Italie-France : Les gens bons de Parme

Ibrahimovic a inscrit un quadruplé, dont un retourné de l’extérieur de la surface. Dommage que les matches amicaux ne comptent pas, comme ceux où la Suède est éliminée ou ceux de Ligue 1 avec le PSG.

Le Toulouse football club est une vénérable institution, fondée en 1937. Un club sans histoire, sans titre et dont la seule légende s’est longtemps résumée à une agression de Deysperoux sur Maradona, au bout de deux secondes d’un match de Coupe d’Europe qui n’était pas vraiment fait pour lui. Il y a aussi eu Pickeu, Bancarel, Soler et Calderaro. L’équipe de France, c’était pas pour les Toulousains. Même avec un stade tout neuf, le Mondial passait plutôt par Lyon ou Lens.

T’es fessé

Et puis Italie-France est arrivé et le modèle toulousain a fait des petits, plutôt costauds et pas trop bons techniquement. Jusque-là, le bleu avait hésité entre les deux, ils ont fini par jouer tous les deux ensemble : Moussa Sissoko et Etienne Capoue ont livré une grande performance défensive, ce qui veut bien sûr dire qu’avec le ballon c’était effrayant. Ont-ils mérité leur sélection ? Le football français n’en est plus à ces questions-là. Il n’en est pas non plus à ne pas féliciter Gomis d’avoir inscrit le but de la victoire sous prétexte qu’il a rendu tous ses autres ballons aux Italiens. Sinon Matuidi est bien indispensable, ce qui est une excellente nouvelle et une très mauvaise. Valbuena a été le meilleur, Evra a fait une passe décisive, Ménez a pu dribbler un peu plus qu’en Espagne mais Deschamps s’en branle si l’Italie n’a rien foutu du match : personne n’avait réussi autant de miracle avant lui, même pas Gasset. Jacquet avait gagné avec Di Meco, Gnako et Le Guen en Italie en 94, c’était pas plus dur.

Pendant ce temps-là, TF1 se vante d’avoir une fiction avec Vincent Elbaz. Qui pourra empêcher Gourcuff de revenir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *