Palmarès (2/3) : Rudi sur l’ongle

Plusieurs équipes classées ont fait la Coupe du monde 90, connue comme la plus chiante. On dit ça quand on n’y connaît rien. C’était chiant parce que c’était du haut niveau, solide comme on n’en voit plus. Voici le classement le plus attendu de toute l’histoire du Vestiaire : les 15 meilleures équipes nationales de ces 25 dernières années.

rv

On continue toujours avec la France et même le Brésil. Il manque quelqu’un ?

7. Suède 1992-1994

Si la Suède est aussi bien classée c’est qu’il y a forcément une raison. Les kanelbullar, le pytt i panna et le smörgåsbord ? La défaite contre la France en éliminatoires 94 ? La raclée collée à la Bulgarie pour la troisième place 94 ? Les demis 92 et 94 ? Peut-être mais c’est sûrement pas pour Brolin, Dahlin et Andersson, car c’est surtout pour Thern, Limpar, Schwartz et Ingesson. Vous en avez jamais entendu parler ? 4 milieux suédois dans les meilleurs clubs du monde sans jouer dans Millenium vous y croyez pas ? L’un jouait à Arsenal avant Wenger et à la Fio d’après Baggio, le suivant au Naples d’après Maradona et à la Roma d’Aldair, le troisième Arsenal aussi et le quatrième a fini à Marseille. Et ça donne la 7ème place. Faut juste nous croire sur parole.

8. Italie 1994

Prenez le Milan AC ajoutez Roberto Baggio et vous comprendrez pourquoi seuls des tirs aux buts pouvaient les empêcher d’être champions du monde. Jerome Gnako a des regrets.

9. France été 2006

Rappeler Zidane sous le commandement de Domenech, c’était un peu rappeler Jacquet. Mais Thuram et Gallas c’était pas Blanc et Desailly, donc les corners italiens en finale ont fait aussi mal que les centres coréens au premier tour. Petite différence, mais différence quand même. A l’arrivée Zidane a le palmarès de Maradona une panenka ratée en plus. C’est quand même autre chose que Messi.

10. Brésil 2002

Sur le papier, une finale Brésil-Allemagne ça a de la gueule. Sauf que c’est l’Allemagne de Jeremies, Schneider, Bode et Neuvillle, même si Bierhoff et Ziege rentrent à la fin. Sauf que c’est le Brésil de Rivaldo, Ronaldo, Ronaldinho et Roberto Carlos, et Denilson à la fin. La Coupe du Monde était promise à la France alors les autres ne sont pas venus, à part Ronaldo. Dans ces éditions-là, c’est toujours une bande de Brésiliens qui gagne et il y a toujours un Kleberson qui en profite pour signer à Manchester mais pas longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *