Uruguay-France, Gourcuff : Montevideo gag

Voici pourquoi Yoann Gourcuff revient en équipe de France. Enfin on essaie de comprendre.

deschamps

A première vue, Didier Deschamps n’est pas un gentil demeuré fini au pipi qui prend ses décisions pour faire chier Gasset. Jusque-là, ses choix ont plutôt eu du sens et du succès, même si ne pas battre des Espagnols privés de Messi en matchs aller-retour est devenu un mauvais signe. DD n’a rien contre Nasri, alors comment pourrait-il avoir quelque chose contre un Breton bourré de fric, de testostérone, mais aussi de talent à ce qu’on dit ? Deschamps est même très content pour Blanc parce que la Roma lui proposerait une 6e place de Serie A. L’heure n’est donc plus aux scrupules.

Alors Gourcuff jouera sur le côté gauche contre l’Uruguay. Ce n’est pas une sanction, c’est peut-être un piège, c’est sans doute une raison de ne pas regarder. En tout cas c’est logique : milieu gauche est le poste auquel Rémi Garde a fixé son joyau en fin de saison. Un choix évident. Après l’avoir positionné en numéro 10 entre deux lésions, puis en relayeur entre trois contractures, et après avoir fini par trouver que Grenier lui ressemblait à ces postes-là mais en bon, puis après lui avoir demandé de « donner plus » en mars, après avoir assuré « qu’il n’était pas éliminé pour autant » en avril, et surtout après avoir intégré qu’il n’avait pas le droit de l’aligner dans n’importe quel autre club que le sien, Garde a donc trouvé la meilleure place pour son multi-millionnaire.

Enzo Français qu’au lit

Avec deux buts et une passe décisive en un mois, Gourcuff a mis tout le monde d’accord : avec 22 millions hors bonus Bordeaux avait fait le coup du siècle. Mais il était important de montrer à des caméras qu’il pouvait encore jouer au foot. Ce qui est important pour lui l’est au moins autant pour son club, et on ne parle pas uniquement de son salaire et de son agent qui n’est pas son agent mais qui est celui de Deschamps. Bref tout le monde a intérêt à ce qu’il fasse un ou deux gri-gri. Deux ça paraît beaucoup quand même.

Mais ça doit compter quand même. Se gaver de pognon donne plein de droits : se payer Tiburce, se fâcher avec Tiburce, donner rendez-vous à des paparazzis à la plage, et surtout faire exister l’idée dans la tête de tout le monde que si on gagne autant, c’est que notre dernier grand match remonte à pas si longtemps. Bayern-Bordeaux, où il avait été nul à chier mais buteur de l’ouverture du score, c’était il n’y a pas si longtemps ?

Pendant ce temps-là, Payet, Valbuena et Giroud seront les co-animateurs de la soirée exceptionnelle donnée en l’honneur de Gourcuff. Ca risque de se voir quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *