France-Angleterre : Un maigre Buttin

Thierry Dusautoir devrait bientôt reprendre son rôle de sélectionneur.

William Servat, Julien Bonnaire, Lionel Nallet et Julien Dupuy ne l’avaient pas invité à leur jubilé, dimanche, et pour un peu son intrusion serait passée inaperçue. La fiche technique est pourtant formelle : Maxime Mermoz a bien remplacé Vincent Clerc à la 36e minute. C’est sa grand-mère qui a dû être contente.

Celle de Wesley Fofana aussi, mais pour d’autres raisons. Le petit a marqué contre le XV de l’arrose son quatrième essai en quatre matches. Promis, il essaiera aussi de faire des passes la prochaine fois.

L’indulgence Ouedraogo

Mais ne soyons pas trop dur avec ce XV de France encore en rodage. Les deux-tiers de l’équipe ne jouent ensemble que depuis quatre ans. Comment voulez-vous qu’elle trouve des automatismes dans ses lancements avec aussi peu de vécu ?

Contre les athlètes écossais, nos Bleus ont d’abord appris l’endurance. Puis la conservation du ballon contre l’Irlande et les coups de pied de plus dix mètres contre l’Angleterre. A Cardiff le week-end prochain, Philippe Saint-André leur montrera peut-être comment taper un drop. Les placages attendront la tournée d’été. Chaque chose en temps.

Fritz au four

Le moustachu sans moustache est toujours aussi sympathique avec les journalistes et c’est surtout ça qui compte. Pour leur faire plaisir, il a même été jusqu’à reconnaître ce lundi qu’il lui avait fallu un mois et demi pour se rendre compte que certains de ses joueurs n’avaient pas le niveau international. Patience, le jour viendra peut-être où il offrira à Rougerie la même sortie grandiose qu’à Lionel Nallet.

C’est à se demander ce qui est le plus inquiétant aujourd’hui. Que Clément Poitrenaud soit le meilleur arrière depuis deux matches ? Que les Anglais sachent jouer au rugby quand ils ne finissent pas leurs concours de lancers de nains à cinq du mat’ ? Que même Rhys Priestland est meilleur que Trinh-Duc au pied ? Ou que sept millions d’imbéciles continuent à regarder de telles daubes chaque week-end ?

Pendant ce temps-là, Yachvili se demande quelle excuse il va bien pouvoir trouver cette fois pour retourner sauver Biarritz.

4 réflexions au sujet de « France-Angleterre : Un maigre Buttin »

  1. La patience, elle nous coûte le tournoi. Pourtant, en restant patient pour laisser 5 min de plus pour Beauxis et ça aurait été un triomphe, de quoi être vert de rage. Mais avec Picamoles, cela faisait trop de toulousains sur le terrain. Les quota sur les basques ne resteront pas aussi plus drastiques, mais Blanco s’en fout, entre clermont, toulouse et les guignols du stade français, on regrette déjà marco.

  2. « en restant patient pour laisser 5 min de plus pour Beauxis » Sans commentaires …

    Entre ceux qui veulent la meilleure équipe à l’instant T et ceux qui veulent préparer 2015 (cet objectif Coupe du monde est vraiment insupportable), notre constructeur automobile préféré n’a pas fini d’avoir les oreilles qui sifflent. Ce qui est certain, c’est que Rougerie et Szarzewski ne peuvent faire partie de la liste d’aucune des 2 catégories de sélectionneurs. Le Goret a tranché, paraît-il, même si la sélection de Pierre brouille les pistes.

    Toujours pas de demi-d’ouverture à l’horizon, Wisniewski se marre avec Berbizier. Pas un mince exploit. Nous, on rigole moins.

  3. On rappellera effectivement à Salut Chapeau que Beauxis a raté deux drops contre l’Irlande et un en début de match contre l’Angleterre. Le triomphe n’était pas loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *