Thierry Henry : Le red boulard de New-York

Thierry Henry carbure-t-il au Red Bull ? Nul ne le sait et tout le monde s’en fout.


Il était parti brouillé avec la France, au terme d’une Coupe du monde 2010 où il avait soigneusement mis sa merde et une ultime interview langue de bois à Denisot. Pléonasme. Depuis, nous n’avions vu de l’ancien capitaine des Bleus que les photos de son immense duplex new-yorkais, son nouveau look barbu et son léger embonpoint. On le disait en pré-retraite, fini pour le football de haut niveau. Pire, ses derniers mois en Europe avaient été entachés de cette polémique « nationale », suite à sa main décisive pour une fois qu’elle ne servait pas à Madame. Adieu « Titi » Casanova, place à Henry le tricheur, l’égoïste et le cupide. Une de ces affirmations serait fausse, à vous de trouvez laquelle, bon courage.

C’était ignorer que les légendes ne meurent jamais et qu’elles renaissent parfois de leurs cendres au moment où on s’y attend le moins. Alors que la France du football et du marketing pleurait la non-venue de la pop-star David Beckham qui partit en lui-aussi sur un joli carton, Thierry Henry alimentait modestement son ego en inaugurant une statue de son auguste personne, à Londres.

Costume chic, écharpe du club, petite larme au coin de l’oeil, l’image d’un « historique » d’Arsenal inaugurant sa propre statue a fait le tour du monde. Le plan com’, parfaitement huilé, a produit son effet puisque, soudain, Henry est redevenu « Titi », le chouchou et meilleur buteur de l’équipe de France.

L’attaquant aurait pu en rester là et, une fois l’événement immortalisé, repartir en exil Outre-Atlantique. C’est ce qu’il aurait fait s’il n’avait été qu’un grand joueur, comme David Beckham. Le risque d’être humilié en Ligue 1 était trop important pour l’icône anglaise qui a préféré offrir à la France un spot de pub en slip pour H&M.

Henry au petit lait

Plutôt que de se mettre à poil pour une enseigne d’entrée de gamme et quitte à se mettre en caleçon, autant que ça en soit un avec le blason de son club de cœur. C’est ainsi que l’impensable s’est produit : un retour du meilleur buteur de l’histoire des Gunners. L’Emirates a cru au mirage mais c’était bien la réalité quand, pour son retour en Cup, il a marqué le but de la victoire face à Leeds, club pas beaucoup plus has-been que lui. Et une spéciale « enroulée à la Henry », histoire de faire les choses bien. L’image, encore une fois, a fait le tour du monde, même si c’était contre une équipe de seconde division. Le pari était déjà gagné et l’a été encore plus après deux autres buts en 127 minutes de jeu en championnat, dont un ultime décisif, à Sunderland, dans les arrêts de jeu.

Et voilà comment « Titi » le honni est devenu « King Henry », une histoire que raconteront les fans d’Arsenal à leurs arrière-petits enfants dans quelques jours. Le joueur, lui, a redoré son blason et au passage celui de son club, même s’il n’a pu éviter la déroute de son équipe face au grand Milan. Celui de Van Basten. Pardon, celui de Baggio et Weah. Pardon, celui de Shevchenko. Pardon celui de Kaka. Celui d’Ibrahimovic. Pardon.

Au final, tout le monde est content. Le joueur a conforté son image de légende, les supporters (ainsi que les Baby Gunners) ont pu revoir jouer l’idole de l’enfance de leurs parents, et le club a fait une belle opération puisque le prix du prêt de six semaines a été compensé par la vente des maillots « collectors » du Français. Ce dernier peut retourner tranquillement aux Etats-Unis, pour gagner des dollars parce que les livres il n’a jamais vraiment aimé ça. Après une nouvelle larme versée, des buts marqués et une place en Ligue des Champions récupérée, le tout mâtiné d’un côté humble, grand-frère, super-sub et supporter, plus personne ne pourra jamais lui parler de son boulard. Et pour tout ça, il n’a même pas eu à se mettre à poil et exhiber ses tatouages et certains de ses membres. La classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *