Lille : Danse avec Kalou

Si jamais on a des lecteurs fidèles ils vont avoir une impression de déjà vu. Mais au moins ça voudra dire qu’on a des lecteurs.


7 juillet : « La venue au LOSC du champion d’Europe en titre Salomon Kalou s’inscrit assurément parmi les moments forts du mercato 2012-2013 » ; 1er novembre : « Il y a Kalou qui est critiqué mais pas que lui, Martin et Payet aussi. »

Salomon Kalou avait un frère. Il était plus âgé, s’appelait Bonaventure et jouait aussi au football en France. Pour Bonaventure, rien n’avait été simple : une éclosion aux Pays-Bas, un transfert à Auxerre, et puis la grande aventure au PSG pour une fin de carrière six mois plus tard, à 28 ans. Pour Salomon, tout semble plus simple, au contraire. Une éclosion aux Pays-Bas, et puis un transfert à Chelsea. Il y reste six longues saisons et s’impose au poste de remplaçant ailier droit, puis de remplaçant avant-centre et enfin de remplaçant ailier gauche. L’Ivoirien est polyvalent, au point d’avoir voulu la nationalité hollandaise avant de déclarer son amour à la sélection ivoirienne. Lille, qui cherche à remplacer Hazard, est donc un choix de cœur. Cinq mois après l’arrivée de la star, les effets sautent aux yeux : Lille marque cinq fois moins de buts que les saisons précédentes et Kalou gagne cinq fois plus que les autres.

Pendant ce temps-là, Eden Hazard comprend à sa manière ce que veut dire le mot concurrence à Chelsea.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *