dire – et à redire.
    Commençons par ce qui est du « talent » du petit Agnel. Tout le monde n’a certes pas la chance d’être dopé à 12 ans et de se retrouver avec des pieds de géant pour pouvoir « faire le bruit du machine à laver » avec en finale du 400m (« sic » Grant Hackett qui n’a pourtant nagé que jusqu’à 30ans) ou encore d’arriver dans des disciplines où la (sous-)concurrence règne en maître des bassins aussi farouche qu’une Manaudou en mal d’amour (et de sous). Mais on ne dira pas que Thorpe était épuisé et obèse à 25 ans ou que Phelps en a marre des breloques dorées du 400/4 et autres 200pap et se reconvertit en nageur ligne 7 du 100NL – après tout on n’a pas battu Grant Hackett sur 200m et 400m pendant 5 ans pour rien ou écrasé Marin et consorts sur les disciplines reines de la natation mondiale sans en tirer une gloire intouchable. Mais on ne dira pas non plus qu’Agnel arrive après la période dorée des combis brillantes et glissantes (sonnantes et trébuchantes avez-vous dit?) – on n’ira pas non plus jusqu’à dire qu’à Nice (et ce malgré Christian Estrosi) on n’a pas les mêmes méthodes qu’à Perth et que malgré tout avoir une carrière qui dure reste aussi un gage de qualité.
    Au fait, quel était le dernier recordman du monde du 200pap pour quelques centimètres de vaise (glaise?) avant Phelps?

    Un lecteur-nageur bien intentionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *