Clermont-Castres : La gueule de Travers

Combien de profs de maths de lycée privé ont accompagné leur fils journaliste de presse locale à la Beaujoire ce week-end ?

rru (2)

On ne le saura sans doute jamais, ce qu’on sait en revanche c’est qu’ils n’y connaissaient rien. Cela ne les a pas empêché de commenter tout ce qu’ils ont vu, c’est la beauté du rugby. Mais si l’inculture rugbystique était un crime, on se demanderait s’il ne faut pas rétablir la peine de mort. Heureusement, lorsque les bandas se sont mis à jouer du Lady Gaga, tout originaire de Cognac qu’il est, le prof a apprécié. Il fallait bien ça pour que père et fils supportent leurs propres remarques sur les règles du jeu, les performances individuelles de chacun, la surprise castraise, l’ambiance très sympa où on peut facilement emmener des enfants c’est sans danger, les extérieurs décevants de Clermont qui suscitaient l’admiration à l’annonce des équipes, Parra qui craque. Tout ça en affirmant que Vern Cotter pousserait une gueulante à la mi-temps.

Sur Parra il avait pas tort, et on ne comptait plus dans le stade, qui a vu évoluer Bustos et Vulic, les « Parra il nous fait chier aujourd’hui. » Mais Patrick a-t-il vraiment compris que l’humiliation clermontoise n’est pas dû qu’à son système de procréation des demis de mêlée, à un clodo en calbut avec une peluche rose ou aux procédures de recrutement des stagiaires de leur fleuron médiatique Clermont première devenu ic1. Si les 2 kops de supporters jaunards, banquiers, journalistes ou conducteurs de clio ont fermé rapidement leur gueule, c’est parce qu’ils ont compris que chanter « ici ici c’est Montferrand » alors que c’est pas vrai, ça pouvait mal finir. N’en déplaise aux bobos du SNUC, de St-Nazaire et de Trignac qui vivaient leur heure de gloire parce qu’ils jouent en Fédérale et qu’ils se rendent compte que Parra aussi.

Labit au cul

Pour tous ceux qui voudront avoir vraiment l’explication technique sur la faillite clermontoise en dehors des mêmes raisons qui ont fait de Pioline un simple double finaliste de Grand-Chelem, l’expert rugby du Vestiaire, fils d’arbitre régional, visionnant tranquillement le match en streaming du haut de ses 90kg pour 1m65 nous a transmis ce texto :  « Ils ont aligné un pack qui pesait 20kg, Fofana n’a pas réussi à faire sa première passe de la saison, ils étaient cuits, Castres jouait avec un talonneur qui a pas joué un match avec Agen l’année dernière et pour conclure, se passer de Brock James n’est pas l’assurance de gagner a tout les coups. »

Un ami du fils de Patrick le prof de match, tout aussi cultivé, a alors demandé pourquoi James avait pas joué ?

« Parce que Delany (qui n’avait pas le droit de jouer en HCup) a un meilleur jeu au pied, court plus vite et n’est pas sensé porter la poisse.
L’ironie est là, c’est l’équipe de Clermont la plus forte depuis 10 ans, sauf dans les moments important. Non, là ils avaient l’air cuit, pragmatiquement on peut penser qu’ils se la sont collée après le match le weekend dernier, ils étaient pas foutu de pousser une mêlée, ce n’est pas uniquement les cuisses d’Ibrahim Diarra qui les a éclatés en mélée. »  Envoyé de mon iPhone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *