Allemagne 2012 : En guerre Muller

Jusqu’à l’Euro, le Vestiaire vide les placards des grandes nations. Aujourd’hui notre spécialiste a encore trouvé une défense bien naze. A ce rythme la France n’ira même pas aux tirs au buts.



Il est assez rare qu’un joueur de foot même déguisé en Allemand décide subitement de faire chez ses adversaires des veuves et des orphelins. Il est aussi assez rare que la Mannshaft passe à travers une compétition. Et pourtant, malgré la plus belle équipe offensive de toute l’histoire depuis que Rudolf Hess rédigeait Mein Kampf, les 11 cavaliers de l’apocalypse devraient réussir à ne pas gagner malgré ce que nos professeurs nous ont enseigné en classe de première. Leçon en deux partie.

I) Car il n’y aura guère Muller

Deux ans après sa Coupe du Monde, Muller aurait du devenir la star du foot Allemand. Tout le monde l’a compris puisque la star s’appelle Ozil car elle joue à Madrid. On aurait voulu tuer Muller sans zyklon B on ne s’y serait pas pris autrement même si en finale de ligue de champions ce n’est pas Ozil qui ouvre le score. Ce n’est pas Ozil non plus qui qualifie le Real pour la finale, comme à son habitude. Ce n’est pas non plus Khedira. Heureusement pour eux, l’Euro ce n’est pas la C1, ni un clasico c’est un niveau beaucoup plus élevé. Et quand on a pour tâches Badstuber et Mertesacker qui n’ont d’égaux que Méxès et Rami, on se dit que Schweinsteiger va avoir plus de travail obligatoire qu’en 1942. Pourtant ce milieu de terrain est infiniment supérieur à son équivalent bleu outre-Rhin malgré l’incertitude Malouda mais c’était déjà le cas sous André Maginot et on sait comment ça a fini. Sinon de tout temps, les avants allemands ont su conclure et même s’installer dans le camp adverse avant de finir par rentrer à la maison et maman sans problème de cheveux.

II) Car le prénom Jurgen n’est plus à la mode

Ceux qui croient que l’Allemagne n’a jamais été aussi forte sont sans doute les mêmes qui pensent que l’Espagne est un Barça amélioré. Ils ont surement raison mais ont surtout tort et ont sans doute tiré un trait sur la période la plus sombre de notre histoire. Aucune allusion à ce que vous croyez, ce serait quand même déplacé. C’est la période 1990-1996 dont nous parlons. Cette équipe était tout aussi offensive, autrement plus solide et parfaitement défensive quitte à parfois faire des entorses au règlement. Stoichkov seul parviendra à les arrêter, les Bulgares n’ont pas toujours été aussi strictes. Même remarque pour les Danois souhaitons que nos compatriotes aient changé autant. La nouvelle génération en devenant séduisante s’est coupée de tout ce qui faisait l’Allemagne dans les grands matchs. Désormais, même Chelsea est incapable de se chier dessus durant les 10 dernières minutes. L’Allemagne joue mais ne fait plus peur. Il faut dire qu’à l’époque on n’aurait pas imaginé Klinsmann, Riedle, Hassler, Effenberg, Helmer, Kohler, Sammer,  Moller ou Brehme avec du gel dans les cheveux. Matthaus peut-être. Qui aujourd’hui sodomiserait Battiston aussi bien que Schumacher ? Surtout depuis que le port de la moustache a été interdit au profit du serre-tête.

Une réflexion au sujet de « Allemagne 2012 : En guerre Muller »

  1. Bonjour,

    Je dois avouer que je suis en parfait accord avec vous

    Le seul allemand qui me fasse encore peur est ce chez batard sans gloire qu’est richard sammel…mis a part ça je dois avouer que la vue d’un oliver kahn muni d’un serre tête serait droit sortie d’un strip tease perroquet soucoupe des familles

    Merci pour tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *