Mondiaux d’Escrime : L’Obry à payer

epe

 

C’est l’histoire d’un sport qui fut très populaire pendant plusieurs siècles quand il n’était pas encore un sport mais une fois devenu discipline officielle n’intéressa plus grand monde. Et pour cause, aujourd’hui les litiges se règlent au tribunal. Quand papa ne décide pas de zigouiller toute la famille bien entendu. Bref, l’escrime fut pendant longtemps dans notre pays cantonnée au rôle d’attraction olympique.

On savait que tous les 4 ans on verrait à la télé des hommes et des femmes déguisés en fantôme et masqués d’une moustiquaire ou burqa, appelez ça comme vous voulez, venir chercher des médailles. On s’en contentait largement. Sauf que l’année dernière à Londres l’armée française s’est fait ramasser la gueule. Comme à l’époque de la ligne Maginot ou du Chemin des Dames. Et pour une fois, pourtant, tout le monde se battait avec les mêmes armes. Du coup le Vestiaire ne peut même plus parler d’une étrange discipline internationale pratiquée que par des Français.

Vous vous demandez certainement le pourquoi de cette introduction ou même le pourquoi de cet article tout court. Tout simplement parce qu’une rumeur insistante parle de mondiaux d’escrime qui auraient débutés aujourd’hui. Et pour la première fois il n’y a pas le moindre nom connu, comme quand la natation n’alignait que Franck Esposito pour une belle huitième place. Alors comment parler d’un sport dont on n’a quasiment jamais parlé sans Lamour, Touya, Srecki, Jeannet, Guyard, Flessel et tous les autres que l’histoire ne retiendra pas plus que ça ?  En vous donnant les noms en vrac et si ça vous dit quelque chose vous nous envoyez un petit commentaire ? Allez on fait comme ça : Elisa di Francesca, Arianna Errigo et Valentina Vezzali. Mince, ce sont des Italiennes apparemment.

Sinon il y a sport.fr qui nous parle de gros espoir pour le fleuret dames et qui cite la DTN : « J’espère que Budapest sera l’aboutissement, en particulier pour les filles du fleuret. Se planter aux Championnats du monde ce serait ressenti comme une grande blessure, parce qu’elles ont fait une saison extraordinaire et qu’elles sont en progression perpétuelle ». Ça donne vraiment envie.

L’épée masculine a l’air pas mal aussi, mais on n’y connaît rien. On les appelait même les « Invincibles ». Toujours ces titres à la con qui deviennent un peu lourds et humiliants à la première branlée.

Pendant ce temps-là on parle de renouvellement de génération pour les autres. On aurait dit les nuls c’était pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *