Barça-Arsenal 2006: Ronnie and Clyde

C’était une finale de Ligue des Champions et Arsenal avait tiré huit fois au but.


17 mai 2006, le chronomètre du Stade de France affiche 75 minutes de jeu, la montre à dix plaques du manager d’Arsenal l’indique aussi. Arsène est en France, il porte une chemise bleue et une cravate bordeaux, son anglais est parfait. Ses Gunners sont à un quart d’heure de sa premère Champions League, Wenger n’a jamais été aussi proche, d’enfin gagner quelque chose d’autre que du pognon et proche du Real, qu’il a même éliminé en huitièmes de finale. Son coaching est un rêve d’entraîneur : pour pallier l’expulsion du gardien, il a sorti Pires au bout d’un quart d’heure. Henry ne peut pas se la raconter plus, c’est le jour où jamais.

Arsène mal

Mais si Sol Campbell a levé son gros cul sur un coup franc d’Henry en première mi-temps, c’est bien la dernière fois. Ca, Arsène ne le sait pas encore. Il se retourne vers son banc et ne se doute pas, alors, que les futures confrontations contre Barcelone se termineront pareil, mais n’auront pas lieu en mai. Quand son regard revient sur le terrain, Iniesta est apparu. C’est suffisant pour s’apercevoir que Kolo Touré, Eboué et Senderos ne constituent pas une bonne défense. Est-ce quand Belletti marque le deuxième but que les visages de Koscielny, Vermaelen et Gibbs prennent son esprit en otage ? Personne ne peut le savoir. Ca ne l’empêchera pas d’exhorter ses joueurs à aller marquer le deuxième but quelques instants plus tard, ni d’inaugurer l’Emirate Stadium quelques semaines plus tard, ni de recruter Giroud quelques années plus tard pour remplacer Van Persie qui avait remplacé Henry qui revient toujours l’hiver pour dire bonjour. C’est un grand homme : il a connu Wiltord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *