Chavanel : Le Mayo tricolore

La Quick Step est championne de France, et sans équipiers s’il vous plaît. Deux ans de travail récompensés.

Il y a trois ans, Le Vestiaire se demandait si Mimo était le surnom de quelqu’un d’intelligent. Un an plus tard, il signait en Hollande, trois ans plus tard il arrive sur le Tour avec du bleu, du blanc et du rouge, un bien Joly maillot. Voeckler n’est même pas jaloux. 

Dans un peloton dopé à 80%, Sylvain Chavanel étonne. Il arrive parfois à rivaliser avec les plus grosses chaudières et parvient même exceptionnellement à les accompagner dans les vingt derniers kilomètres. Mieux, il leur tient tête en contre-la-montre. Dopé, pas dopé ? Difficile à dire, mais là n’est pas la question. Son parcours global laisse penser qu’il est propre même si, ni Salanson, ni Moreni, ne peuvent témoigner de sa probité. Mais son niveau de réflexion peut faire imaginer le contraire. Avec une tactique un poil plus élaborée, il aurait pu empiler les bouquets et finir par ressembler à Jalabert. Jusqu’à parler de bétail ?

Le nouveau Chavanel, qui sait maintenant comment gagner, a choisi une autre voie royale dite « Virenque » : Patrick Lefévère. Que peut-il se passer dans la tête d’un coureur qui décide d’aller dans l’écurie Mapei-Quick Step ? Se dit-il que c’est une équipe qui a toujours eu beaucoup de résultats ou que c’est un élevage de drogués ? Les deux réponses attesteraient du génie de l’homme. L’un est un génie naïf qui excelle dans l’art abstrait, l’autre est un génie désespéré. Il y a une troisième voie, celle du « milieu », comme on dit dans le jargon. Le plus surprenant, c’est que cette décision coïncide avec l’éclosion du marmot. Lefévère avait donc jeté son dévolu sur un mulet compétitif qu’il savait pouvoir transformer en « pur-sang », comme on dit également dans le jargon.  Le haut-niveau, c’est aussi un entourage. Le sien est au choix, incompétent ou dedans jusqu’aux veines.

Maillot Amaridiot

Dans l’hypothèse où il serait le seul coureur propre du peloton, il peut difficilement espérer remporter un grand Tour. Par contre, Chavanel a appris à y briller, comme le Vestiaire l’avait prédit. Et pas seulement en attaquant tous les jours comme avant, mais plutôt en se comportant comme un leader, ce qu’il est apparement depuis un bon moment. Nous lui avions soufflé l’idée en 2008, il s’en était rendu compte sur la Vuelta : un chrono avec, et même devant, les meilleurs, des bonifs et le tour est joué. Enfin pas complêtement, il faut aussi faire quelques efforts dans la montagne, limiter la casse dans les jours sans et se reposer en plaine. C’est le b-a ba du vélo, lui n’a pas voulu le comprendre et a préféré flinguer le peu de carrière qu’il a eu et qu’il lui reste. Il déclarera sans doute prochainement qu’il se sent mieux avec une Flêche Brabançonne, une étape du Tour de France qu’avec un meilleur classement que Di Gregorio.

Pendant ce temps-là, les anciens coureurs se commandent des acides aminés. Mais ils n’en vendent pas. Consultant en dopage, c’est un métier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *