La légende : L’insoutenable légèreté Delaitre

Si Delaître n’a jamais rien gagné, Monfils n’a pas fait beaucoup mieux. Au moins ils sont au diapason. Mais seul l’un des deux a battu Borg, il y a 20 ans. L’autre c’est Federer, il y a deux semaines. Dans les deux cas, l’adversaire avait 50 ans.

jdede2

Entre battre Becker pour laisser Lionel Barthes aller au 3e tour à Lyon et gagner un simple pour du beurre en Coupe Davis contre le Suédois Holm, Olivier Delaître n’a pas choisi. Avait-il vraiment le choix ?

L’exploit se produit à Nice, au cœur du printemps 1992. Habitué des premiers tours difficiles depuis une bonne demi-décennie, d’ailleurs Javier Sanchez vient de lui laisser trois jeux à Indian Wells, Olivier Delaître croit à la malédiction lorsque le tirage au sort lui propose Bjorn Borg. Tout lui revient alors en mémoire, cette défaite en demi finale à Long Island contre Edberg, cette autre en quarts à Bâle contre le grand blond, tout ce qu’il n’a jamais pu être. Alors, Borg va payer pour tous les Suédois. 7-5, 6-2, 76% de réussite derrière sa première balle : le mètre 70 de Delaître fait des merveilles.

Boucle dort

La machine est lancée, Edberg encaissera donc sans broncher un 6-0 à l’US Open un an plus tard. A un set près, Delaître aurait même gagné le match mais la règle est formelle : en Grand Chelem, il faut en gagner trois, Novacek l’aura bien compris au tour suivant. A 25 ans, c’était le déclic pour Delaître, et peu importe si Borg en avait onze de plus et avortait là son quatrième come back.

C’est aussi à Nice, en 1999, que s’arrêtera l’aventure Delaître en même temps que commencera celle de Markus Hantschk, 7-6, 6-2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *