France-Brésil : Qui virera Evra

Par Bob Ménard, le mercenaire.

Les karatékas appellent ça le « koko-zuki ». Le coup à la gorge. Et Patrice Evra qui n’a rien vu venir. Chantal Jouanno n’est pas seulement ministre des sports, elle a collectionné les titres UNSS de kata par équipe. L’Equipe justement n’a pas oublié ce qu’elle lui devait : « Indépendamment de leurs qualités » sportives, Chantal estime qu’un retour des bannis sud-africains de l’équipe de Franck de foot « serait inadmissible ». C’est vrai, après tout, et pourquoi ne les lapiderions-nous pas publiquement attachés aux poteaux du Parc des Princes ?

Pour Jouanno, « ce serait une énorme erreur d’oublier ce qui s’est passé « . Et tant pis si nos mutins de Knysna ont purgé leur suspension. « Je  suis certaine qu’il existe d’autres talents qui n’ont pas sali la France et qui attendent qu’on leur donne leur chance. » Dommage que Clichy ait loupé le voyage.

Platini bute, ni soumise

Hasard du calendrier international, l’UEFA a menacé la semaine dernière de retirer l’organisation de l’Euro 2012 à l’Ukraine si l’Etat ukrainien ne cessait pas rapidement son ingérence au sein de la Fédération nationale de football. Michel Platini enverra-t-il le même courrier à la nouvelle conseillère de Laurent Blanc ? Si la France perdait finalement le droit d’accueillir l’Euro 2016, Chantal Jouanno aurait peut-être le temps de se demander pourquoi Biarritz et Perpignan doivent organiser leur quart de finale de H-Cup en Espagne et pourquoi tout le monde se barre de la candidature d’Annecy aux JO 2018. C’est sûr, il vaut mieux tirer sur l’ambulance des Bleus. Comment dit-on démago en Japonais ?

Une réflexion au sujet de « France-Brésil : Qui virera Evra »

  1. Oui, elle était toute mignonne (enfin, vous me comprenez) ce week-end lors du protocole de remise des médailles et du trophée. En parallèle, sidérante interview d’Abidal dans le très légitime France Football qui empoisonne notre lecture une page sur deux avec son Ballon d’Or inutile.

    Lièvremont est Maso, on le savait, et c’est donc Traille qui jouera arrière. Lewsey se serait bien vu avec un chardon samedi. Il s’est d’ailleurs rapproché des lignes arrières ; on le voit immédiatement puisque Parra Trinh-Duc et Rougerie seront de la partie. Effarant.

    Mais avec des présidents comme Boudjelal, on peut être serein concernant la compétitivité du XV dans le futur. Penaud, l’a dit, Mayol se construit une histoire. Même après le match contre La Rochelle ?

    Rappelez votre pigiste rugby, Lièvremont mérite d’être accompagné vers sa dernière demeure. Si Camou pouvait s’y glisser avec lui au dernier moment, ce serait bénéfique. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *