Bayern Munich : Tailler un Pep

Heynckes avait trouvé comment détruire le jeu du Barça. Son successeur a donc décidé de recréer le Barça au Bayern. Alors, il est con Guardiola ou juste nul ? Il faudrait poser la question à ceux qui sont venus le chercher.

gua

 

Et si tout ça n’avait été qu’un rêve ? C’était il y a 4 mois à peine, se produisait devant nous la plus belle équipe depuis que Jules Rimet a commencé à nous faire chier avec son sport joué par des débiles devant des débiles et on ne dit pas ça que pour Thauvin, Pierre Ménès et Antoine de Caunes. On ne vous dira pas qui est quoi.

Bref cette équipe avait fessé cul nu le nain le plus connu du monde après Passe-Partout et ses copains pas les plus fidèles du monde même s’ils se tapent des bombasses. On se prenait alors à fantasmer une domination de plusieurs milliards d’années comme même Goebbels n’en aurait pas imaginé. C’est alors qu’à mi-saison les dirigeants ont eu l’idée de recruter le type le plus réputé pour animer les soirées munichoises où il n’y aurait ni bières, ni putes. Pourquoi ne pas faire manger de la paella à un Allemand tant qu’on y est. Sur le papier l’idée n’était pas bête puisque désormais les Allemands ne portent la moustache qu’en présence du prince Harry ou de Max Mosley. L’idée est devenue encore moins bête quand le Grand Journal a remplacé Denisot par de Caunes. Le problème c’est que le Grand Bayern et le Grand Journal ont été créés par Denisot et Heynckes, ou l’inverse. Même si l’un des deux était mourant. Une fois de plus on ne vous dira pas qui est quoi.

De Caunes et Guardiola avaient donc laissé un souvenir indélébile remportant match après match leurs lettres de noblesse et l’un des deux n’a même pas eu besoin de papa et maman pour devenir célèbre. Ils auraient pu en rester là, pour toujours inscrits dans la postérité de leur métier. Mais un siècle, voire un peu moins, après leurs exploits ils ont décidé d’y retourner. Et ça fait mal. Car n’y l’un ni l’autre n’ont l’ADN de la mission qu’on leur a confiée. On ne parle pas politique quand on a joué dans les Deux papas et la maman avec Smaïn. On ne vient pas à Munich pour recruter Thiago Alcantara car Muller n’a pas le temps pour lui apprendre le foot.

Si Thiago Alcantara obtient en fin de saison le Ballon d’or que tout le monde lui promet, ce sera un cas sans précédent dans l’histoire du football : il n’était pas titulaire au Barça et en arrivant dans l’équipe qui a humilié le Barça, il s’imposerait et deviendrait le meilleur du monde, un cerveau qui comprend et fait seul ce que Kroos, Schweinsteiger, Gustavo et Javi Martinez font ensemble. On pourrait rajouter Tymoschuk mais la provoc a ses limites. Ah non elle n’en a pas : Luis Gustavo est parti pour faire de la place au petit prodige. En attendant Javi Martinez, qui aurait été trop grand pour intégrer la Masia. Ou alors pour jouer en défense centrale, tiens c’est une idée.

Ce qui devait arriver arriva : une Supercoupe perdue contre Dormtund en en prenant 4 alors que le Borussia avait eu à peine 4 occasions en finale de C1 il y a 3 mois. Et des premières journées de Bundesliga pas super. Tout cela n’est évidemment pas un hasard et tout cela a une explication technique un peu chiante qu’on ne vous livrera pas là : en gros, Pep a voulu reproduire au Bayern le jeu à la barcelonaise. Donc le milieu à trois c’est pas une bonne idée du tout. Et Guardiola est bien l’homme de la situation, le foot lui manquait, le reste aussi, et puis aussi les autres trucs. Enfin rien à voir avec une histoire d’image, d’ego et de pognon. En plus il a déjà appris l’allemand. Niederlage ça veut dire défaite ou échec, ça dépend du contexte.

Pendant ce temps-là, Guardiola n’a jamais été viré. Il paraît que tous les entraîneurs le sont un jour. Mais pas de regret : Jupp a pris sa retraite, ça ne servira à rien de le rappeler, même si tous les joueurs font une pétition pour rejouer comme avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *