Bilan 2011 : Samba do Brahim

Après 2007, 2008, 2009 et 2010, le Vestiaire décerne pour la cinquième fois ses légendaires récompenses qui n’existeraient pas sans une rencontre un beau jour de septembre 2003 sur les bancs d’une école de journalisme entre une bande de jeunes loups affamés et un vieux machin d’1m90 qui ne savait pas trop pourquoi il était là vu qu’il aimait Marseille et Clermont, la banque et les assurances, Superman et la Résistance. Et bien sûr le journalisme mais uniquement celui des fascicules distribués par les entreprises communales pour une meilleure communication. Merci d’avoir voté sur equipe.vestiaire@yahoo.fr. Voici les Closefield de fer.



Gégé perdu

C’est une énorme sensation dans la galaxie Vestiaire : après deux ans de règne sans partage sur le royaume des commentaires, Gégé se retrouve déboulonné de son trône avec une violence qu’aurait sans doute goûtée Tony Vairelles, comme Marc Cécillon à l’heure du goûter. Victime de sa génération incapable de s’adapter aux technologies avancées de la V3 de son site de sport préféré, Gégé et ses 24 messages cède sa place à son plus fidèle challenger, notre plus ancien geek, l’incontournable Hulkmusclor avec 36 commentaires. Cependant Gégé pourra se consoler ailleurs que dans sa couche puisque son record de 65 appréciations semble intouchable. Mais ça ne donne pas un Closefield pour autant.

Cesari Maldini

Le Closefield de l’arnaque ne sera pas remis au rédacteur en chef du Vestiaire pour vous avoir resservi une bonne trentaine d’articles publiés déjà 2 voire 3 fois auparavant. Car début septembre, ce même rédacteur a eu la bonne idée de payer un webmaster pour donner une nouvelle jeunesse à www.le-vestiaire.net. Là où un BTS première année aurait travaillé 35 minutes, notre génie n’a toujours pas fini et il a toujours nos codes d’accès. Et Gégé a pris dix ans d’un coup.

Peyo ta barbe

Le Closefield de la meilleure série de reportages aurait logiquement dû aller à Roger Secrétin notre meilleur journaliste, la plume la plus talentueuse jamais vue dans ce métier, capable de battre le record de visites avec un simple « Bruits de Vestiaire« , 2 photos de pseudo sportives à poil, et une interview presque imaginaire. Il aurait pu aussi aller à Peyo Greenslip pour son traitement de la Coupe du Monde de rugby quasiment toujours en direct du pays de Marc Fenton, mais Hi Hat a su déceler sa trop grande mansuétude dans l’appréciation de l’arbitrage de l’impayable Mister Joubert. Alors c’est sans regret aucun que vous avez voté pour l’incroyable succession de papiers fabuleux de nos spécialistes athlé et judo en août dernier, le chômage a du bon, comprenne qui pourra.

Le Closefield du plagiat

Un nombre de courriels important nous est récemment parvenu pour se plaindre de la vulgarité naissante de certains de nos articles. Évidemment, ces fans de la première heure du Vestiaire ne se sont pas laissés prendre par la dérive sexuelle de notre site qui n’a jamais été notre fonds de commerce. Ainsi les articles les plus lus ne sont absolument pas des papiers accompagnées de photos de femmes nues :

3 /2009/03/bruits-20-vestiaire/
4 /2011/12/bruits-de-vestiaire-56/
5 /2008/02/football-ana-paula-oliveira-reprend-du-sevice/
6 /2011/09/bruits-de-vestiaire-55/

Pour aggraver notre cas, l’auteur des Bruits fait dans sa dernière mouture une référence aux mouchoirs de nos lecteurs. Vous trouvez ça très drôle mais êtes étonnés que nous fassions preuve de si peu d’originalité pour être obligé de copier ces génies de Bref et leurs références régulières à la masturbation. Mea culpa, le 28 décembre 2007 lorsque nous avons évoqué pour la première fois l’onanisme à coups de mouchoirs nous venions de nous taper l’intégrale de Bref. Et que dire des douze fois suivantes. Des génies.

Le Closefield de la prédiction

Décidément Hulkmusclor est à la noce : « Rendez-vous en 2011 avec Benzema ballon d’Or, Federer suivant la voie de Woods, Murray celle qu’elle indique son demi de mêlée, peut-être du rugby sur les écrans, Lièvremont entraineur de Bayonne (Marc, hein).
Projetons nous sur la victoire de Manchester en ligue des champions mais pas contre Zurich en finale. Émerveillons nous d’avance en imaginant le titre du LOSC en Ligue1, une équipe de France avec le talent de Rémy, la précision de Sagna et la seule présence de Payet.
Régalons nous devant un Top XIV toujours plus bordélique et et toujours moins intéressant. Restons circonspects en regardant O’gara en fauteuil roulant rester au dessus en H Cup. Trinh-Duc fait la moue, Carter et Cooper aussi.
Piaffons en attendant le retour de Thierry Bisounours, celui de Contador (ou pas), le huitième (re)tour d’Armstrong, les perfs de Kohl et Landis, les débilités des Schleck, la déchéance d’Ullrich dans Bild.
Réjouissons nous en voyant Bolt se lancer dans le foot, en prévision de sa promotion chez les Red Wings (Jamais d’articles de hockey, d’ailleurs. Je ne demande pas de base-ball, faut pas déconner, quand même).

Enfin, espérons que le pigiste de basket ne soit pas reconduit, que le stagiaire responsable de la natation et autres sports inutiles ne s’acquitte que de la préparation du café. »

Le Closefield de la vanne et du titre

C’était le 13 mars 2011, les hommes de Marc Lièvremont réalisaient l’exploit du millénaire en perdant contre l’Italie à Rome lors du Tournoi. En foot ça n’arrive pas souvent, mais en rugby jamais. C’est à la suite de ce match que Peyo Greenslip a sorti le papier, le titre et la vanne de l’année avec son fameux « Rome charrettes » conclu d’une très amicale référence à Fukushima accidenté deux jours avant. Si on voulait ne pas se fâcher avec notre spécialiste foot, on parlerait de son « Gâteau de Varsovie » bilan d’une saison de Requin Blanc avec une jolie référence au plus célèbre essai de l’histoire juste après la Bible, validée par son rédacteur en chef et la justice de notre pays.

Le Closefield SOS Racisme

Si les ITW imaginaires n’existaient pas, nous ne pourrions pas écrire et analyser certains événements extra-sportifs un peu sensibles comme quelques bonhommes qui voudraient trier des gens de couleurs selon leur origine, ou une bande de gitans qui s’entraîne au ball-trap devant une discothèque. Et pour la seule fois des Closefield 2011 il y aura des ex aequo: « Il faut plus de Laurent blancs » et « Un pétage de plomb. »

Le Closefield du scoop

Cette année les prévisions du Vestiaire ont été moins mises en valeur, nos journalistes ont été moins arrogants, ils ont moins écrit aussi, à commencer par nos pigistes basket et Top 14 qui ont préféré s’abonner au médiocre So Foot. Même si c’est mieux que les cahiers du foot. Quand ils se seront rendus compte que chez nous on peut parler d’autre chose que de foot, grâce à notre spécialiste qui fournit davantage les murs de sa nouvelle baraque en peinture que nos pages en articles drôles et intéressants, ils nous rejoindront peut-être avec le spécialiste F1 et natation. En attendant, rendons donc hommage à notre spécialiste athlétisme qui poursuit son sans-faute sur Teddy Tamgho. Et Gourcuff alors ?

Les Brahim d’or

Individuels

Yoann Gourcuff qui écrit Zidane, « Gourvennec ».

Tony Vairelles qui a fusillé sa retraite.

Teddy Tamgho qui devrait arrêter de prendre Baala pour modèle. Tant que c’est pas DJ Mehdi.

Thomas Voeckler qui est le premier vainqueur propre du Tour.

Andy Schleck qui prouve qu’avec Pevenage, Ullrich n’était pas si mal servi.

Jo Wilfried Tsonga qui est toujours classé derrière Andy Murray. Il faut le faire.

Marc Lièvremont qui a quand même failli être champion du monde. Mais les champions, ils sont champions en principe non?

Antoine Kombouaré qui a enfin été remercié pour avoir envoyé le PSG en quart, puis en demi de Coupe UEFA. Merci Antoine.

Collectifs

L’équipe de France de football qui s’est qualifiée pour l’Euro avec l’entraîneur du Bordeaux d’avril-mai 2009, mais sans Gourcuff.

L’équipe de France de rugby qui n’a fait aimé le rugby à personne. Ils auraient gagné c’était pareil.

Le Real Madrid qui a aligné Adebayor et Higuain en demi-finale de ligue des champions.

Le Vestiaire qui a réussi à faire sa meilleure saison au niveau du style et du contenu, grâce au Tour de France, à Gourcuff, au Real Madrid, aux Mondiaux de judo, d’Athlé et de Rugby et à quelques Bruits de Vestiaire et ITW presque imaginaires et qui pourtant n’a jamais déclenché aussi peu de polémiques et de ferveur malgré un nombre de visites toujours constant. En même temps ses journalistes écrivent surtout pour eux-mêmes, sans doute pour les journalistes de la presse sportive qui s’inspirent voire nous plagient à l’envi, pas suffisamment sans doute, un peu pour Hulkmusclor aussi, mais pas assez pour ses 48 fans Facebook et le reste des internautes qui ne comprennent pas la référence à la femme de Fred utilisée une seule fois cette année, le 24 décembre.

3 réflexions au sujet de « Bilan 2011 : Samba do Brahim »

  1. « Cependant Gégé pourra se consoler ailleurs que dans sa couche puisque son record de 65 appréciations semble intouchable. Mais ça ne donne pas un Closefield pour autant. »

    Même pas un p’tit Closefield d’honneur?
    Allez, soyez pas vaches!

  2. Ce sont des informations officielles? J’ai un peu l’impression que le club de journalistes se moque un peu des internautes. Mais c’est plutôt drôle, ça change du journalisme classique. Ce dernier est en effet parfois lassant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *