Tcheumeo : Chérie, j’ai rétréci Décosse

Audrey Tcheumeo était programmée pour être invincible. Elle ne l’a pas été pendant les 10 dernières secondes de son quart de finale, insuffisant pour qu’on se foute de sa gueule. La nouvelle Décosse c’est elle, en plus fort car moins névrosée.

red

« On espère te revoir sur les tatamis pour le plaisir. » Que pouvait rêver de mieux Lucie Décosse que cet hommage de Stéphane Traineau à l’issue de sa merde de combat pour la troisième place. Même s’il était pas pire que son horrible premier combat de repechage ou que son catastrophique quart de finale. C’est vrai que, plutôt que cette sortie pathétique, la plus grande championne de l’histoire du judo aurait sans doute largement préféré un bon psy. Celui qu’on lui promet depuis 10 ans. Celui qu’elle croyait avoir trouvé l’année dernière sur la route de Londres où les cures de Temesta, prozac et autres immodium avaient semble-t-il enfin porté leurs fruits.

Et puis alors qu’elle pouvait s’arrêter au sommet sur un titre olympique elle a choisi d’y retourner. Quel régal de voir Lucie incapable du moindre mouvement pendant 5 minutes, puis pendant 8 minutes puis à nouveau pendant 5 minutes pour les trois derniers combats de sa carrière. Si elle n’était pas né sous le signe du cyborg,  elle n’aurait sans doute même pas passé le moindre tour comme Lucie Louette sa compatriote qui avait à sa décharge le lourd handicap d’être nulle, donc on ne tiendra pas rigueur aux arbitres de l’avoir saquée. Lucie Décosse n’a pas cette excuse. Elle est la meilleure, capable en un millième de seconde de repérer les failles de ses adversaires, de les analyser et de les exploiter.

Face à elle, une jambe qui traine, un léger déséquilibre, une maladie génétique ou une schizophrénie mal soignée et s’en est fini de vos championnats du monde, parfois de votre motricité et parfois aussi de votre vie. Ca l’a rendue quasiment imbattable pendant 8 ans, elle n’est presque jamais tombée sauf quand il s’est agi de laisser filer un titre olympique ou une médaille pour son dernier tournoi. Et à chaque fois on a retrouvé la même Lucie, âgée de 6 ans et demi, terrorisée comme la première fois où Thierry Rey est rentré dans sa chambre d’hôtel sans serviette alors qu’il disait vouloir prendre sa douche. Une partie de cette histoire n’a jamais été confirmée, mais laquelle ?

Pendant ce temps-là la Colombienne qui a ridiculisé Décosse n’a pas « combattu comme d’habitude » se plaignait comme d’habitude après ses défaites, la Française au micro toujours condescendant de Bein Sport. Qui oserait dire qu’elle a été mal préparée jusqu’à ne pas savoir s’adapter ? On taira donc le nom de son entraîneur Larbi Benboudaoud.

Handball : la France à fric (1/3)

 Les Spécialistes Hand ayant été déprogrammés de la grille de Canal+, le Vestiaire se voit contraint d’assurer à lui seul le traitement médiatique de ce sport, au risque d’y perdre ce qu’il reste de sa faible audience. Le PSG Handball a-t-il déjà remporté le championnat et la Champions League ? Igor Vori est-il aussi confiant que grand et bête ? Une question demeure, le nouveau pigiste spécialiste handball du Vestiaire parviendra-t-il à être plus chauvin et moins drôle que Brindelle ?

jr

 

Episode 1 : Fier comme un Gardent

Avec l’investissement du Qatar dans la franchise PSG, certains commentateurs – que d’aucuns osent nommer « journalistes » sportifs – avaient annoncé un regain d’intérêt pour le championnat de France, après plus d’une décennie de domination du MAHB. Un an et quelques millions de pétrodollars plus tard, le niveau du suspense aura finalement été proche du QI d’Éric Quintin. Si le budget d’environ 10 millions d’euros du PSG Handball permettrait à peine d’acheter l’appareil dentaire de Cavani, Philippe Gardent s’en est contenté pour recruter parmi les meilleurs joueurs mondiaux à chaque poste.

S’en allant au marché telle une jouvencelle guillerette, il en est revenu sa musette bien pleine. Il se demande par contre si les Hansen, Vori, Abalo, Narcisse, Gunnarsson, Császár, Sierra, Kopljar, Bojinović et consorts pourront tous passer dans le bus.  Heureusement que l’on peut compter sur la ruine de l’Espagne pour permettre aux autres clubs de récupérer des joueurs à prix soldés. La grande braderie de Lille est depuis deux ans délocalisée de quelques kilomètres au sud, direction la Castille : ne plus payer les salaires et déposer le bilan faciliterait visiblement l’exode des joueurs vers la France. De quoi rassurer le Medef sur l’attractivité du pays.

A suivre dans le prochain épisode : le pays des parieurs

 

 

Champion du monde : Travail, famille, Pietri

Comme quoi même avec un prénom démodé on peut gagner. Tous les Ugo de la Terre devraient méditer la leçon et fermer un peu leur gueule.

doudi

« C’est le plus grand titre de la carrière d’Alain Schmitt ! » Une troisième place est donc un titre.  Jour après jour les gentils animateurs de Bein sport nous révèlent les coutumes Qatari. Bientôt, le sens du mot pusillanime sera probablement mis au jour. Si Alain Schmitt est plus doué en langue française qu’en judo il le sait sans doute déjà. Et pour une fois il a d’ailleurs été moins pusillanime que d’habitude et c’est peut-être pour ça que pour lui un podium mondial équivaut à une victoire. Mais assez parlé pour ne rien dire car depuis hier soir 22h21 le monde entier n’en a absolument plus rien à foutre d’Alain Schmitt, enfin encore moins qu’avant. Et pour cause, l’histoire du judo a accouché d’un mutant de 23 ans.

Les amateurs de Dragon Ball comprendront de quoi il s’agit en regardant des vidéos de Loïc Pietri :  la force d’un Mongol, la technique d’un Japonais, la colère d’un Coréen, la résistance d’un Tadjik, la jeunesse d’un Française et le nom d’une chanteuse has been des années 80. Et tout ça avec un seul et même morote seoi nage placé à 86 reprises environ dont un bon paquet ont laissé pour mort ses victimes. Pas de quoi l’inculper de crime de guerre pour autant, même David Douillet n’a pas été mis en prison pour avoir mangé toutes les pièces jaunes sans sauce barbecue et c’était pas ses médailles. Et comme Clarisse nous a épargné d’avoir à apprendre à écrire son nom grâce à une finale parfaitement ratée, Loïc Pietri reste à ce jour la grande star des championnats du monde, un talent qu’on avait plus vu depuis Demontfaucon dans le judo tricolore. Mais qui a déjà vu Demontfaucon ?

Pendant ce temps-là Gévrise Rain Man a quasiment fini sa psychothérapie.

Real Sociedad – Lyon : Le vain de Garde

On va devoir arrêter de se moquer de la Liga alors ?

dan

 

Voilà donc à quoi ressemble un match entre le 3e de Ligue 1 et le 4e de Liga. Lyon qui croit à la qualification avant le 0-2 de l’aller, Lyon qui croit au miracle avant le 0-2 du retour. Mais dans le détail, c’est encore plus savoureux que ça. Le football est toujours une affaire de détails, comme la main de Vava, l’alcootest de Gascoigne, le coup de boule de Zidane ou un brassard de capitaine au biceps de Gonalons. Le genre d’erreur qui vous conduit à être le premier club français à ne pas passer le tour préliminaire depuis Toulouse en 2007. Mais Toulouse avait l’excuse d’être Toulouse et c’était face à Liverpool. Lyon a simplifié les choses : une équipe espagnole est trop forte, ça joue trop bien au ballon, c’est impossible de leur prendre, il n’y a rien à faire. Pourvu que personne ne leur demande s’ils croient au titre en Ligue 1, ils seraient obligés de mentir. Ou de prétendre qu’en fait ils ont manqué de réussite contre la Real. Trop tard.

Un capitaine, entre autres qualités, est souvent choisi pour son art de ne pas trop raconter de conneries. Dire « la C1 nous manque » avant le barrage n’en était pas une grosse, juste une petite pour admettre que Lyon était favori. La suite a donné raison, et à ce qu’il a montré Lyon n’est pas loin d’être tout autant favori pour gagner la Ligue Europa. Puis Gonalons est devenu amusant juste après le match aller. « On ne s’attendait pas à jouer une équipe espagnole aussi concentrée, aussi dure dans l’impact. On les avait vus à la vidéo : c’était une équipe qui attendait l’adversaire. Pendant le match, on a vu le contraire : ils sont venus nous chercher et nous ont posé énormément de problèmes là-dessus. » Il aurait aussi bien pu dire que Garde les a plantés avec sa séance vidéo à la con, mais il a évité, peut-être parce qu’une humiliation incite à la prudence. Et il a bien fait : au retour, Lyon a eu 56% de possession et ça a tout changé : la Real a eu encore plus d’occasions. Mais ça ne l’avait pas empêché de dire avant le match « pouquoi gagner 3-1 au retour serait impossible ? » La réponse était évidente, la voilà : se créer deux occasions à l’aller et deux au retour ne permet pas de gagner 3-1 à l’aller ou au retour.

Benzia, Fekir, Bahlouli : si Garde n’était pas si gentil, on pourrait penser qu’il prend Aulas pour un con. Mais il est si gentil, et puis c’est un formateur, et puis ça n’intéresse plus vraiment Aulas de gagner la Ligue des Champions depuis qu’il l’a fait avec Benzema et Ben Arfa. Il a mieux à faire : twitter des conneries, vendre Gomis, remercier Lisandro, revendre Gomis, encenser Gourcuff et perdre la Ligue Europa avec ses jeunes pousses qui, comme l’immense majorité des anciennes générations formées au club, n’a pas un niveau terrible. La preuve : la star c’est Grenier et il n’a pas été meilleur que Gourcuff sur les deux matchs. Ils ont la même tête mais sont différents : Yoann a des yeux de biche et aime la passe avant tout, même si Karine Ferri se défendrait probablement d’être une prostituée. Alors les matchs aller-retour où on n’a pas le ballon et où on est mené, c’est pas pour lui. Grenier, lui, voit comment tourne un match : si ça se passe bien il attend le bon moment pour briller de n’importe quelle façon, mais généralement en marquant puis en allant fêter ça avec l’arrogance de penser que c’est normal, avec un clin d’oeil vers la tribune où sont placés les émissaires venus d’Angleterre et d’Espagne, peu importe s’ils sont effectivement là ou pas. En tout cas ceux de la Real ne reviendront pas. Et si ça tourne mal, il tombe à chaque contact, il hurle, il prend un carton, il gueule, il sprinte pour tirer un corner comme si ça pouvait encore changer quelque chose et tout ça avec encore plus d’arrogance. Le tout étant de montrer une technique irréprochable et de dribbler deux ou trois mecs. Bref, le sauveur. C’est vrai que Miguel Lopes, Koné, Fofana, Bedimo et Umtiti n’allaient pas se proposer à sa place.

Il restait Lacazette. Ce fameux Lacazette qui a déjà prouvé toute sa valeur au niveau international avec de belles participations aux dernières défaites de l’équipe de France. Replacé dans l’axe, il peut y dévoiler bien sûr sa coupe de cheveux ridicule et aussi sa science du poste : prendre le ballon et se retourner pour courir le plus vite possible vers le but. De Leonidas à Giroud, les plus grands ont tous essayé une fois et ça n’a jamais marché, la deuxième non plus. Pour une autre raison simple : les défenseurs prennent le ballon et on se retrouve le nez dans le gazon. Ca n’empêche pas de gueuler sur l’arbitre, c’est vrai.

Pendant ce temps-là, Gomis avait annoncé qu’il reprenait ses études il y a quelque temps. Vu la forme actuelle de Bahlouli, il attend son heure en faisant un peu de droit du travail. C’est toujours plus utile à son club que de marquer des buts en Coupe d’Europe.

 

Mondiaux de judo : Legrand Mongol

Ca fait trois ans qu’on les voit se planter mais ils se la racontent toujours autant. Agréable.

DS35_025_TVagenda.indd

« Automne était trop déçue pour passer nous voir, » apparemment au Qatar vexé se dit déçu. Et comment ne pas l’être quand on a passé son année à crâner en disant qu’autre chose que l’or serait un échec. Avec cette belle quatrième place elle va pouvoir défier Kasparov. Quand on vise le titre mondial il faut être sûre d’être vraiment la meilleure, ça évite de se faire torcher en demie par une Brésilienne évoluant à domicile et à peu près 100 fois plus forte. Il faut dire que Silva avait pu être mise au courant que Pavia ne savait faire qu’Uchi Mata mais on est sûr de rien. A part peut-être qu’Ugo Legrand était lui aussi moins balèze que le Mongol qu’il a éclaté à 30 secondes de la fin de sa demie sur un Te Guruma hyper risqué. Car là où Ugo a mis la main, même Morandini n’y aurait pas mis la bouche. Gourcuff peut-être.

C’est bien là l’exploit du jour car se faire mutiler en finale par un Japonais surdoué c’est moins original. Alors que ce Mongol semblait insubmersible. Elevé dans une yourte entre 0 et 28 ans, Sainjargal aurait appris le judo contre un cheval, il aurait ensuite mangé ses frères et soeurs mais jamais de légumes. Le genre de type dont on aimait moquer le physique jusqu’au moment où il a envahi l’Europe. Ugo l’a foutu dehors comme il avait déjà viré son compatriote Khashbaatar qui a dans son nom les atouts pour devenir le prochain ennemi de Bruce Willis. Désormais Ugo Legrand a les mêmes blessures, le même palmarès pourri en plus du même judo spectaculaire que son idole et entraîneur. Si seulement il avait eu aussi pu aimer Kosei Inoue, il n’aurait pas été surpris par le talent de son adversaire et serait déjà champion du monde. Il voulait l’être « sur une jambe« , qu’il commence maintenant à essayer de l’être sur deux.

Pendant ce temps-là, Pierre Duprat a eu le temps de visiter le Corcovado si l’on en croit son Facebook. Comme quoi ne pas avoir le niveau mondial ça a du bon même s’il s’est un peu fait voler. Mais après tout il est encore jeune. Ben oui, il a le même âge qu’Ugo Legrand.

Legrand, Pavia : Légendes d’Automne

Souvenez-vous c’était il y a un an. Cette fois il y aura même Pierre Duprat mais aussi Bein Sport hélas.

Il était une fois une petit fille blonde qui ne voulait pas faire du tir au pistolet comme toutes les petites filles blondes. Elle voulait faire uchi-mata. Pendant plusieurs années ses parents ne comprirent pas les désirs de leur fillette. Et puis un jour de 2000, en regardant les JO de Sydney ils sont tombés sur d’étranges danseurs vêtus de pyjamas blancs ou bleus. L’un d’eux était un gros Japonais vif comme le Shinkansen. En un quart de secondes il se tourna, plaça sa jambe entre les jambes de son adversaire avant de le projeter au sol comme s’il était responsable  à lui seul d’Hiroshima, Nagasaki et bientôt de Fukushima voire du manga Ranma 1/2. Leur fille se mit alors à crier très fort Uchi-mata ! Uchi-mata ! Uchi-mata ! Ses parents comprenaient toujours que dalle mais réalisèrent qu’ils feraient mieux de mettre un pyjama à la gamine avant de la coucher. 12 ans plus tard Mathieu Dafreville préfère la coucher sans pyjama mais c’est une autre histoire.

Les sanglots longs des violons d’Automne

Celle d’une fille qui a bien grandi mais qui veut toujours faire uchi-mata. Au premier tour, Automne s’est débarrassé d’une vieille Anglaise surprise de l’utilisation d’uchi-mata par son adversaire. L’Australienne des huitièmes ne pouvait pas prévoir qu’en plus de ses 8 uchi-mata, Automne connaissait aussi Harai-goshi et O-soto-gari. Du coup en quarts, l’Autrichienne n’était pas préparée au spécial d’Automne baptisé uchi-mata pour l’occasion et qu’en plus elle le placerait une bonne douzaine de fois. En demi, Automne parvint à déstabiliser le bulldozer nippon qui ne pouvait pas se douter qu’Automne avait passé son hiver et son printemps à travailler uchi-mata. Mais elle faisait un peu peur avec ses faux airs de Niki Lauda, son prénom d’amoureuse de Nicky Larson et le marché aux poissons de sa ville d’origine. Bref c’était une Jap, donc il fallait disputer la troisième place si on voulait une médaille. La Hongroise au menu, tout aussi bonne à crever qu’elle mais pas forcément en judo n’a pourtant pas cédé sous les offensives de la Française. A croire qu’Uchi-mata est aussi enseigné sur les bords du Danube entre 3 bains à l’eau thermale qui pue l’oeuf pourri. Mais elle a rien fait d’autre alors les jeux de mots ont commencé à pleuvoir comme un jour d’Automne.

Pendant ce temps-là, on se demandait bien pourquoi nous avions baptisé le garçon du jour Ugo surdimensionné. Peut-être parce qu’il s’est fait dessus face au Hollandais devant lequel il se fait toujours dessus. Peut-être parce que les arbitres ont été tellement impressionnés par Ugo qu’ils ont refusé de sanctionner le Hollandais qui foutait rien pendant 5 minutes. Ils se rattraperont en demie et en finale de 3. Peut-être parce qu’au bout de 5 minutes, Ugo n’avait plus le physique alors que ce n’était que des JO. Ou peut-être parce qu’après avoir éclaté la gueule du Coréen sans arrêt présenté comme une star mais qui en est à deux défaites en deux rencontres internationales contre Ugo, Ugo a réussi à nous faire croire qu’il était devenu champion olympique.

Mondiaux de Judo : Ça sent pas Larose

Pour se taper Bein Sport, ses magnetos qui ne partent pas et ses commentaires soporifiques, au lieu de mater le très vilain Batman Begins, il faut vraiment aimer le judo. Ou aimer se foutre de la gueule des Français dont les combats ne sont même pas diffusés en direct ou en intégralité. Car la condition sine qua non c’est d’aller en demi. Donc d’être bons.

jigoro_kano

On entend rarement parler de David Larose et à vrai dire c’est mieux comme ça. Le mauvais reportage de Bein Sport qui lui était consacré annonçait ses ambitions : une médaille, et si possible de la plus belle des couleurs. Il aurait dû préciser s’il pensait à la couleur caca d’oie, mais la question ne lui a pas été posée. Comment lui en vouloir d’avoir été ridiculisé par un Polonais ceinture jaune, David l’a reconnu à la fin de son premier et unique combat de la journée : »Son judo ne me convient pas il attaque tout le temps. » Souhaitons lui  à l’avenir d’éviter les Polonais mais aussi les Azeri, les Japonais, les Brésiliens, les Hollandais, les Belges, les Cubains et les Coréens car ils ont le même défaut. Quand on pense que même le Kosovo a déjà une médaille d’or alors qu’il y a 10 ans le pays n’existait même pas.

On ne l’a pas vu en direct sur Bein mais c’est justement cette Kosovare qui a renvoyé Priscilla Gneto dans son pays, la Corse. Même si la Porto-Vechienne a subitement retrouvé les origines ivoiriennes que les commentateurs des JO de Londres avaient bien voulu oublier le temps d’une médaille de bronze. Mais n’allez pas voir de racisme ordinaire là-dedans car après tout Mouss Diouf n’était-il pas blanc avant son accident cérébral ?  Certes Priscilla sortait de blessure comme la moitié de l’équipe de France. Du coup l’objectif de 7 médailles annoncé par la DTN reste encore accessible si on veut bien comptabiliser les sorties au premier et au deuxième tour.

C’est ce qu’on appelle une sélection bien préparée. Inutile de revenir sur Laetitia Payet qui venait pour « faire quelques chose » et qui n’a pas inventé l’eau tiède ou sur Dimitri Dragin qui a essayé de faire quelque chose mais pas d’inventer l’eau tiède. Demain ce sera au tour d’Automne Pavia de montrer à David Larose qu’on peut ne pas avoir inventé l’eau tiède, être favori et partir avec le titre même si les Polonais attaquent beaucoup. D’ailleurs peut-être que 1939 se serait mieux passé si Hitler avait porté un kimono plutôt que la moustache.

Pendant ce temps-là le Judo-Club d’Albret attend toujours son premier champion du monde. Après Lagarde, Brésolin, Beschi, et les familles Dalies et Lecharpentier c‘est une nouvelle fois à Pierre Duprat d’essayer.

Bayern Munich : Tailler un Pep

Heynckes avait trouvé comment détruire le jeu du Barça. Son successeur a donc décidé de recréer le Barça au Bayern. Alors, il est con Guardiola ou juste nul ? Il faudrait poser la question à ceux qui sont venus le chercher.

gua

 

Et si tout ça n’avait été qu’un rêve ? C’était il y a 4 mois à peine, se produisait devant nous la plus belle équipe depuis que Jules Rimet a commencé à nous faire chier avec son sport joué par des débiles devant des débiles et on ne dit pas ça que pour Thauvin, Pierre Ménès et Antoine de Caunes. On ne vous dira pas qui est quoi.

Bref cette équipe avait fessé cul nu le nain le plus connu du monde après Passe-Partout et ses copains pas les plus fidèles du monde même s’ils se tapent des bombasses. On se prenait alors à fantasmer une domination de plusieurs milliards d’années comme même Goebbels n’en aurait pas imaginé. C’est alors qu’à mi-saison les dirigeants ont eu l’idée de recruter le type le plus réputé pour animer les soirées munichoises où il n’y aurait ni bières, ni putes. Pourquoi ne pas faire manger de la paella à un Allemand tant qu’on y est. Sur le papier l’idée n’était pas bête puisque désormais les Allemands ne portent la moustache qu’en présence du prince Harry ou de Max Mosley. L’idée est devenue encore moins bête quand le Grand Journal a remplacé Denisot par de Caunes. Le problème c’est que le Grand Bayern et le Grand Journal ont été créés par Denisot et Heynckes, ou l’inverse. Même si l’un des deux était mourant. Une fois de plus on ne vous dira pas qui est quoi.

De Caunes et Guardiola avaient donc laissé un souvenir indélébile remportant match après match leurs lettres de noblesse et l’un des deux n’a même pas eu besoin de papa et maman pour devenir célèbre. Ils auraient pu en rester là, pour toujours inscrits dans la postérité de leur métier. Mais un siècle, voire un peu moins, après leurs exploits ils ont décidé d’y retourner. Et ça fait mal. Car n’y l’un ni l’autre n’ont l’ADN de la mission qu’on leur a confiée. On ne parle pas politique quand on a joué dans les Deux papas et la maman avec Smaïn. On ne vient pas à Munich pour recruter Thiago Alcantara car Muller n’a pas le temps pour lui apprendre le foot.

Si Thiago Alcantara obtient en fin de saison le Ballon d’or que tout le monde lui promet, ce sera un cas sans précédent dans l’histoire du football : il n’était pas titulaire au Barça et en arrivant dans l’équipe qui a humilié le Barça, il s’imposerait et deviendrait le meilleur du monde, un cerveau qui comprend et fait seul ce que Kroos, Schweinsteiger, Gustavo et Javi Martinez font ensemble. On pourrait rajouter Tymoschuk mais la provoc a ses limites. Ah non elle n’en a pas : Luis Gustavo est parti pour faire de la place au petit prodige. En attendant Javi Martinez, qui aurait été trop grand pour intégrer la Masia. Ou alors pour jouer en défense centrale, tiens c’est une idée.

Ce qui devait arriver arriva : une Supercoupe perdue contre Dormtund en en prenant 4 alors que le Borussia avait eu à peine 4 occasions en finale de C1 il y a 3 mois. Et des premières journées de Bundesliga pas super. Tout cela n’est évidemment pas un hasard et tout cela a une explication technique un peu chiante qu’on ne vous livrera pas là : en gros, Pep a voulu reproduire au Bayern le jeu à la barcelonaise. Donc le milieu à trois c’est pas une bonne idée du tout. Et Guardiola est bien l’homme de la situation, le foot lui manquait, le reste aussi, et puis aussi les autres trucs. Enfin rien à voir avec une histoire d’image, d’ego et de pognon. En plus il a déjà appris l’allemand. Niederlage ça veut dire défaite ou échec, ça dépend du contexte.

Pendant ce temps-là, Guardiola n’a jamais été viré. Il paraît que tous les entraîneurs le sont un jour. Mais pas de regret : Jupp a pris sa retraite, ça ne servira à rien de le rappeler, même si tous les joueurs font une pétition pour rejouer comme avant.

US Open : Ground zéros

Ils sont Français et rêvent de l’US Open. Voilà pourquoi ils vont aller loin*.

cp (2)

Richard Gasquet : Souvenez-vous, on l’avait laissé sur le meilleur début de saison de sa carrière juste avant Roland-Garros. Trois mois plus tard, il a tellement perdu contre n’importe qui qu’il a plus ou moins battu personne. Mais la bonne nouvelle c’est que ça ne change rien à son début de saison, toujours excellent. Du coup, il n’y a aucune raison qu’il n’aille pas loin comme à Doha début janvier, à part si son tableau comporte plus de top 10 qu’avec Hernych, Zemlja, Lacko, Brands et Davydenko.

Gaël Monfils : Fin connaisseur de son corps, il ne lui a imposé qu’un tournoi de préparation avant l’US Open à Winston-Salem la semaine dernière. Mais Monfils reste un showman qui se laisse emporter par son amour du rap, des bagnoles, de la NBA et des cochonnes qui crient son nom, alors il a été en finale quand l’habituelle épidémie de contre-performance obligeaient toutes les têtes de série à quitter les lieux pour aller se préparer à New York dès le jeudi. Il a abandonné en finale en ayant mal. Pourquoi s’inquiéter ? Comme Nadal et Vlad Tepes, il suffit qu’il passe un bon paquet de nuit dans une chambre froide dès qu’il le peut et ça repart.

Benoît Paire : Il a déjà réussi son tournoi. Avec les forfaits de Simon et Tsonga, il est la deuxième meilleure chance française. Il peut même se balader dans les allées en affirmant qu’il est tête de série, cette fois c’est vrai. Et personne n’ira vérifier si oui ou non il a fait d’autre demie depuis son éclosion au Masters 1000 à Rome en mai. C’est non.

Jérémy Chardy : Ça fait quatre tournois qu’il passe à un tie-break ou à un petit set de passer le premier ou le deuxième tour. Le jour où il passera le cap, ça peut faire très mal.

Nicolas Mahut : Il est le seul français à avoir gagné deux tournois cette saison. Plus il est vieux et blessé, plus il obtient de bons résultats. Espérons que son genou le fasse souffrir, parce qu’il est de plus en plus vieux.

Benneteau : Le problème, c’est que dès qu’il va en finale, il la perd. C’est arrivé huit fois, ça ferait neuf. A quoi bon ?

Merde, on a oublié Llodra.

Nantes-PSG : Cousu de fil Blanc

Une fois n’est pas coutume, c’est à deux et sans Margotton que le Vestiaire a observé en tribune l’affiche du dimanche soir de Ligue 1. Cette fois Loko a pas montré ses bijoux de famille.

Nante

 

Sous son costume, il n’avait pas prévu de mettre de déodorant, il aurait dû. Car ça a quand même pué un bon moment. Laurent, persuadé d’être toujours ce grand requin Blanc qui faisait frémir les jeunes surfeurs de Chaban-Delmas, est revenu à Nantes. Il a de nouveau gagné mais se sentait-il aussi sûr de lui et de la sauvegarde de son emploi que la dernière fois, il y a quatre ans, quand un très beau jeune homme marquait même de la tête pour faire gagner Bordeaux ? Le buffet presse était le même, le Vestiaire était déjà là et Kader Boudaoud obtenait de France Télévision un Paris-Nantes en 1e classe pour venir chercher un sourire de Yoann Gourcuff.

Cette fois, le requin a sué jusqu’à la 75e minute, et encore plus en conférence de presse au moment d’expliquer pourquoi c’est Lavezzi qui a sauvé le PSG. Sauvé, parce que le PSG n’avait pas le choix, il devait gagner après deux nuls. Si l’on considère que l’objectif est un dernier carré de Ligue des Champions et que les joueurs sur la pelouse valent pas loin de 200 millions d’euros, même gagner ne suffisait pas. Il ne faut quand même pas trop écouter la nostalgie d’un jeune papa dans les tribunes venu en pensant revoir N’Doram comme il y a 18 ans, avec son propre papa qui parle toujours d’Henri Michel à la mi-temps comme il y a 40 ans. Émouvante mise en abyme, mais Nantes est un promu qui a fini 3e de Ligue 2, ça vaut pas grand-chose. Alors, aligner son équipe-type pour que ça ne fasse pas un pli et ne pas en coller 4, c’est un problème, surtout quand c’est trop facile pendant une demi-heure parce que l’adversaire joue le hors jeu à 40m de ses buts avec un libero vénézuélien, mais aussi un milieu américain et un attaquant serbe pisté par Lyon. Et encore, si Khelaifi entend que Der Zakarian a des regrets, ça va finir aux prudhommes avant fin août.

C’est un peu à cause de tous ces joueurs du tiers-monde du foot qu’Ibra a décidé de ne plus cacher qu’il s’emmerde à jouer ces matchs-là. Entendons-nous : il s’emmerde, mais il ne veut quand même pas qu’Ongenda les joue à sa place, et s’il peut foutre son poing dans la gueule de Cavani, il le fera rapidement : ça fait quand même quatre matchs sans but avec le Trophée des Champions. Ca ne lui arrive jamais en Ligue 1, juste en quarts de finale de C1 d’habitude. Le problème, c’est que la concurrence fait rage : Cavani aussi se met à marcher dès qu’il a marqué un but de plus qu’Ibra. Pastore ne courra de toute façon jamais un dimanche soir, et au bout d’un moment, Motta voit pas pourquoi il le ferait si les autres ne le font pas. Les options du requin sont les mêmes que pour Ancelotti : compter sur Matuidi et Lavezzi pour ça, et sur Thiago Silva et Sirigu pour limiter les conneries des autres derrière.

Pendant ce temps-là, le requin juge la victoire plus que précieuse face à une bonne équipe de Nantes. On dirait du Ancelotti. Sauf qu’Ancelotti était sûr qu’une fois en Ligue des Champions ses joueurs allaient courir.

Top 14 : Talebula gauche

Qui de Toulouse ou de Toulon alignera le premier pack de plus d’une tonne ? Comment Clermont réussira-t-il à ne pas gagner la coupe d’Europe cette année encore ? Comment peut-on devenir aussi riche en vendant des BD pourries ? Cette saison s’annonce aussi palpitante que la précédente, nous confirme François Carillo qui a décidé d’arrêter les arrêts cardiaques.

 

fils a jo

Tout va bien au Pays Basque sauf l’Etorki fabriqué désormais au Pakistan. Joe Rokocoko a dessaoulé des fêtes de Bayonne juste à temps pour jouer le premier match. Plus que deux saisons d’adaptation et il sera en forme, Mike Phillips en donne sa parole. Biarritz s’est fait une petite frayeur en deuxième mi-temps mais a assuré sa première défaite à domicile de la saison. La jeune garde a brillé face à Clermont, les prometteurs Yachvili et Traille ont tenu l’équipe à bout de bras, retenez bien ces noms.

 

Tout ira mieux. Pour le Stade Français, c’est bien évidemment la saison du renouveau, sixième du nom. Les ambitions sont revues à la hausse, on peut se permettre de viser le haut du ventre mou du championnat. Ni peur de descendre, ni adrénaline des phases finales, la vie à Paris est bien assez stressante comme ça. Le capitaine Papé était heureux de retrouver les terrains, voilà huit longs mois qu’il n’avait rien d’autre à étrangler que des espoirs à l’entrainement. Satisfait du comportement de son équipe face à Grenoble, « ça ne [le] dérange pas de perdre comme ça ». Ça tombe bien, ça arrivera encore une bonne quinzaine de fois cette saison.

 

Les râleurs du rugby, c’est sacré. Après un match moyen, pourquoi se contenter de rejeter la faute sur l’arbitre quand on peut aussi l’humilier ? Non, Guy Novès n’est pas un vieux con, il est très moderne. C’est un ordinateur à la main qu’il est venu rappeler aux arbitres, au cas où ils l’auraient oublié pendant l’été, qu’à chaque fois que le Stade sera victime d’une pseudo injustice, il sera là pour les démolir devant la presse et pour crever les pneus de leur Kangoo jaune. Il le sait bien Guitou, statistiquement, un arbitre qui rentre chez lui en pleurs dans la voiture d’Europe Assistance, ses chaussures encore mouillées par la pisse de ce farceur de Jean-Baptiste Elissalde, a 8 fois plus de chances de laisser jouer la dernière touche pour le Stade dans les 22 adverses.

Pendant ce temps-là, la Ligue ferme les yeux à chaque fois que Guy Novès vient fourrer son nez dans le corps arbitral. Et lui ?

 

 

Gourcuff : Les yeux de Gerland frits

Et s’il était revenu prouver à Grenier que c’est toujours lui le plus beau ?

kaka

Le grand mystère du début de saison est partiellement levé. Pas celui sur l’imperméabilité lyonnaise, pas non plus celui sur la classe biberon lyonnaise, encore moins celui de Florian Maurice qui confie sa sérénité à RTL vingt minutes avant le match contre une « équipe espagnole que je ne connais pas très bien ». On ne va pas quand même pas s’intéresser à toutes les conneries qui circulent. A ce qu’on disait, les titularisations successives de Yoann Gourcuff n’en étaient plus une, il fallait trancher. Effectivement, ce n’en est pas une : il a bien sa place dans cette équipe. Pourtant il n’a pas tant changé, puisqu’à 0-2 il a retenté sa roulette suivie d’une accélération du défenseur adverse qui lui prend le ballon. Le génie est de retour.

Gourcuff a aussi, ou surtout, été le premier à frapper dans un match où Lyon n’a pas frappé. Di Meco ne s’y est pas trompé : « donne le ballon à Gourcuff et Grenier et ça ira ». Soit il n’a pas été entendu, soit il mériterait que plus personne ne l’entende jamais. Gourcuff a eu beaucoup de ballons, il a beaucoup combiné à 75m du but adverse en remettant en une touche à ses défenseurs, avec l’application de débutant qui ne l’a jamais quittée. Même avec Tiburce et le cameraman de Canal il le faisait. Il a couru partout, il a défendu, il a œuvré pour l’équipe, il a tiré des corners, ceux que Grenier lui a laissé. Il a aussi admiré en esthète qu’il est les putains de but de Griezmann et Seferovic, ça fait envie. Bref, avec son bilan, il peut regarder Malbranque dans les yeux. En fait, il peut regarder tous ses coéquipiers dans les yeux et en même temps les remercier d’être ce qu’ils sont. Grâce à eux, Gourcuff est de retour. Enfin il est plus blessé quoi.

Alors quelle est la meilleure option ? On le vend, on le garde ? On dit qu’on n’a jamais voulu le vendre ? Et pourquoi pas aller jusqu’à affirmer qu’à ce niveau il va retrouver les Bleus comme à chaque fois ? Sa cote est sans doute remontée de quelques millions d’anciens centimes ; il est vrai que son profil de meneur de jeu à l’ancienne, rapide face à des Niçois, doté d’une remarquable vision de jeu quand les Sochaliens lui laissent le temps de regarder le jeu, bon face à la seconde moitié de la Ligue 1, ça intéresse un paquet de club dont Arsenal sans aucun doute. En plus Karine Ferri doit adorer Londres. Zut Chamakh vient de partir à Crystal Palace.

Voilà pour Gourcuff. Bientôt on vous expliquera pourquoi il jouera l’Europa League.

Rafael Nadal : Le Borg de barbarie

Voilà à quoi va ressembler le tennis jusqu’à sa prochaine blessure.

raf

On avait fini par oublier pourquoi Nadal a battu tous les Federer successifs au fil des années. Après avoir disparu, après que Federer a disparu à son tour depuis une bonne trentaine de mois, Nadal est revenu pour régler ses comptes puisque Federer ne compte plus. C’est l’histoire de son retour et de sa saison 2013. On savait déjà que Nadal ne reviendrait que s’il était sûr de tout gagner, pas juste pour jouer des matchs et voir comment ça se passait, comme il le promettait bien entendu les yeux pleins d’incertitude. Ça ne l’empêchait pas de dire la vérité quand on lui lançait à la gueule l’ère Murray-Djokovic. Faut pas déconner quand même, il a donc répondu que l’ère Nadal-Federer n’était peut-être pas finie. Ce qui ne l’a pas empêché de le battre trois fois de suite en 2013.

Pour que son retour paraisse en être un, Nadal s’était permis d’être nul un ou deux matchs pour son premier tournoi, même de ne pas le gagner mais ça n’a pas duré. A ce moment-là, en finale d’un tournoi chilien où il ne mettra plus les pieds, les rallyes sur terre battue contre Zeballos était durs, les balles de Zeballos rebondissaient haut, les amortis de Zeballos faisaient mal et la petite coupe normalement prévue pour Zeballos a été pour lui. Nadal n’avait pas la solution. Affirmer qu’à ce moment-là il ne voyait pas Zeballos mais Djokovic serait accorder beaucoup d’honneur à Zeballos, ou peu à Djokovic et encore moins à Murray. C’était pourtant bien le cas.

Car depuis, Nadal a tout gagné à part ce qu’il n’a pas voulu gagner, excepté Monte-Carlo, quoique cette histoire d’invincibilité le faisait peut-être chier. C’est un coup à devenir vraiment invincible et c’est bien plus marrant de l’être partout ailleurs. Surtout, il n’était pas encore prêt à agresser Djoko quand ce petit vantard réussissait un break, voire gagnait un set. A Roland, il était prêt. On ne met pas 6-1 après un 6-3 pour Djoko et on ne gagne pas 9-7 dans la 5e manche si on n’est pas Nadal car pour une fois, Djoko était Djoko et lui n’a pas l’excuse du lipome arborescent de la synoviale du genou.

Mais c’est juste après ça que Nadal a accompli son immense progrès, celui qui lui a permis de torcher tout le monde pour son tournoi de reprise sur ciment, celui qui lui permettra sauf blessure de gagner l’US Open et d’être numéro un mondial en octobre : il a perdu au premier tour de Wimbledon sans l’ombre d’un remord. Il a juste fallu ne pas culpabiliser de donner du plaisir à un Belge, ne pas trop s’en foutre et laisser tonton parler de son genou, autrement dit le laisser gérer sa carrière. C’est assez simple d’être le meilleur, il faut juste accepter qu’on peut perdre 3 fois en 55 matchs mais bien choisir ses dates.

Le reste c’est aussi simple qu’avant, et ça marche contre les petits qui courent vite, les grands qui tapent fort, les génies de Béziers qui ont un sacré talent, les géants qui servent à 230 et sans doute contre Santoro mais on saura jamais : engager l’échange, attendre en remettant tout jusqu’à ce que son gros biceps gauche décide de gagner le point tout seul. En gros tout dépend de son genou.

Les Palmarès : Les demi de mêlées

PANORAMIC/00004947/000014

Le rugby ne se jugeant que sur deux compétitions, l’une européenne, que la France a déjà perdu, l’autre mondiale, que la France a déjà perdu, il ne suffisait pas d’avoir brillé en Currie Cup, Super 12 ou Top 14 (ça existe) pour y figurer. Voici les cinq meilleurs numéros 9 de ces vingt dernières années.

5. Ruppert Moon

Ceux qui n’ont pas vu le Tournoi des 5 nations 1994 ne savaient même pas qu’il existait. Les autres savent qu’il l’a gagné tout seul avec Scott Quinnell et un Pays de Galles cuillère de bois en 1993. Un des plus grands Quinze tricolores de tous les temps battu. La Coupe d’Europe n’existait déjà pas.

4. Justin Marshall

S’il n’y avait qu’une seule raison pour justifier sa présence, ce serait Byron Kelleher. Oublier ce que signifie jouer au rugby n’est pas condamnable à 36 ans. Il n’a pas gagné la Coupe du monde, mais ce n’est pas que de sa faute.

3. Fabien Galthié

Quatre Coupes du monde qu’il n’a pas gagnées. Une fin de carrière au niveau exceptionnel, voire jamais vu, à la tête d’ un Quinze de France sans équipe, ni jeu. Bernard Laporte était là.

2. George Gregan

L’Australie, c’était plus lui que Larkham ou Horan. Niveau égal toute sa carrière, un peu de génie dans son jeu lui aurait donné la première place. Il a failli se retrouver troisième, mais Bernard Laporte et Boudjellal étaient là.

1. Joost Van der Westhuizen

Le génie des 9. Le plus physique, la plus grande gueule. Une Coupe du monde qu’il gagne seul et un peu avec les organisateurs. Une efficacité hors norme. Une créativité inégalée et une technique inégalable dans le jeu, le sexe ou la drogue. Et en plus il va crever avant Gareth Edwards mais après Jacques Fouroux. La classe.

Egalement cités

Farr-Jones : fin de carrière. Troncon : Italien. Pichot : Argentin. Edwards, Gallion, Berbizier, Fouroux : on a dit vingt dernières années. Carbonneau : Jean-Claude Skrela ?

Tamgho champion du monde : 18 jump street

Le Vestiaire vous avait dit hier qu’il s’étonnait de ne pas entendre Tamgho annoncer qu’Edwards serait bientôt une merde ou un truc du genre. Du coup le Vestiaire vous avait prévenu de ce que vous alliez voir sur cette vidéo.

tamtam

Avant de se mettre nu sous un drapeau pour faire des photos avec sa maman, Teddy Tamgho a gagné un concours dans un grand stade sans toit. Quand il fait les choses dans l’ordre, il peut réussir comme les autres. Éviter le rap de la victoire avant le début de la compétition n’était pas le plus compliqué à comprendre, mais ça a tout changé. Tout à coup, Teddy a compris ce qu’il n’avait jamais compris : mordre 4 fois pour commencer un concours en rend souvent l’issue incertaine, et tenter le record du monde quand on n’est pas encore premier c’est pas si facile à faire. Alors il a découvert un tout nouveau réflexe : assurer sa planche au lieu d’être le premier homme à 19m50 avec un beau drapeau rouge en guise de récompense. La médaille on n’est pas obligé de la rendre aux juges comme les relayeuses du 4×100, c’est quand même plus intéressant à la longue. Le plus étonnant dans cette histoire c’est que tout ça n’a rien d’étonnant : Tamgho a sauté tellement de fois 18 mètres en mordant que l’exploit n’en est pas un. Le faire le bon jour, oui.

Un sportif peut donc changer, comprendre qu’il faut fermer sa gueule au lieu de casser celles d’une athlète qui passe par là, ou qu’il faut fermer sa gueule parce que ça vaut mieux que de l’ouvrir. Et soudain, des millions de téléspectateurs ont renouvelé leur confiance à Patrick Montel, qui peut bien dire bravo à tous ceux qui ont soutenu Teddy qui est un mec en or, fin connaisseur de son sport. Des années d’hagiographie verbale lui rapportent gros en un instant, même s’il l’a fait pour Baala, Tahri, Hurtis, Pognon, Lemaitre, Vicaut et peut-être même Christophe Cheval. Annoncer que Teddy saute pour la postérité, ce n’était pas la première fois mais quand ça fait 18,04m, les vidéos restent sur le net. Boyon peut bien réciter de tête que c’est le troisième homme au-delà des 18m, on n’entend que Patrick qui dit que c’est l’exploit de ces championnats du monde. Cette bande-là, il pourra se la regarder avec Bernard Faure en sirotant un Delerm, Monfort ne lui enlèvera pas.

Est-ce de voir le joli 15,17m de Yoann Rapinier qui lui a fait dire stop aux conneries ? On ne le saura jamais.

 

Moscou 2013 : Des valses et du Tamgho

2008, 2009, 2010, 2011, 2012. Une médaille de bronze européenne et même pas en free fight. Bandeau l’artiste ! En 2013, comme d’hab il pète tout en qualifs. Alors ça sera quoi cette année en finale : un jour sans, une fracture ou le record du monde ? Hélas une compétition qui compte ça se gagne plus au mental qu’à la gueule. Pour l’instant on l’a pas trop entendu et il semble s’être assagi. Souvenirs

« Je vais essayer de poser des bombes aux moments importants. » Janvier 2011 n’est pas encore terminé que Teddy Tamgho menace déjà. Deux fois 17,92m la même journée, il a tenu parole. Plutôt que de les réserver pour juillet ou août comme les champions, il a choisi l’hiver, une salle, avec comme seuls rivaux Compaoré et des Italiens. L’exploit, un tour d’honneur en marchant, sans sourire et en toisant la foule comme un grand champion repu de titres. Les Jeux Olympiques d’Eaubonne, de Bondoufle, d’Aubiere et de Sotteville-les-Rouen lui ont déjà souri. Mais il ne faut pas réduire Teddy à son bandeau de travers, à ses chaussettes relevées, à ses bastons avec des meufs, à ses vies de ma mère sur le sautoir, aux dunks, au rap, à ces putains de Harlem globe trotters, à ses blessures qui le privent d’Eurostar en 2012 ou à cette médaille de bronze aux Jeux Olympique d’Europe de Barcelone 2010, à deux rangs près c’était lui l’Euro Star. Daeguté ! Mieux vaut-il avoir du talent quand ça ne compte pas ou ne pas avoir de talent du tout ? Finalement le seul truc qui n’a jamais déclaré forfait chez lui c’est sa grande gueule.

Edwards aux mains d’or

Tamgho a déjà 23 ans quasi 24, déjà 4 voire 5 de plus que l’année de son titre mondial junior, en 2008. Il avait explosé son record le bon jour, avec 17,33m. Le bon jour, c’est vite dit : trois jours plus tôt ça aurait valu Pékin. Tant pis, il verra d’autres JO, ceux de New York et Doha qui permettent de dépasser 17,80m en toute confidentialité. Entre temps, il y a eu sa première grosse compétition en 2009, des vrais Mondiaux du mois d’août, enfin. La troisième place n’est qu’à 17,36m et la deuxième à 17,55m. Teddy claque successivement 17,37m puis 17,58m mais en février. Il terminera donc onzième avec 16,79m. Avec la petite douleur au mollet qui va bien. Il y a aussi eu l’hiver 2010, le premier record du monde dans le réconfort d’une salle qatarie, titre mondial à la clé. Comme Pierre Camara. Et presque en direct sur Direct8, Christophe Pacaud au commentaire.

Aujourd’hui, il est enfin à Mosou. Dans Rocky IV  Stallone aussi y était allé. Mais le méchant c’était pas lui et le méchant avait perdu.

Patrick Montel : « Mahiédine mais c’est qui ? »

Il fête ses soixante ans dont 30 à commenter l’athlétisme en nous faisant vivre des émotions qu’une sexualité digne de ce nom ne remplacerait pas. Et pourtant il n’y connait toujours pas grand chose, voire à peu près rien du tout. Est-ce réservé à son sport favori ou à la vie en général ? Enquête.

montel2

Qu’a voulu dire Patrick Montel en inscrivant « #Sotomayor rayé des tablettes ce soir?«  sur son statut Facebook ? Serait-ce à demi-mot un aveu attendu depuis si longtemps sur son inculture, son incompétence voire tout simplement son ignorance dans ce sport qui l’a fait Roi. Même si comme il l’a dit et répété « tous les spécialistes sont d’accord » était-ce une raison pour répéter bêtement une ânerie? Le rôle du journaliste n’est-il pas d’être un filtre d’analyse, d’expertise et de vérification de l’information. Pourquoi parce que Bondarenko dit qu’il vise le record faut-il forcement croire qu’il va y arriver ? Pourquoi à la vue des ses essais alors qu’il était évident qu’il ne franchirait pas 2,46 m, Montel a-t-il continué à affirmer qu’il allait battre le record du monde, obligeant presque Boyon à faire allégeance à ses bêtises.

La réponse, il nous l’avait donné durant tout l’après-midi en répétant à l’envi que Mahiédine Mekhissi était un grand homme et qu’il pouvait devenir champion du monde. Comment, un type qui n’a pas battu son adversaire du jour une seule fois en à peu près 1000 confrontations se mettrait subitement à gagner ? Rassurez-vous, ça n’était pas une vraie question, tout le monde sait très bien que Mekhissi n’avait aucune chance, même Montel, encore que sa naïveté atteigne des records du monde, cette fois c’est vrai. Mais à quel moment se comporte-t-il en journaliste ? Quand il dit ça ou quand il dit à Boyon de ne plaisanter avec la fois où il a démonté la gueule d’une mascotte ? Ou peut-être quand il se demande pourquoi Mahiédine est tellement sous-coté en France, alors que le mec a quand même construit à longueur d’années son image de bad boy sans cervelle mêlant l’arrogance à la violence. Pour ne pas dire le dopage puisque des soupçons n’ont jamais fait un drogué.

Si les extraordinaires performances de Mekhissi ne font pas de lui le plus grand athlète de notre époque, il le doit uniquement à lui-même et pourquoi pas un peu à Mehdi Baala qui a su parfaitement esquiver ses directs du gauche et du droit. Il a un palmarès sportif conséquent, il a aussi hélas un palmarès médiatique tout aussi chargé et il n’appartient pas à Patrick Montel de le réhabiliter parce qu’il lui a taillé une pipe ou je n’sais quoi. Ca c’est une connerie, pas une information. Pas vrai Patrick.

Retraite de Bartoli : Walter minus

2013 restera donc la plus belle année de sa vie, sur les 29 dernières en tout cas.

aff

Alors comment se foutre une nouvelle et dernière fois de la gueule de la petite Marion devant un tel épanouissement. Stopper sa carrière un mois après avoir gagné Wimbledon, on en aurait enfermé pour moins que ça. Elle ne profitera pas du pognon, de la starisation et des invitations de Denisot qui avait de toute façon choisi de se barrer juste avant.  Et pourtant tout est tellement logique, Bartoli rêvait de le faire depuis si longtemps pour enfin s’offrir la vie à laquelle elle a droit. Une vie sans ce tennis qu’elle déteste et qu’on lui a obligé à pratiquer depuis ses 6 ans, par la gentillesse des tyrans qui l’entourent.

Et alors qu’elle ne gagnait que des dépressions, des prises de poids et branlées, Marion est enfin parvenue à sortir de l’emprise pour prendre Wimbledon et sa retraite. Elle a peut-être découvert un test de grossesse positif ou juste ce qu’est l’amour, en tout cas pour la première fois le Vestiaire est bien content qu’une championne de son calibre, un bon gros calibre, se retire. Le reste, on vous l’a raconté et vous avez adoré le lire, ça s’appelait Poids et Walter.

Moscou 2013 : Bosse démâte

Parfois les journalistes disent des conneries et parfois Montel raconte des bêtises, l’un dans l’autre ça ne donne pas une très belle image du monde médiatique. Heureusement il reste le Vestiaire pour vous aider à vous faire une idée sur ce qui est nul et ce qui l’est moins après 4 jours de compétitions. Yalouz, par exemple, c’est nul. Mais c’est pas de sa faute, ça serait de la lutte on trouverait à qui parler.

tamtam

Ils sont fidèles :

P.-A. Bosse : Le Vestiaire vous avait prévenu il y a quelques semaines. Les mondiaux c’est autre choses que les championnats mini-poussins où Pierre-Ambroise baladait son improbable prénom, et son insondable talent. On ne connaît pas encore l’étendue de ses possibilités mais se qualifier pour la finale même à l’arrache c’est déjà pas mal. En finale, il n’avait aucune chance au vu de son état de forme même si Montel disait le contraire. Il dit souvent le contraire de ce qu’il se passe. Mentalement, il a un peu craqué. Physiquement, beaucoup. Il n’aura jamais de médaille d’or hors dopage, mais s’il grandit un peu, le podium sera accessible et pas que sur un coup de bol parisien comme Baala. Mais on en est pas encore là, on vous préviendra.

A. Nana-Djimou : Le 800 c’était pas sa course, mais elle finit encore une fois dans les huit. Elle espérait mieux, pas nous.

K. Mayer: 8446 points pour une première fois c’est pas mal. La prochaine fois il enlèvera la capote et tant pis si ça fait mal.

P.-Martinot-Lagarde : Notre spécialiste avait, comme d’habitude, flairé l’arnaque. On ne se rate pas par hasard avant chaque compétition. Le haut-niveau c’est physique et mental, rien de plus. Et quand on a tout ça on peut prétendre à passer un an dans la peau de Ladji Doucouré. Pour lui ce sera zéro.

On est cocu:

R. Lavillenie : On vous a tout dit hier, on vous l’avait dit avant : il n’est pas fiable. Comme pour Benzema, la suffisance n’est pas toujours suffisante.

J.Vicaut : Pour l’éternité, il restera la grosse plantade de ces mondiaux. Ca laisse songeur pour des lendemains qui déchantent. Au revoir Jimmy.

On les attendait pas, ils n’ont rien fait

C. Lemaitre : Il n’a pas tout à fait rien fait puisqu’il a volé sa place en finale pour s’y vautrer lamentablement sur une civière. Factuellement il n’a rien volé du tout mais quand on ne progresse plus, il faut changer de méthode, sinon la vie se rappelle à vous.

M. Hanany : Un jours il faudra mettre les minima à 2m35, comme ça on ne verra plus Hanany aux mondiaux.

Et Robert-Michon alors ?

Lavillenie: Docteur Renaud, mister tocard

Vous connaissez l’histoire du Français qui se la raconte grave, qui domine toute la saison et le jour où il faut gagner il perd. C’est un malheureux concours de circonstance ou une histoire française ?

bck

On pourrait croire qu’à part 11 kilos de muscles, 7 cm, une trentaine de records du monde, 6 titres de champion du monde et probablement quelques compléments alimentaires il n’y a plus guère de différence entre Bubka et Lavillenie.  On aurait pu croire aussi que Renaud allait trouver toutes les excuses du monde pour expliquer qu’il était « le meilleur perchiste du monde » comme l’a surnommé Patrick Montel et qu’il devait gagner. Renaud s’est contenté d’accuser la piste, l’organisation et les conditions. On aurait pu penser qu’il allait modestement rappeler que depuis 2009 il est sur tous les podiums mondiaux. Il ne s’en est pas privé car reconnaitre sa défaite contre plus fort que lui est sans doute encore trop difficile.

Et malgré ce bulbe incroyable qui gonfle sans même qu’on l’arrose, Lavillenie ressemble de plus en plus à un sosie de Galfione et Mesnil et de moins en moins à Bubka. Car Bubka qu’on qualifiait aussi de meilleur perchiste du monde, mais lui l’était vraiment, avait lui aussi au début de sa carrière fait une série similaire mais avec une médaille jaune autour du cou : Helsinki, Rome, Séoul, Tokyo avant le zéro de Barcelone à 29 ans. Les cocos l’avaient même privé des Jeux 84. Putain de Guerre froide. Lavillenie, notre grand champion a donc un palmarès moins honteux que celui de Galfione et son titre olympique et moins ridicule que celui de Mesnil et ses happening nu ou à poil, mais eux ne prétendaient pas dominer la planète. C’est un vieux rêve inaccessible sur lequel les adversaires de Goldorak, Bioman, Inspecteur Gadget et Sergueï Bubka se sont cassés les dents.

La différence c’est aussi que pendant que ses adversaires sautaient, Bubka gardait son survêtement. Il ne l’enlevait qu’après au moins deux heures de concours quand tout le monde ou presque était éliminé. Il se mettait alors à courir, plantait sa grosse perche dans le butoir et franchissait la barrière. A ce moment là, croyez le ou non, mais la légende raconte que ceux qui restaient en lice prenaient un sacré coup dans les clarinettes.

Christophe Lemaitre : Un diamant, zéro Carraz

Diagana et Doucouré doivent doucement rigoler dans leur barbe. Hélas comme disait Pagnol, ils n’ont pas de barbe et ne rigolent pas du tout.

clem

 

Pourtant ils ont longtemps hésité entre le rire et les larmes face à la blessure de PML. Eux aussi ont connu ça dans leur temps mais ils avaient déjà pris l’habitude de figurer dans quelques finales mondiales et olympiques dès leur plus jeune âge. On va finir par croire que les analyses du Vestiaire sont pertinentes et qu’ils existe vraiment des lois du haut-niveau et qu’il n’est pas permis à tout le monde de les franchir. S’il ne faut pas accorder plus d’importance que ça à l’accident Lemaitre une nouvelle fois finaliste (c’est bien ça l’accident), certains l’imaginaient plus régulièrement bronzé lors de ses débuts il y a 3 ans déjà. Côté bronzage, Jimmy Vicaut n’aurait rien à apprendre de Silvio Berlusconi mais son plantage est extrêmement inquiétant pour la suite. Il était le plus fort depuis le début de saison, il est hyper musclé, et même pas qu’en salle. Et puis le jour J plus tant que ça. L’essentiel c’est qu’il se trouvait détendu avant la course.

Tout ça était avant la vraie blessure, celle du champion. Ce n’est pas donné à tout le monde : sauter de joie pour un centième dans la gueule de Vicaut à 18h, sauter sur un brancard à 19h50, faire sauter le pacemaker de Pierrot à 21h au moment d’annoncer qu’il a foutu en l’air le 200, le 4×100 et la durée de vie de son entraîneur. Pourtant Lemaitre avait tout pour lui : des départs pourris, des temps pourris et une confiance pourrie. Du coup en finale il a pris un départ pourri, il a fait un temps pourri et il avait tellement confiance qu’il a forcé sur ses ischios ou son quadri, enfin un muscle qui pète. Peu importe, tant que Bolt et Gay continuent à dire que s’il travaille bien et qu’il reste compétiteur il sera un redoutable concurrent dans les années à venir. Pour ceux qui ont vu l’Intérieur sport encore remarquablement senti sur la langue au cheveu d’or, qui venait de battre Gatlin à Rabat ou un truc comme ça qui a de la valeur, Pierrot disait aussi que si la saison se passait mal pour la deuxième fois de suite, il faudrait songer à changer quelque chose. Ce quelque chose s’appelle-t-il Pierrot ? Vicaut, lui, est dégoûté : être sorti de la finale pour un centième c’est cruel. Espérons que Pessonneaux et Sangouma se soient mieux échauffés.

Pendant ce temps-là, Robert Michon nous a fait rêver même si Montel ne croit toujours pas Boyon sur le jet à plus de 65m, c’est vrai qu’elle donne pas envie d’y croire. Une médaille à Lesueur de son front. Bosse sera-t-il le Mayer ? On n’espère pas pour lui.

Mondiaux 2013 : Martinot toilettes

A priori, il n’aura pas la peau de David Oliver demain soir. Ni l’année prochaine non plus. Jamais en fait.

martyn

Les plus grands champions de l’histoire ont bien de la chance de ne pas être blessés pendant les grandes compétitions. Pascal Martinot-Lagarde fera donc partie de l’autre catégorie : les champions olympiques du mois de mai. Ou plutôt ceux de juillet, puisque son retentissant 13’12 date d’il y a un mois. Il n’avait jamais fait autre chose que 13’28 avant, il espérait bien faire mieux après mais c’est déjà raté. A 13’33 en juin, Patricia Girard parlait déjà de Doucouré, de 12’97, de finale mondiale alors que, quand on y pense, 2015 c’est dans longtemps, surtout pour une paire d’ischio-jambiers. Il ne faut surtout pas qu’il apprenne que Liu et Robles n’étaient pas là, il risquerait de s’empiffrer de compléments alimentaires pour oublier.

C’est toujours la même chose : après de tels mots, on a beau claquer 13’12 en meeting, les lombaires ne tiennent plus longtemps. Et puis l’autre erreur a été de répondre à Rue89 qui n’a pas toujours le bon diagnostic : lui faire avouer qu’il aime le show, les manchons fluos, qu’il faut prononcer Pi-ML à l’anglo-saxonne, qu’il appelle Patricia Girard « Mamoune » et qu’il a envie de bouffer la gueule de tout le monde et de se la raconter autant qu’il peut, c’est bien. Titrer « Martinot-Lagarde, avenir de l’athlétisme« , ça l’est moins. Pi-ML a aussi dit qu’il n’allait jamais chez le kiné l’an dernier mais qu’il s’y est mis cette année. Il reste de la place cette semaine.

Pendant ce temps-là, son frère aîné est en demi-finales alors qu’il est théoriquement un bon gros nul. Mais 13’33 ça suffisait. « Pour Pascal ça m’attriste un peu. Mais ça ne va pas changer ce qui se passe pour moi. » Le show c’est de famille.

Rafael Nadal: The Borg of barbarism

raf

It was eventually forget why Nadal beat Federer all over successive years. Having disappeared after Federer lost to turn for a good thirty months, Nadal returned to settle accounts since Federer lost count. This is the story of his return and his 2013 season. We already knew that Nadal would return if it was sure to win it all, not just to play games and see how it went, as he promised, of course, the eyes full of uncertainty. This does not prevent him from tell the truth when they shot him in the mouth the Murray-Djokovic era . Do not fool anyway, so he replied that the Federer-Nadal era was perhaps not over. That did not stop the fight three times in 2013.

For his return appears to be one, Nadal was allowed to be zero one or two games for his first tournament, even not to win but it did not last. At this time in the final of a tournament where Chilean not set foot, rallies on clay against Zeballos was hard, the ball bounced high Zeballos, the amortized Zeballos hurt and the small cut regularly scheduled for Zeballos was for him. Nadal was not the solution. Affirm that this time he did not see Zeballos but Djokovic would give great honor to Zeballos little or Djokovic and Murray even less. Yet this was the case.

Because since Nadal won everything except what he did not want to win, except Monte Carlo, though the story of invincibility was possibly shit. This is a blow to become really invincible and it is more fun to be elsewhere. Above all, he was not ready to attack when Djoko this little boastful managed a break, even won a set. A Roland, he was ready. We do not not put 6-1 after a 6-3 to Djoko and we do not win 9-7 in the 5th round if Nadal is not because for once, was Djoko Djoko and it has the excuse lipoma arborescens of the knee synovium .

But it was right after that that Nadal has made ​​his great progress, one that allowed him to wipe everyone for his tournament recovery cement, one that will allow him except injury to win U.S. Open and be number a world in October, he lost in the first round of Wimbledon without a shadow of remorse. He just had not guilty of giving pleasure to a Belgian , not giving a damn too and let uncle about his knee, ie let it manage his career . It’s quite simple to be the best, you just accept that you can lose 3 times in 55 games but choose their dates.

The rest is as simple as before, and it works against small running quickly, who hit the big box, the geniuses of Beziers with a sacred talent, the Giants used to 230 and probably against Santoro but never know: engaging exchange, expect putting everything until his left big biceps decides win the point alone. Basically it all depends on his knee.

 

Rafael Nadal: El Borg de la barbaria

raf

Finalmente se olvide por qué Nadal venció a Federer en todo los años sucesivos. Después desapareció después de Federer perdió a su vez por unos buenos treinta meses Nadal volvió a ajustar cuentas ya que Federer perdió la cuenta. Esta es la historia de su regreso y su temporada 2013. Ya sabíamos que Nadal volvería si estaba seguro de ganar todo, no sólo para jugar y ver cómo ha ido, como me había dicho, por supuesto, los ojos llenos de incertidumbre. esto no le impiden decir la verdad cuando le dispararon en la boca de la era Murray-Djokovic . No engañe todos modos, por lo que respondió que la era Federer-Nadal no era tal vez más. Eso no impidió que la pelea tres veces en 2013.

Para su regreso parece ser uno, Nadal se le permitió estar a cero uno o dos partidos de su primer torneo, a pesar de no ganar, pero no duró mucho. En este momento en la final de un torneo en el que Chile no puso un pie, los mítines en tierra batida contra Zeballos era difícil, la pelota rebotó alto Zeballos Zeballos amortizados, los heridos y el pequeño corte regular de Zeballos era para él. Nadal no era la solución. Afirman que esta vez no vio Zeballos, pero Djokovic le daría gran honor Zeballos poco o Djokovic y Murray aún menos. Sin embargo, este fue el caso.

Porque desde que Nadal ganó todo, excepto lo que no quería ganar, excepto en Monte Carlo, aunque la historia de la invencibilidad fue posiblemente mierda. Este es un duro golpe para llegar a ser realmente invencible y es más divertido estar en otro lugar. Por encima de todo, no estaba listo para atacar cuando Djoko este pequeño jactancioso logró un descanso, incluso ganó un set. A Roland, que estaba listo. No No coloque 6-1 después de un 6-3 a Djoko y no ganar 9-7 en la quinta ronda, si Nadal no se debe a que, por una vez, estaba Djoko Djoko y tiene la excusar lipoma arborescente de la membrana sinovial de rodilla .

Pero fue después de eso que Nadal ha hecho su gran progreso, que le permitió limpiar todos por su cemento recuperación torneo, uno que le permitirá, salvo lesión para ganar Abierto de EE.UU. y ser el número un mundo en octubre, perdió en la primera ronda de Wimbledon sin una sombra de remordimiento. Sólo que no tenía culpa de dar placer a un belga , sin importarle demasiado y dejar que el tío de su rodilla, es decir, dejar que manejar su carrera . Es muy sencillo para ser el mejor, sino que acepta que se puede perder 3 veces en 55 partidos, pero elegir sus fechas.

El resto es tan sencillo como antes, y va en contra de funcionamiento de pequeñas rápidamente, que golpeó la caja grande, los genios de Beziers con un talento sagrado, los gigantes usadas a 230 y probablemente contra Santoro, pero nunca se sabe: el compromiso de cambio, esperan poner todo hasta sus grandes bíceps izquierdo decide ganar el punto solo. Básicamente, todo depende de su rodilla.


Falcao, la vérité (3/3) : Radamel, le Schtroumpf surcoté

Dans l’épisode précédent, Falcao avait éliminé Porto en huitième de finale de ligue des champions 2010. Le problème c’est qu’il jouait à Porto. En 2011, il a une chance d’éclore enfin au très haut niveau avec la Colombie en Copa America. 

benben

Tout le monde est là, Messi et Higuain, Neymar tout jeune, Robinho et Pato moins jeunes, Alexis Sanchez, et bien sûr le duo Forlan-Suarez qui va tout écraser sur son passage. Parmi tous ces notables du football, il faut être un grand pour se faire de la place : seuls Forlan et Suarez verront donc les demi-finales, ils verront même le trophée. Mais alors dans tout ça, où retrouver la star de la Ligue Europa, l’homme qui valait aussi cher que Cavani, le fameux Radamel Falcao ?

Comble de malchance, il est tombé dans la poule de l’Argentine mais comble de chance, l’attaque est composée de Messi et Higuain du coup la Colombie finit première. Et devinez qui offre la première place sur un doublé plein de sang-froid face à la grande Bolivie ? Un face-à-face lancé dans le dos de la défense, limite hors-jeu, et un péno, et voilà Falcao homme du match et la Colombie face au Pérou en quart.

Le Perou a fini troisième de son groupe, c’est ce qu’on appelle la repêche. La Colombie a donc un boulevard. On sait, vous nous voyez venir. Samedi 16 juillet 2011, il est 16h lorsque le stade Mario-Kempes du nom d’un vrai grand joueur argentin, découvre Juan Vargas, 27 ans, alternant entre Catane, le Genoa et la Fiorentina. Il était même peut-être l’idole de Benjamin de l’Ecole des champions. En tout cas c’est un fameux Péruvien qui sera même élu homme du match. Mais pourquoi c’est pas Falcao ? Mais parce qu’il a tout chié dont un penalty. Voici la vidéo qui l’atteste. On a même en stock le commentaire de As qui le raconte. Combien de passes ratées, de tirs manqués, de fautes commises, de hors-jeu parfaitement accomplis ? On va pas faire le boulot à chaque fois à votre place. Vous avez qu’à compter.

Et après tout on s’en fout, Monaco ne joue ni la Ligue des Champions, ni la Copa America. La Ligue 1 devrait bien lui aller même s’il y a Ibra et Cavani. Par contre on peut quand même se dire que le niveau des meilleurs buteurs ne vole plus si haut si on se base que sur cela. Mais c’est peut-être des conneries puisqu’il n’y a ni Messi, ni Cristiano.

Falcao, la vérité (2/3) : Radamel, le Schtroumpf surcoté

Dans l’épisode précédent, wikipedia nous révélait fièrement que Falcao vedette naissante du football mondial, portugais et surtout colombien allait marquer 4 buts en 8 matchs au cours de sa première ligue des champions en 2010. 8 matchs, cela envoie en huitièmes, pas plus. Sauf s’il n’a pas joué tous les matchs. Alors grâce à sa star, Porto a-t-il réédité son exploit victorieux de 2003 ? Ou à cause de sa star s’est-il fait humilier?
schtroumpf-football-2

 

Pour le savoir, flashback vers le 17 février 2010. Pour un huitième de finale de Ligue des Champions plein de promesses. Porto a eu un tirage plutôt facile, ils auraient pu prendre Bordeaux, Barcelone, Lyon ou même le Real, mais c’est Arsenal qui ne fout plus rien depuis 6 ans qui se présente. On ne dit pas ça pour vous orienter dans votre lecture mais parce que d’une part c’est vrai, et  que d’autre part les Portugais vont s’imposer au match aller. Et grâce à qui ? Falcao bien-sûr, sur un formidable passement de jambe redoublé d’un une-deux avec lui-même.

En vrai, c’est sur une action ultra litigieuse où ce bon gros Campbell remet en retrait à son gardien qui prend la balle à la main. Un coup franc dans la surface rapidement joué et Falcao pousse la balle dans le but vide. La preuve. Quoiqu’il en soit, Porto est presque en quart, il est décisif et c’est ce qui compte, même s’il est transparent de bout en bout. De là à croire que l’enjeu est un peu trop lourd pour lui, il faut attendre le retour pour en être certain. Un indice peut tout de même nous mettre sur la voie : c’est son quatrième but sur les quatre qu’il marquera cette année là. Il faut donc attendre trois semaines pour découvrir que Falcao n’est pas si grand qu’on le croit et c’est Bendtner qui va se charger de nous le rappeler, avec l’aide d’Eboué, de Nasri et un peu du fameux site Internet de l’UEFA :

83 Coup franc suite à une faute de Vermaelen (Arsenal) sur Falcao (Porto). 77 Falcao (Porto) voit son tir bloqué par le gardien. 73 Faute de Falcao (Porto) sur Eboué (Arsenal). 68 Falcao (Porto) manque le cadre. 54 Falcao (Porto) tire au but. 40 Coup franc suite à une faute de Vermaelen (Arsenal) sur Falcao (Porto). 38 Coup franc suite à une faute de Vermaelen (Arsenal) sur Falcao (Porto). 29 L’arbitre signale une position de hors-jeu de Falcao (Porto). 28 Faute de Falcao (Porto) sur Campbell (Arsenal).Yellow Card24 Carton jaune pour Falcao (Porto). 24 Faute de Falcao (Porto) sur Song (Arsenal). 20 Falcao (Porto) voit son tir bloqué par le gardien. 20 Falcao (Porto) voit son tir bloqué par le gardien. 3 Faute de Falcao (Porto) sur Song (Arsenal).

 

On a donc beaucoup parlé de Falcao ce soir-là mais surtout pour dire qu’il n’avait fait que de la merde. Pour résumer, quand Falcao tombe sur une défense qui défend, il est soudainement moins souverain. Au passage Arsenal se qualifie de justesse 5-0. Porto est dehors et ira tranquillement gagner la Ligue Europa un peu plus taillée pour elle et pour Falcao qui y marquera presque un but par minute. De quoi ne pas lui faire regretter le haut-niveau. Mais le haut-niveau, Falcao va quand même le retrouver, certes une seule fois, mais une fois ça permet de confirmer ou d’infirmer certaines théories.

 

En 2011, Falcao joue la Copa America, la compétition la plus importante pour un latino. Emmènera-t-il la Colombie au titre ? Ou bien se plantera-t-il une nouvelle fois lamentablement dans un match à enjeu largement à la portée de la Colombie ? La réponse demain dans le troisième et dernier épisode. A suivre dans le dernier épisode.

 

PSG : Le Blanc à trois

Après le Buddha Blanc, le Requin Blanc, voici enfin le premier épisode du petit vain Blanc.

blanc

Il ne sait pas lui-même quand il se fera virer, mais il sait qu’il gagnera une nouvelle fois la Ligue des Champions parce qu’il est toujours le meilleur. Son valet Jean-Louis Gasset a pas dû oser le prévenir pour Bordeaux-Lyon.

Il a quand même dit « merci président pour votre confiance », juste après « ah j’en profite pour dire quelque chose que j’avais oublié dans mon discours. » Le caractère d’un homme, aussi majestueux et mégalomane soit-il, apparaît-il encore mieux lors d’une conférence de presse d’intronisation que face à une trachée artère croate ?

L’histoire retiendra qu’au lieu d’entendre partout qu’il n’est pas l’homme de la situation et que le PSG s’est rabattu sur lui parce que Kombouaré n’était plus libre, le Président a préféré s’amuser du français de Khelaifi, qui lui n’est qu’un président sans majuscule. Après cinq minutes de speech, son ami Nasser a eu le droit à un « Très bien, très très bien » de la part de son nouvel employé (à partir de 43’40) à la limite du foutage de gueule, non pas à la limite.

L’autre président, le Qatari a alors repris la parole dans un français impeccable mais ça suffisait pas : « Bonjour à tous, bonjour à toutes, tout d’abord je félicite le président pour son discours en français. Mon anglais est moins bon que votre français. J’espère que vos discours seront de plus en plus dans la langue de la France. » L’ex Requin Blanc ne parle donc pas encore très bien sa langue maternelle mais ça ne l’empêche pas de dire tout ce qui lui passe par la tête et donc n’importe quoi du moment qu’il peut être arrogant, suffisant, voire humiliant et pourquoi pas à la limite du racisme. Il s’en fout il est Laurent Blanc et en tant qu’entraîneur il a déjà tout gagné ou presque avec Bordeaux et les Bleus. D’ailleurs après ça, Blanc a révélé qu’il était venu plusieurs fois au Parc, qu’il avait vu Khelaifi une fois il y a six ou sept mois, ce qui l’a sans doute aidé à le reconnaître au moment de lui proposer de lui faire gagner le Mondial des clubs l’an prochain.

Mais être Président n’interdit pas d’être malin, même si Debuchy contre l’Espagne ça l’était vraiment pas. Par contre avoir Bernès oui. Du coup Lolo connaissait toutes les questions avant qu’elles soient posées, y compris donc celle sur Debuchy. D’ailleurs personne ne l’a posée, mais il y a répondu quand même. « Il va falloir être audacieux dans le jeu. Je m’en suis rendu compte, parce qu’on apprend de ses erreurs, qu’il vaut mieux être audacieux d’entrée que d’être prudent et essayer d’être audacieux après. » Gasset sait ce qu’il lui reste à faire la semaine à l’entraînement. Le reste, c’est-à-dire parler à Ibra et Cavani, Blanc s’en chargera en souvenir de Nasri. « Dans tous les grands clubs le vestiaire est difficile à gérer. En tant que joueur je faisais partie de ces joueurs puisque j’étais dans de grands clubs. » Modestement. Avec son costume sombre, sa montre énorme et son bracelet power balance, c’était le moment de saluer le travail d’Ancelotti, dont le contrat n’a pas été prolongé et qui va tenter de rebondir au Real. « Surtout on va essayer de fédérer tout le monde dans un projet de jeu qui nous permettra certainement je l’espère d’être meilleurs que l’année dernière. » Ensuite c’était la question d’Alain Vernon sur le libre arbitre, mais tout le monde en avait assez entendu.

Pendant ce temps-là, Blanc a failli concéder sa troisième défaite d’affilée après la Suède et l’Espagne. Mais Poko a raté la balle de break et Ongenda a surgi. Prometteur.

Falcao, la vérité : Radamel, le Schtroumpf surcoté (1/3)

D’après lequipe.fr, Cavani et Falcao ne sont pas très loin l’un de l’autre car ils marquent beaucoup. Et finalement, la seule différence apparente c’est que Falcao a gagné la Ligue Europa, deux fois même. La fameuse Ligue Europa que Porto et l’Atletico se sont partagés sous le règne de Radamel. Pour un peu ça ressemblerait presque à du journalisme. Presque.

gs

Le beau travail de journaliste effectué par lequipe.fr aurait donc presque mérité la carte de presse si la vraie valeur de ces deux joueurs avait été évaluée par le vrai critère du très haut niveau : ces fameux matchs décisifs en grande compétition. C’est avec cette étude que le Vestiaire avait révélé il y a bien des années que nombre de buteurs prolifiques n’étaient pas vraiment ce qu’on disait d’eux : aligner Higuain en Ligue des Champions n’a jamais servi à rien, Ibrahimovic n’avait pas les moyens d’en faire gagner une, Van Persie ne valait pas beaucoup mieux. Dernièrement ce fut Cavani qui eu droit à l’analyse de son statut et de ses capacités qui lui ont permis de s’effondrer en demi-finale de Coupe du monde et en huitième de finale retour de Ligue des Champions. Falcao aussi a joué un huitième de finale retour de Ligue des Champions. Et devinez-quoi ? Voici l’enquête qui n’a jamais été réalisée sur Falcao.

Toutes les histoires commencent toujours par deux lignes dans une biographie wikipedia : « Pour cette première saison en Europe, il marque 25 buts en 28 matches de Liga Sagres (deuxième meilleur buteur derrière le Paraguayen Óscar Cardozo et ses 26 buts), ainsi que 4 buts en 8 matches de Ligue des champions. » Comme souvent wiki, la source préférée des journalistes du 21ème siècle, dit beaucoup de choses vraies et même encore plus. D’une part, Falcao est un authentique serial buteur qui claque comme il se coiffe. Souvent. Les mauvaises langues diront que le championnat du Portugal est comme celui des Pays-Bas il est difficile d’y planter moins de 20 buts. Et qu’à ce compte-là, même un attaquant paraguayen de seconde zone peut finir meilleur buteur. C’est en effet la seconde conclusion à laquelle on peut arriver : Falcao a fini derrière un Paraguayen, comme il finira derrière un talentueux Brésilien répondant au sobriquet de Hulk la saison suivante. Les deux d’après, ce sont Cristiano et Messi qui lui feront manger la poussière, comme quoi, il est difficile pour un Colombien de se faire une place face aux 4 plus grands joueurs de notre temps. Et encore il a échappé à Cavani l’Uruguayen et Ibra, le j’sais pas quoi, en ne passant pas par l’Italie.

Mais wikipedia va bien au-delà dans sa fine analyse de la première saison de Radamel en indiquant qu’il a inscrit la bagatelle de 4 buts en 8 matchs de Ligue des Champions. Intéressant. Serions-nous enfin face un phénomène devenu assez rare dans le football d’aujourd’hui, un grand joueur ? A suivre dans le deuxième et le troisième épisode.

Mondiaux d’Escrime : L’Obry à payer

epe

 

C’est l’histoire d’un sport qui fut très populaire pendant plusieurs siècles quand il n’était pas encore un sport mais une fois devenu discipline officielle n’intéressa plus grand monde. Et pour cause, aujourd’hui les litiges se règlent au tribunal. Quand papa ne décide pas de zigouiller toute la famille bien entendu. Bref, l’escrime fut pendant longtemps dans notre pays cantonnée au rôle d’attraction olympique.

On savait que tous les 4 ans on verrait à la télé des hommes et des femmes déguisés en fantôme et masqués d’une moustiquaire ou burqa, appelez ça comme vous voulez, venir chercher des médailles. On s’en contentait largement. Sauf que l’année dernière à Londres l’armée française s’est fait ramasser la gueule. Comme à l’époque de la ligne Maginot ou du Chemin des Dames. Et pour une fois, pourtant, tout le monde se battait avec les mêmes armes. Du coup le Vestiaire ne peut même plus parler d’une étrange discipline internationale pratiquée que par des Français.

Vous vous demandez certainement le pourquoi de cette introduction ou même le pourquoi de cet article tout court. Tout simplement parce qu’une rumeur insistante parle de mondiaux d’escrime qui auraient débutés aujourd’hui. Et pour la première fois il n’y a pas le moindre nom connu, comme quand la natation n’alignait que Franck Esposito pour une belle huitième place. Alors comment parler d’un sport dont on n’a quasiment jamais parlé sans Lamour, Touya, Srecki, Jeannet, Guyard, Flessel et tous les autres que l’histoire ne retiendra pas plus que ça ?  En vous donnant les noms en vrac et si ça vous dit quelque chose vous nous envoyez un petit commentaire ? Allez on fait comme ça : Elisa di Francesca, Arianna Errigo et Valentina Vezzali. Mince, ce sont des Italiennes apparemment.

Sinon il y a sport.fr qui nous parle de gros espoir pour le fleuret dames et qui cite la DTN : « J’espère que Budapest sera l’aboutissement, en particulier pour les filles du fleuret. Se planter aux Championnats du monde ce serait ressenti comme une grande blessure, parce qu’elles ont fait une saison extraordinaire et qu’elles sont en progression perpétuelle ». Ça donne vraiment envie.

L’épée masculine a l’air pas mal aussi, mais on n’y connaît rien. On les appelait même les « Invincibles ». Toujours ces titres à la con qui deviennent un peu lourds et humiliants à la première branlée.

Pendant ce temps-là on parle de renouvellement de génération pour les autres. On aurait dit les nuls c’était pareil.

Champions du monde : Lacourt des comptes

« On ne va pas se réjouir du malheur des autres, »  mais un peu quand même. « Auparavant seuls les Australiens avaient battu les Américains en Relais« , sauf que là les Français les ont pas battu. Comment ne pas débuter ce bilan des mondiaux par Alexandra Boyon et ses copines.

v30

Roxana Maracineanu: Pour l’occasion elle ne nageait pas, comme depuis quelques années. Cela ne l’a pas empêché de patauger dans ses analyses entre approximations et prévisions vaseuses. Son chef d’oeuvre restera sans doute son Lacourt et Stravius vont faire 1 et 2 sur 100m dos. Ils ont fait 5 et 3, après tout c’est qu’une histoire de chiffres. Sinon il y a eu aussi son Manaudou et Bousquet vont faire 1 et 2 sur 50m pap. On se demandait si elle allait aussi nous donner le tiercé dans l’ordre. Samedi Philippe Lucas est venu rappeler ce que ça voulait dire s’y connaître en natation.

Malia Metella: Elle ne nageait pas non plus, elle gueulait. Preuve s’il en est qu’une championne ne fait pas systématiquement une bonne consultante. Ca fait quand même deux exemples avec Roxana. Le degré zéro de l’expertise, à l’exception de ses « il est bien là! » et « elle est bien là! », « ouais!!! ». A part ça sa direction lui avait demandé de la fermer après la première journée. Elle s’est exécuté et dire qu’on le regrette serait mentir.

Alexandre Boyon : On aurait préféré boucler la boucle en vantant ses qualités mais finalement on aurait préféré qu’il la boucle. Tout avait pourtant bien commencé. Comme d’habitude, il savait que les mondiaux de 2021 auraient lieu à Budapest, et évoquait la Royal Navy pour qualifier un nageur britannique. Ses jeux de mots avec bonnet (gros bonnet de la finale, bonnet blanc et blanc bonnet parmi les favoris) nous plaisaient aussi. Mais depuis quelques jours ça n’amusait plus grand monde. Serait-ce son physique atypique dans le monde de l’aviron où Alex a débuté ?  Non. Si Alexandre Boyon a sans doute travaillé depuis ses 7 ans la prononciation correcte de Matt Greevers (Grouiveurse pour les puristes), c’est son chauvinisme qui est devenu insupportable. Qu’ils finissent 7ème ou 1er voire éliminés en série tout était formidable pour la natation française, pour Nice, pour Marseille, pour Jean Boiteux, pour Michel Rousseau qui n’est donc pas mort mais juste vieux et pas assez sexy. S’il s’était arrêté là, on aurait fermé les yeux. Mais à l’issue d’un reportage qui rappelait que le doute planerait pour toujours sur Cesar Cielo, Alex a rappelé que le Brésilien avait été blanchi par le TAS. Hors ce n’est pas le cas et c’est même un gros mensonge. Cielo a bien été averti car il s’est dopé même s’il a été protégé. Quand on ment ou qu’on donne une fausse information aussi grave et qu’on est journaliste, ou on est incompétent ou on est un escroc, en tout cas on est plus un journaliste.

Camille Lacourt : Le Vestiaire avait cousu son costard avant les mondiaux, il a été à la hauteur de l’événement en ne remportant que l’épreuve qui n’était pas Olympique. Sinon il est toujours beau donc on s’en fout qu’il se soit encore fait dessus sur 100m dos. En plus il chante fort la Marseillaise, au moins une qu’il se tape pas.

Fabien Gilot : C’est l’inverse d’Alain Bernard, il cartonne en relais mais chie en individuel. Du coup c’est un champion ou pas ? Magnussen saura nous l’expliquer.

Jeremy Stravius : Le co-spécialiste natation du Vestiaire en pince pour le petit Jeremy à qui il trouve tous les atours de la stars. A première vue, il est pas si grand, pas si beau, un peu trop gentil et souriant. Le nombre de médailles, c’est bon, les titres c’est bon, mais il a pas fait taire Lacourt sur le 50. Du coup il a rien pour lui tout seul même pas la médaille d’argent qu’il partage avec Grouiveurse.

Yannick Agnel : Oser se débarrasser d’un manipulateur à deux mois des mondiaux c’est couillu. Ne pas l’insulter plus que ça c’est encore plus beau. Son titre c’est accessoire on savait déjà que c’était un champion.

Fabrice Pellerin : Alexandre Boyon a décidé qu’il ne fallait pas le sanctionner, qu’il était trop important pour l’équipe de France, du coup le président de la fédé était d’accord avec lui.  Quelle est la définition du mot collusion ? Entente secrète au détriment dun tiers. Et le tiers c’est qui ?

Camille Muffat : Pas de médaille d’or. Quand on est la meilleure c’est un peu embêtant.

Les relayeurs qu’on connait pas : Bravo les gars, mais ici c’est le Vestiaire : on dégomme que les stars.

Mélanie Henique : Qui ?

Florent Manaudou : L’échec. C’était finalement le seul assuré de repartir avec un titre individuel qui repart sans. C’est « pas le genre à nager plus vite en demi qu’en finale » c’est pourtant ce qu’il a fait. C’était une star, il n’est plus rien à part ce gros tas de muscle avec une tête de bébé qui aime aller dans l’eau. C’est dommage Evian préparait sa prochaine pub. La prochaine fois, il se la racontera un peu moins, enfin peut-être.

Frédéric Bousquet : Depuis qu’il tire plus la soeur de Flo il nage moins vite. Mais il n’a jamais nagé très vite en compet de toutes façons. A part nager aux states il n’aura pas fait grand chose de sa carrière au bout du compte.

Amaury Leveaux : Il sert à quoi ?

 

Lacourt, champion du monde : Camille la croûte

L’icône people a-t-elle réussi sa reconversion dans le sport de haut niveau ? 5ème sur l’épreuve qui compte, 1er sur l’épreuve qui compte pas. A vous de juger.

lac

Dans un sport où un titre de champion de France ne veut plus dire grand-chose, sa carrière se résume à deux courses.

Mondial 2011, Camille Lacourt est déjà une star. La télé, et s’il le désire le porno s’offrent à lui, et le titre de champion du monde aussi puisqu’il est le meilleur sur 100 dos. On ne sait jamais combien de temps ça peut durer, c’est l’heure d’en profiter. Et quand il s’agit de se mettre sur le dos, comme Valérie Bègue, il est le meilleur quelle que soit la longueur. Juste une référence aux Europe de 2010, rien d’autre, puisqu’en plus d’avoir 1 seconde 3 d’avance sur tout le monde sur 100m, il avait aussi claqué 24’’07 sur 50m. Ça fait de l’écume, une certaine Sandie en est encore toute retournée. Il n’y a donc aucune raison qu’il se chie dessus quand arrivent les Mondiaux de Shanghai. D’ailleurs 52’’76 en finale ce n’est pas si mal, le problème c’est qu’il était en tête à la mi-course, pas Stravius. Mais alors pourquoi Stravius est avec lui sur la première marche du podium ?

Le produit de beauté

La deuxième course est très différente. JO 2012, 53’’08 en finale du 100 dos, il se chie dessus. Le problème c’est qu’il était en tête à la mi-course. Une malédiction, alors qu’il avait déjà tout ce que les champions ont : un jeu vidéo, une marque de fringues et une association à aider. Et bien sûr un site Internet avec une intro où son sublime visage cheveux mouillés apparaît dans des ovules. Ou des bulles, selon les interprétations. Ca en fait des liens qui n’ont rien à voir avec la natation dans cet article de natation mais dans le fond peu importe, avec ou sans médaille d’or au cou il est quand même beau à crever.

En attendant les prochains championnats d’Europe, Camille Lacourt s’est donc remis au travail : il va épouser sa Miss, il lui a fait un gosse, il l’a appelé Jazz, et en plus il s’entoure des meilleurs, et comme ça ne suffit pas il en prend des encore meilleurs et projette un peu comme Agnel de traverser l’Atlantique ou un truc du genre. Si avec tout ça il ne prend pas une moitié de bassin d’avance sur Stravius, c’est à se dégoûter d’avoir fait tant d’efforts pour payer l’ISF.

Pendant ce temps-là, il y a un petit problème : Stravius a tendance à lui mettre des raclées à chaque course depuis les championnats de France. Ça a continué en série mais une finale c’est autre chose, il en sait quelque chose. Tant mieux : quand Camille était ultra-favori il n’a pas réussi à gagner tout seul. Il va pouvoir prouver quel grand champion il est.

PSG-Bordeaux : Le délit Valdes

Blanc a déjà un titre de plus qu’avec l’équipe de France, ça commence bien. Au fait qu’avait fait Ancelotti ?
dd
 Puisqu’il est inutile de parler de ce match qui n’avait aucun sens, qui n’a servi à rien à part mesurer l’espace entre le ballon et le cadre sur les tirs des attaquants parisiens et bordelais en attendant Cavani et Ibrahimovic même si le second jouait apparemment. Il est temps de dresser le bilan du PSG d’Ancelotti qui finit sur un titre même sans Ancelotti, preuve s’il en fallait qu’avec le Qatar un entraîneur ne sert à rien.
S’il y a une image du PSG 2012/ 2013 qui restera gravée dans le marbre de l’éternité c’est sans doute celle d’Ibra se faisant sucer par tout Canal+ sur le plateau des trophées du foot tout en se tenant comme un porc au pupitre pour suggérer que si Ancelotti se barre, il se barre. Comme quoi il n’a pas que de la gueule. Car il est incontestable que malgré sa carrière continentale et internationale de merde Ibra est la star et partout où il est passé, il a été champion et rien d’autre. Mais à Paris c’est différent : il est champion et tellement d’autres choses. On l’a vu faire une aile de pigeon dans un clasico qui n’a jamais aussi bien porté son nom et qui n’a jamais aussi peu passionné, on l’a vu mettre son pied dans le thorax de Ruffier, on l’a vu prendre les arbitres pour des cons, on l’a vu prendre des adversaires pour des cons même Kalou qui était un tout petit peu plus champion d’Europe en titre que lui et cerise sur le gâteau on l’a vu un soir de titre avoir envie de démonter la gueule de Leonardo.

 

Ibra réussit le petit exploit de faire passer au second plan toutes les autres stars du club, à commencer par le vrai meilleur joueur de saison  : Pastore qui réussit un retentissant come-back en se hissant directement parmi les 50 meilleurs joueurs argentins évoluant en Europe, pas très loin devant Lavezzi qui a réussi un bon mois de février. Il y a aussi Thiago Silva qui s’affirme jour après jour comme le meilleur défenseur brésilien du monde, Verratti comme le meilleur successeur de Pirlo du monde, Matuidi, le meilleur milieu défensif français du monde. Sans oublier Thiago Motta le seul joueur à officiellement choisir les matchs qu’il joue, ceux qu’il ne joue pas et ceux où il se fait expulser.

Et puis il y eut ce splendide mercato hivernal : Lucas a joué une bonne dizaine de matchs, Beckham une mauvaise dizaine. Tout ce petit monde a quand même poussé Gameiro sur le banc qui a fini par détruire une bouteille d’eau tellement la situation lui paraissait injuste :  un caprice d’enfant gâté sans doute, il n’a marqué que huit buts, Lavezzi en a quand même mis trois.

 

Avec de tels personnages et quelques liasses de billets le spectacle était inévitable, on en a pris plein les mirettes : Armand content que Le Crom soit content d’être champion même s’il ne joue pas, c’était à Lyon pour le match du sacre. Armand triste pour Le Crom qui est expulsé à Lorient pour son premier match, celui d’après-sacre. Chantôme content pour Sakho et tous les jeunes du PSG qui auront un jour la chance de s’asseoir sur le banc du Parc. Sakho content d’arracher le trophée des mains de Thiago Silva sur le Trocadero devant les jeunes national-socialistes. Leonardo content qu’Ancelotti reste, Ibra content que Leonardo dégage, et finalement Armand, Chantôme, Douchez, Tiéné, Camara et Le Crom fiers et reconnaissants envers Ancelotti de les faire jouer le dernier match d’une saison que toute la ville attendait, c’est-à-dire le premier match qui ne compte pas. On comprend mieux les larmes d’Ancelotti ému au point de ne pas rester et de ne pas le dire à Tallaron qui a pourtant passé une année infiltré entre deux panneaux Fly Emirates au Parc.

C’était la naissance d’une équipe qui donne autant envie d’être revue au complet qu’elle a envie de le rester. Il y avait tout pour faire une grande équipe : les grands joueurs à pognon, l’orgueil des grands joueurs à pognon, l’efficacité des grands joueurs à pognon, et en plus de tout ça un bon paquet de pognon. C’est dans les grands matchs qu’on reconnaît les grands joueurs : Barcelone a donc fini par gagner, lançant sa marche triomphale vers sa mort annoncée. En se repassant le but de Pastore, qui n’est pas un géant suédois, Margotton aurait pourtant soutenu jusqu’au bout que passer était un exploit. A défaut, il soutiendra que Paris est déjà au niveau des meilleurs. Mais c’est quoi le meilleur ? Sans doute Milan, puisque Ibra est autant le meilleur qu’il l’était là-bas et qu’il ne l’est pas ailleurs.
Pendant ce temps-là, Mourinho avait très envie de venir mais on verra ça plus tard.

Formule 1 : Hongrois rêver

Pour son grand retour après des vacances fort peu méritées au regard des copies rendues, notre consultant Henri Carl n’est plus que l’ombre de lui-même tant la qualité de ses papiers s’est améliorée. C’est pas vrai, c’est toujours aussi naze mais on n’a que lui alors on va pas faire la fine bouche.

sportmiddel

Comment ne pas démarrer mon compte-rendu du Grand-Prix de Hongrie par un compte-rendu de mes vacances. Alors dernièrement j’ai été dans un restaurant italien de la banlieue bordelaise avec mon rédacteur en chef, vous savez celui qui passe son temps à dire que j’écris mal. J’étais en salle et il n’y avait pas la clim et c’est là qu’il m’a dit : « Tu payes l’addition et tu m’envoies ton article fissa. »  Alors le voici, faudra pas venir pleurer.

Par Henri Carl BR Driven (2)

Que retenir de Budapest en dehors de sa maison de la terreur, siège des polices secrètes nazies et communistes ? Les bains à l’oeuf pourri ? La pénalité un brin scandaleuse écopée par Grosjean ? Car le dépassement était certes burné mais réussi. Sinon avec de telles règles, Juan Pablo Montoya aurait fini ses jours en taule. En tout cas voilà une nouvelle ligne de son CV qui pourrait bien le priver de volant la saison prochaine en dépit des dénégations de son boss, Eric Boullier. Un détail (le nom du boss) dont on se fout un peu. Heureusement dans le même GP, Lewis Hamilton nous a permis de réentendre le « God save the Queen » en l’honneur de la princesse Kate, devenue perfect MILF par la grâce d’un « royal baby » qui n’a pas fini de casser les couilles à tout le monde.

Mais si on me paye, ou pas, ce n’est pas que pour enfoncer des portes ouvertes, quoique. C’est aussi pour mon expertise. A neuf Grand Prix de la fin du championnat, il est donc temps pour moi de me frotter les boules et de me livrer au petit jeu des pronostics, sans pour autant rester dans ce registre de langage aussi vulgaire que vide de sens. Oui, Vettel a toutes les chances de conserver son titre grâce à la Red Bull. Habile. Oui, Mercedes et Ferrari ont fait deux F1 à peu près aussi pourries l’une que l’autre. Oui, McLaren traverse aussi une saison difficile en se faisant enrhumer par les Force India qui disposent elles aussi d’un moteur Mercedes. Plus que Button, c’est Perez qui va devoir changer de braquer et confirmer les espoirs placés en lui. Mais il ne le fera pas.

Jean-Eric Vergne aimerait piloter la Red Bull de Webber mais, je vous l’annonce EN EXCLUSIVITE MONDIALE, marketing oblige, il devra passer son tour. Le marketing a ses raisons et Red Bull misera soit sur Raïkkonen, bien meilleur, soit sur Ricciardo en espérant vendre du bon taureau rouge aux kangourous, soit sur Alonso, également pressenti preuve que Vettel n’est donc pas considéré comme le meilleur pilote actuel par son employeur. J’ai quasiment cité tout le plateau, ça sent l’augmentation.

Chez Sauber, l’improbable Hulkenberg (7 points) fait un beau boulot, sans être payé (au sens propre) et avec une voiture très moyenne. Gutierrez, lui, enchaîne les courses anonymes avec un talent digne du Gaston Mazzacane de la grande époque (pour les connaisseurs) et ne devrait pas revenir l’an prochain. En effet, dès qu’il ne s’agit plus de protéger les nazis c’est aussi la crise en Suisse et les nouveaux sponsors de l’écurie devraient imposer un jeune poulain de 18 ans dont on se demande vu son palmarès s’il réussira à faire moins pire.

Pour Williams, Maldonado vient d’ouvrir la marque après la 3ème place sur la grille signée par Bottas au Canada. Bien maigre bilan pour une écurie aussi prestigieuse que Williams. Il est décidément dur d’être et d’avoir été, regardez Laffite ou Todt qui ressemblent de plus en plus à deux anciens combattants du sport auto ! Derrière, au fond de la classe et à côté du radiateur, Jules Bianchi se traîne sur sa Marussia mais a largement pris le dessus sur un Max Chilton à la ramasse. Maigre consolation ! Pic semble plus en difficultés face à Van Der Garde qui a pris le dessus sur le Français à la régulière ce week-end.

La saison est donc plus passionnante que ce que l’on aurait cru même s’il faudrait maintenant un miracle pour que le titre échappe à Vettel et que je n’ai pas vu un Grand Prix de la saison. Plus qu’un miracle, c’est son mental qui pourrait lui jouer des tours si ses poursuivants lui mettent suffisamment la pression. Derrière, c’est la débandade et les écarts se creusent entre écuries de pointe et intermittentes du spectacle. C’est tout un modèle économique qu’il va falloir revoir, en essayant également d’intéresser pays émergeants et américains : bon courage Bernie.

 

Mercato, Lyon, Gourcuff : Danic à bord

Premier volet de la nouvelle série du Vestiaire concernant le mercato estival. Aujourd’hui, Rémi Garde retrouve Christophe Breton , ou presque.
dan
Réponse à la question de la couverture : Plus grand chose apparemment
Quand un mercato commence par un entraîneur qui dit « être compétitif, est-ce forcément dépenser 25 millions ? », il y a de quoi être optimiste. Et quand en plus l’entraîneur en question est Rémi Garde, le seul capable de dire tous les trois mois que « avec cette réalité économique c’est mieux comme ça et c’est le président qui décide », c’est la porte ouverte à tout, sauf peut-être la Ligue des Champions. Mais on en reparlera. Finalement, un premier match officiel de Danic sous ses nouvelles couleurs, c’est un peu comme un match en juillet face aux Grasshopers : ça a la couleur de la Ligue des Champions, peut-être même l’affluence, mais ça fait deux poteaux pour les Suisses et cinquante passes, contrôles orientés et centres en touche pour notre nouveau Gone. Il aurait pu dire la veille du match qu’il n’avait pas le niveau c’était pareil.
Mais il a beaucoup couru et Garde ne doute pas qu’il a le niveau. Enfin qu’il est meilleur que Ghezzal. Enfin qu’il pourra servir en Coupe de la Ligue. Enfin bref, qu’un joueur de plus c’est pas si mal, surtout un gaucher de 31 ans. 32 en novembre. Comme Gomis ne peut pas en même temps payer un stade neuf à Aulas en partant et être dans la surface pour mettre sa tête, Danic centre derrière le but, ça évite d’insister sur l’attaque désastreuse du club. Oh pardon on oublie Lisandro et Gourcuff. Cela dit, Benzia va revenir et il est redoutable à l’Euro U19. La Ligue des Champions n’attend plus que lui, mais elle est peut-être pas pressée.
Mais le recrutement de Lyon ne se limite pas au joyau de Valenciennes, qui fit aussi les beaux jours de Troyes, Lorient, Guingamp, Grenoble, donc de la Ligue 2. Il y a aussi Miguel Lopes, de loin le meilleur des latéraux qui ne jouaient pas au Sporting, et trois retours de prêt. Arrêtons ce papier tant qu’il en est encore temps.Un tour de qualifications préalable à un barrage : trop de préliminaires tue les préliminaires, même pour ça Gomis s’est jamais emmerdé.