PSG – Kiev : Malaise Blaise

4-1 sans faire défendre Ibra, Menez et Pastore : le Dynamo Kiev a pris date dans cette Ligue des Champions.

La Ligue des Champions a commencé par une triste résurrection : sans Roger Zabel, Canal a exhumé le plateau en public, avec applaudissements à la fin du match. Weah ne marquera pas automatiquement d’une frappe de mule au stade olympique de Munich. Il fallait donc une autre bonne raison à cette mauvaise idée : l’entreprise de léchage de cul est bel et bien en marche. « Grazie Carlo per Ibra », Ianetta a enfin mis à profit ses origines pour autre chose que rivaliser de progestérone mal placée avec Alessandra Bianchi. Ca veut pas dire minauder comme une pute, nuance. Et tant pis pour les résumés des autres matches, elle nous invite à zapper sur Infosport sans prévenir qu’on y écoutera Garretier. La suite sur Canal, c’était Colombiana, pas Belhanda.

Mais le plus bel exploit de la soirée n’était pas signé de la carte de presse de Nath. Il a été l’œuvre du Dynamo Kiev. Avec des défenseurs centraux lents, et ukrainiens par-dessus le marché, le récent deuxième du championnat, ukrainien aussi, a joué tellement haut qu’il a été pris en contre-attaque toute la première mi-temps, en oubliant bien sûr le marquage sur les trois coups de pied arrêtés qui amènent les buts. La coquetterie de l’est sans doute. Le Guen y a vu de la naiveté, ce qui équivaut à une violente colère. A l’extérieur face à Menez il est vrai que l’option était remarquable mais heureusement Pastore était là aussi, il n’y avait donc que trois buts d’écart à la pause. Le temps justement d’écouter Simone s’étonner que Paris laisse la possession à Kiev, mais Simone est-il invité pour raconter autre chose que des grosses conneries qui énervent les autres invités, dussé-je préciser qu’ils sont sélectionneurs d’Oman ?

Qu’a fait San Marco ?

Une mi-temps plus tard on avait tout compris, Paris ne faisait plus rien, Marco Verratti était Ballon d’or talonné de peu par Ibrahimovic qui a attendu près de 65 minutes pour avoir ses premières crampes. Prometteur. Et un but sur penalty de plus pour l’immense Suédois. Le PSG attendait avec impatience de montrer à l’Europe ce qu’il valait avec ses Milanais, alors cette fois on sait deux choses : Milan a fait 0-0 contre Anderlecht donc Ibra et Thiago Silva sont indispensables aux équipes de merde pour atteindre les huitièmes, et le Dynamo Kiev a toutes les chances de souffrir comme il faut à Zagreb. En Ligue des Champions on ne peut pas se cacher bien longtemps. Le PSG n’a pas besoin de se cacher ni de s’étalonner, on savait déjà tout de sa condition. Il est le plus riche des clubs engagés et le moins expérimenté, l’échec se situera donc avant les demies cette année et s’il ne gagne pas dans les trois ans. Non, Gameiro ne sera plus là.

Pendant ce temps-là, Montpellier n’a pas démérité face à Arsenal malgré sa défaite. Ca veut dire quoi démériter alors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *