Ligue des Champions, Lyon : Aly ballot

Mais qu’est-ce qui rend Aly Cissokho si indispensable ? Pourquoi Lyon fait-il tout pour le garder, ou au moins ne pas s’en débarrasser sans ménagement ? Un niveau de jeu justifie-t-il un licenciement ?


9e journée, PSG-Lyon 2-0

Chanceux sur le premier but qui ne vient pas de son côté, Cissokho l’est moins sur le second. On joue les arrêts de jeu, il ne pense qu’à contre-attaquer. Comme l’OL, il est surpris par un contre assassin. En l’occurrence un coup franc à 40m. Evidemment Cissokho ne voit pas le coup partir. Il est au marquage de Jallet qui marche à toute allure pour placer sa tête. Imparable, même si du regard il tente de freiner le ballon.

11e journée, Lille-Lyon 3-1
C’est l’une de ses grandes spécialités : la contre-attaque. Pour être performant dans l’exercice, il faut être prêt. Personne ne lui en veut donc d’avoir tenté le coup. Sur un centre de Hazard, il se démarque derrière Sow et Cole. Mais, malchance, Hazard préfère passer le ballon à un joueur qui a le même maillot que lui. Dommage, il n’était qu’à 95 mètres du but de Landreau.


13e journée, Sochaux-Lyon 2-1

Le chef d’œuvre. A la retombée d’un corner sochalien, il tente une aile de pigeon. Le gardien de l’équipe de France est battu. Grisé, le latéral surmonte l’égalisation pour tuer le match et la cheville de Boudebouz, après avoir bien attendu qu’il soit dans la surface. Malin et décisif.

19e journée, Valenciennes-Lyon 1-0

Cissokho, c’est d’abord un pied, qui lui permet d’être gauche en toute circonstance. Alors, sur un coup franc, il joue de malchance. Le destin fait rebondir la tête de Gomis sur son pied, comme il l’avait empêché de sauter parce qu’il était à son marquage. Encore décisif, Cissokho confirme qu’il est particulièrement affûté contre Lyon. C’est son quatrième but.
22e journée, OM-Lyon 2-2
C’est dans les chocs qu’on voit les grands joueurs. Après Paris et Lille, Cissokho fait la passe de trois, en l’occurrence une petite remise pour Cheyrou en pleine surface. C’est but, et en plus le mercato est fini.


Bonus Ligue des Champions : Zagreb-Lyon 1-7

Ce n’est pas parce que Cissokho est défenseur qu’il aime défendre. Face aux dribbles des attaquants croates, pourtant, il se montre intraitable. Mais arrive cette 42e minute et cette accélération de Vrsaljko qui malheureusement ne feinte ni à droite ni à gauche. Cissokho recule, tombe et dix secondes plus tard Lloris et le staff sont contents de son travail.
23e journée, Lyon-Caen 1-2
Alors qu’il faisait du bon travail surtout à l’extérieur, Cissokho décide qu’en 2012, il se montrera aussi à Gerland. Il donne donc un petit aperçu de sa vitesse. Quand Hamouma s’échappe dans son dos, il prend rapidement dix mètres de retard. Mais le sélectionneur aura sans doute vu que, même en petites foulées, il est revenu à huit mètres au moment où le ballon pénètre dans le but. Une démonstration de force.

« Le seul club avec qui nous ayons parlé à son sujet c’est Newcastle l’été dernier quand Aly voulait partir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *