Pour qu’Henson le Glas

Gavin Henson n’aura jamais réussi à faire oublier la rougeole de Clément Marienval dans les vestiaires toulonnais.

On aurait aimé vous parler du Top 14 et de son incroyable suspense dans la course aux play-offs, mais comme tous ceux qui ne lisent jamais le Midi Olympique au-dessus d’une ligne Bordeaux-Toulon, Le Vestiaire cherche encore à comprendre comment Castres et Montpellier peuvent bien jouer le titre cette saison.

Il se demande aussi comment Gavin Henson a pu être mis à pied par le RC Toulon pour être « sorti du cadre de vie établi dans son contrat ». Ca ne lui ressemble pas. Ce n’est sûrement pas le même joueur qui a fait l’objet d’une enquête de police, en décembre 2007, pour avoir pissé dans un train et insulté tout le wagon entre Londres et Swansea. Ce n’est pas lui non plus qui a été banni de la moitié des bars de Cardiff après avoir cassé une queue de billard sur un client le soir d’une défaite du pays de Galles dans le Tournoi des Six Nations 2009.

Beckham en peine

Non, Gavin c’est surtout celui qui déclarait en novembre 2007, un mois avant ses exploits ferroviaires, que la naissance de sa petite Ruby (sans G) avait fait de lui un homme neuf et qu’on ne le reprendrait plus jamais à finir « completely smashed » dans une voiture de police, comme il le raconte dans My Grand Slam Year, l’autobiographie qu’il a sortie pour ses 23 ans après qu’une pénalité de cinquante mètre et un pot de gel ont fait de lui l’égal de Thierry Henry et Rafael Nadal dans une pub pour Nike.

Le David Beckham du rugby gallois s’est depuis séparé de Charlotte Church, l’interprète inoubliable de Tissues and Issues (Mouchoirs et Problèmes). Il a passé plus de temps sur la piste de l’émission Strictly Come Dancing qu’à l’entraînement des Ospreys, mais Boudjellal, à qui on ne la fait pas, savait bien qu’il pouvait encore tirer quelque chose, en deux mois, d’un mec blessé qui n’avait pas joué un match depuis deux ans. Malheureusement, il n’a pas respecté « le code de conduite fixé par le club ». Ce n’est pas à son probable successeur sur les bords de la Rade, Mathieu Bastareaud, qu’une telle mésaventure arriverait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *