C1, Arsenal : La famille Adams

Le football européen tombe des nues. Après les deux Manchester, personne n’avait vu venir le naufrage du 4e de Premier League.

La vie était pourtant douce dans le quartier émirati de Londres. Arsenal réussissait la saison parfaite. Le survol de son groupe de Ligue des Champions, en terminant deux points devant l’Olympiakos, avait fait taire les sceptiques. En championnat, Arsenal avait réussi à prendre moins de buts à Manchester que de points de retard sur City à mi-championnat. Pas mal pour une saison de transition.

Et puis le chef d’oeuvre est arrivé. 7-1 contre Blackburn, dans la foulée d’un 0-0 à Fulham. Wenger avait donc raison depuis le début. Le talent n’attend pas le nombre des années. C’est pourquoi Boateng n’a pas attendu les 27 ans de Vermaelen pour profiter à fond des trois mètres de distance qu’autorise le marquage Arsène rupin, quand il ne glisse pas. A deux mois près, Koscielny est aussi prometteur, mais il n’a joué qu’une mi-temps. Une trouvaille remplace une trouvaille : Djourou est rentré en jeu puis dans la gueule d’Ibrahimovic en pleine surface à la 78e. Sagna n’a que deux ans de plus mais le petit apprend vite à lever la main pour réclamer un hors jeu quand Ibrahimovic part dans son dos. Rusé, il a attendu que Robinho et Ibra réengagent pour la baisser.

Song of freedom

Au fond, quatre buts, qu’est-ce que c’est quand on a une divison offensive pareille ? L’immense Van Persie en plein boum a tout tenté, sur sa seule frappe, pour inscrire son 20e but en Ligue des Champions. Ce sera peut-être pour son 65e match. Il affole les compteurs à seulement 28 ans et la barre des 35 buts d’Henry pourrait bien tomber. Enfin la barre de ses buts avec Arsenal, sinon c’est 59 en Coupe d’Europe. Mais avec Arsenal, le danger vient de partout. Et peu importe si l’excuse de la jeunesse des Baby Gunners peut remettre à demain les ambitions : Rosicky (32 ans) et Arteta (30 ans), les remplaçants des vieux Fabregas et Nasri, et Song (25 ans) sont peut-être encore des intrus en 8e de finale de Ligue des Champions, mais ça ne durera pas.

Pendant ce temps-là, Nasri vise le doublé Premier League-Europa League. Et pourquoi pas ?

Une réflexion au sujet de « C1, Arsenal : La famille Adams »

  1. « Gudjohnsen : Les stars reviennent en Ligue 1 » Toujours aussi fameux. Il est bien islandais ?

    Petit fail sur le réengagement, non ? A moins que les règles du football aient changé ?

    Sinon, je m’étais tapé Leverkusen-Barcelone la veille, c’est bien laborieux pour battre une équipe aussi faible. Ce qui fait que par conséquent, je n’ai aucune info sur le superbe retour de Gourcuff. Depuis quand Canal a les droits de la Coupe de France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *