Formule 1 : Hongrois rêver

Pour son grand retour après des vacances fort peu méritées au regard des copies rendues, notre consultant Henri Carl n’est plus que l’ombre de lui-même tant la qualité de ses papiers s’est améliorée. C’est pas vrai, c’est toujours aussi naze mais on n’a que lui alors on va pas faire la fine bouche.

sportmiddel

Comment ne pas démarrer mon compte-rendu du Grand-Prix de Hongrie par un compte-rendu de mes vacances. Alors dernièrement j’ai été dans un restaurant italien de la banlieue bordelaise avec mon rédacteur en chef, vous savez celui qui passe son temps à dire que j’écris mal. J’étais en salle et il n’y avait pas la clim et c’est là qu’il m’a dit : « Tu payes l’addition et tu m’envoies ton article fissa. »  Alors le voici, faudra pas venir pleurer.

Par Henri Carl BR Driven (2)

Que retenir de Budapest en dehors de sa maison de la terreur, siège des polices secrètes nazies et communistes ? Les bains à l’oeuf pourri ? La pénalité un brin scandaleuse écopée par Grosjean ? Car le dépassement était certes burné mais réussi. Sinon avec de telles règles, Juan Pablo Montoya aurait fini ses jours en taule. En tout cas voilà une nouvelle ligne de son CV qui pourrait bien le priver de volant la saison prochaine en dépit des dénégations de son boss, Eric Boullier. Un détail (le nom du boss) dont on se fout un peu. Heureusement dans le même GP, Lewis Hamilton nous a permis de réentendre le « God save the Queen » en l’honneur de la princesse Kate, devenue perfect MILF par la grâce d’un « royal baby » qui n’a pas fini de casser les couilles à tout le monde.

Mais si on me paye, ou pas, ce n’est pas que pour enfoncer des portes ouvertes, quoique. C’est aussi pour mon expertise. A neuf Grand Prix de la fin du championnat, il est donc temps pour moi de me frotter les boules et de me livrer au petit jeu des pronostics, sans pour autant rester dans ce registre de langage aussi vulgaire que vide de sens. Oui, Vettel a toutes les chances de conserver son titre grâce à la Red Bull. Habile. Oui, Mercedes et Ferrari ont fait deux F1 à peu près aussi pourries l’une que l’autre. Oui, McLaren traverse aussi une saison difficile en se faisant enrhumer par les Force India qui disposent elles aussi d’un moteur Mercedes. Plus que Button, c’est Perez qui va devoir changer de braquer et confirmer les espoirs placés en lui. Mais il ne le fera pas.

Jean-Eric Vergne aimerait piloter la Red Bull de Webber mais, je vous l’annonce EN EXCLUSIVITE MONDIALE, marketing oblige, il devra passer son tour. Le marketing a ses raisons et Red Bull misera soit sur Raïkkonen, bien meilleur, soit sur Ricciardo en espérant vendre du bon taureau rouge aux kangourous, soit sur Alonso, également pressenti preuve que Vettel n’est donc pas considéré comme le meilleur pilote actuel par son employeur. J’ai quasiment cité tout le plateau, ça sent l’augmentation.

Chez Sauber, l’improbable Hulkenberg (7 points) fait un beau boulot, sans être payé (au sens propre) et avec une voiture très moyenne. Gutierrez, lui, enchaîne les courses anonymes avec un talent digne du Gaston Mazzacane de la grande époque (pour les connaisseurs) et ne devrait pas revenir l’an prochain. En effet, dès qu’il ne s’agit plus de protéger les nazis c’est aussi la crise en Suisse et les nouveaux sponsors de l’écurie devraient imposer un jeune poulain de 18 ans dont on se demande vu son palmarès s’il réussira à faire moins pire.

Pour Williams, Maldonado vient d’ouvrir la marque après la 3ème place sur la grille signée par Bottas au Canada. Bien maigre bilan pour une écurie aussi prestigieuse que Williams. Il est décidément dur d’être et d’avoir été, regardez Laffite ou Todt qui ressemblent de plus en plus à deux anciens combattants du sport auto ! Derrière, au fond de la classe et à côté du radiateur, Jules Bianchi se traîne sur sa Marussia mais a largement pris le dessus sur un Max Chilton à la ramasse. Maigre consolation ! Pic semble plus en difficultés face à Van Der Garde qui a pris le dessus sur le Français à la régulière ce week-end.

La saison est donc plus passionnante que ce que l’on aurait cru même s’il faudrait maintenant un miracle pour que le titre échappe à Vettel et que je n’ai pas vu un Grand Prix de la saison. Plus qu’un miracle, c’est son mental qui pourrait lui jouer des tours si ses poursuivants lui mettent suffisamment la pression. Derrière, c’est la débandade et les écarts se creusent entre écuries de pointe et intermittentes du spectacle. C’est tout un modèle économique qu’il va falloir revoir, en essayant également d’intéresser pays émergeants et américains : bon courage Bernie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *