L’Edito : Le déconneur de Canal+

Il s’agira probablement de l’Edito le plus riche de toute l’histoire du Vestiaire et pas seulement parce qu’Hoarau est en Chine, Ancelotti pas encore au Real et Wenger toujours à Arsenal.

tr

Hervé Mathoux l’a répété hier soir, ce week-end de sport a été marqué par les émouvantes larmes de David Beckham. Pour une fois le Vestiaire ne fera pas bande à part. Car comment ne pas être ému par un club supporté par des débiles acclamant un joueur venu passer 6 mois de shopping dans la capitale pour que des Qataris puissent vendre la Tour Eiffel à Deng Xiaoping ou ses enfants. On a heureusement échappé à la triste histoire d’un des plus grands joueurs de Manchester United finissant sa carrière devant son public à Old Trafford. Ca aurait pas été émouvant du tout et ça aurait pué l’opportunisme. Et puis ça n’aurait pas collé avec la sincérité et la grandeur d’âme de l’époque.

Mais Hervé Mathoux n’a pas dit que ça au cours de cette magnifique soirée de foot que sont les trophées UNFP. Au programme comme toujours avec Canal+, du glamour et des stars. Pour le glamour on a vu Tony Vairelles aux abois venu vendre un cd. Oui, oui, un cd avec en prime une photo un peu cheap de lui avec un autre gitan mais pour une fois qu’il vient sans fusil mitrailleur on peut bien lui pardonner, même si c’est du slam. Pour les stars, on a pu se rendre compte que Bernard Diomède est bien vivant puisqu’il est venu vendre sa fondation. Sinon il y a eu aussi Kombouaré et Malouda, à la recherche d’un club, venus vendre leur dignité. On ne vous parlera pas de la mascotte de Valenciennes en plateau comme aux grandes heures de Direct 8. A un moment on a a fini par se dire « pourvu qu’ils déterrent pas Coupet ».

Platane Ibrahimovic

Et soudain juste après une énième musique de merde mixée par Cut Killer, qui ne doit pas être si demandé que ça aux States, on a vu arriver un ancien gardien mal coiffé de Lyon. Pas Olmeta, Coupet. Lui-même se demandait pourquoi il était là. Pas Margotton qui lui a léché l’anus pendant 1’30 de portrait obséquieux. S’il avait pu mettre les doigts, il l’aurait fait. « Et en plus il était beau gosse« . Les écoles de journalisme ne sont décidément plus ce qu’elles étaient. Bientôt on pourra accéder à la rédaction de la Tribune républicaine avec un Deust banque-assurance. Pour finir Houiller qui en avait rien à foutre, a récompensé Ancelotti qui en avait rien à foutre et qui en plus a dû serrer la main à Galtier. Mais pas Fabien qui était sans doute occupé à trouver des arguments pour expliquer l’absence de dopage dans le rugby et la multiplication des cancers dans les équipes junior. La veille il avait assisté l’humiliation annuelle des Jaunards champions d’Europe jusqu’à la 60ème minute. La progression est notoire, si Michalak pouvait s’en inspirer.

Pendant ce temps-là, tout n’est pas perdu, une jeunesse saine pousse derrière : Agnel s’est barré aux Etats-Unis, Tamgho approche les 17m et Thauvin aligne presque 4 mots à la suite sans faire de faute. Attendons un peu et Gourcuff pourrait revenir en bleu puisque Grenier est décisif, mais moins beau gosse, précise Margotton.

4 réflexions au sujet de « L’Edito : Le déconneur de Canal+ »

  1. C’est normal qu’il y ait des débiles au Parc, c’est le plan Leproux. Comment croyez vous que le hooliganisme a disparu (pardon s’est éloigné) des stades chez les rosbifs ? Il y a 10 ans, Boulogne lui aurait chié à la gueule, à Beckham.

    Les Trophées UNFP ok mais Le Vestiaire a encore du courage de regarder les débrief, le CFC, les spécialistes et toutes ces conneries, sortes d’Enfants de le télé du sport, bien que ce soit dur d’égaler Arthur (pas le mauvais gardien de Benfica, mais l’humoriste qui s’ignore ou qu’on ignore).
    Dieu merci, pas besoin de Menes pour savoir que Pastore ou Jallet a fait un match de merde ; nous aussi on a regardé le match. Même si pour Jallet, pas besoin de regarder le match, il est vrai.

    Ou sinon, tant qu’à perdre son temps à écouter du vent, on se fait un 100% foot, l’ancien le vrai, celui où Papy Grimault se paie Domenech avec sa gonzesse juste à sa gauche. Et puis, voir Karim Nedjari déblatérer toute sa philosophie du foot avec son air de BHL, ça n’avait pas de prix.

  2. Ça avait l’air aussi chiant que Les Molières ma parole ! Une belle tournée d’adieu pour certains has-been, du moins on espère que c’était bien les adieux.

  3. Apparemment une Vanessa a laissé un message qui proviendrait de la même adresse IP que celle de Henri Carl. J’espère que ce n’est pas encore une prostituée payée en notes de frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *