France-Espagne : Essence ou Gasol ?

Parfois on se demande si notre expert, l’ultracompétent Djelil ne devrait pas coacher lui même l’équipe de France. Mais il a choisi le journalisme, dans la vie il y a toujours des gagnants et des perdants. N’est-ce pas Goran Dragic.

dub

Par Djelil Adjaho

On aurait pu démarrer cet article triomphal par un bal Dragic à Ljubljana. Mais la qualification en ½ finales de l’Euro étant acquise comme le Vestiaire vous l’avait annoncé par ma plume, nous ne ne parlerons pas davantage de l’excellent niveau défensif affiché par les bleus hier soir. Car il faut dès maintenant tout oublier, sinon Ajinca serait en NBA dans deux semaines et épouserait Nabilla dans trois. La NBA parlons-en, puisque se présente le second Game 7 (prononcer seven) des finales NBA.  Deux matchs 7 d’affilé, on n’avait pas vu ça depuis le mois de Juin avec le Heat face aux Pacers  puis le Heat face aux Spurs, voire Tony sur Eva, puis Tony sur Axelle.

C’est le match attendu par tout un peuple, enfin surtout par ceux qui ont connu l’existence de Stephane Ostrowski et Jimmy Verove. Ce peuple qui n’a toujours pas digéré la paella dégueulasse ingérée en ¼ de finale des JO l’été dernier. Il arrive parfois d’en manger des aussi mauvaises à Barcelone sur le Port olimpic. Pourtant, même si la bouffe est pas toujours fraîche on serait tenté de croire que c’est bien notre meilleure opportunité d’atteindre les finales.

Certes, l’Espagne vient d’humilier la Serbie, comme seul le Tribunal Penal International avait su le faire jusqu’ici. Serbie qui nous avait également mis à l’amende lors du match de poule du 2nd Tour. Néanmoins, cette équipe d’Espagne bien que ronflante, compte 2 joueurs clés absents cet Euro, Juan-Carlos Navarro devenu trop vieux pour ces conneries et Pau Gasol qui a le même âge, pour ne citer qu’eux. Attention, place maintenant au passage technique de l’article : on a donc une chance de faire jeu égal non seulement à l’intérieur mais également sur les lignes arrières car nos arrières ailiers sont athlétiques mais ont également quelques centimètres de plus que les leurs. Ce match se jouera donc à l’expérience.

Qu’est ce que l’expérience ? Un peigne pour les chauves ? Trois connasses latinas dans le pieu de Tony Parker ?  Non, ce n’est pas parce que la France n’a pas joué contre Team USA lors des deux dernières finales de JO ou en finale de championnat du monde en 2010 qu’il faut se dire qu’elle en a pas. Bien au contraire, on apprend plus de ses défaites que de ses succès par moment. Et la France a donc beaucoup d’expérience, croyez-en ces superbes légendes publiées sur notre site.  Depuis le temps où il enchaine les déconvenues, Vincent Collet doit savoir quelle est la tactique à user pour battre les Espagnols à part leur filer des moules avariées. Si j’avais son salaire et son statut, avec autant d’années comme sélectionneur ce serait le minimum. Les joueurs seront eux surmotivés comme d’habitude et je pense qu’on aura un match encore plus intense que face à la Slovénie.

Quant à moi, n’en déplaise à mon rédacteur en chef,  je vous donne rendez-vous en finale, car après avoir battu la Slovénie chez elle et l’Espagne, je ne vois vraiment pas ce qui nous empêcherait de soulever le trophée, sachant qu’avec la victoire d’hier soir, nous avons déjà validé notre participation au championnat du monde de basket l’été prochain en Espagne justement. Et comme j’en ai l’habitude, je terminerais avec une formule pourrie dont j’ai le secret pour encourager mes compatriotes : « A vos drapeaux et foulards ». C’est bien bien naze non ?

 

6 réflexions au sujet de « France-Espagne : Essence ou Gasol ? »

  1. Il est devin ton djelil ou quoi ? Jamais la France battra l’Espagne on n’a pas la culture des matchs à enjeu. Ou si, mais on les a tous perdu

  2. Pour passer, il faudra un monstre offensif en plus de TP. Mais surtout que les arbitres nous laissent nos intérieurs à moins de deux fautes à la fin du premier quart.

    Donc c’est mort.

  3. Le problème ce ne sont pas les arbitres mais nos intérieurs qui ont tendance a baisser les bras dès qu’ils reçoivent le ballon avant de remonter au cercle, il faut qu’ils le gardent haut ou a la limite de la poitrine ( comme Jordan quand il prépare son fade away ou hakeem olajuwon mais ça se travaille pendant des années, ça ne s’improvise pas), pareil en défense il suffit de garder les bras levés et ne pas chercher à contrer forcement, juste gêner les tireurs.
    Djelil A.

  4. Moi je crois que c’est avant tout une histoire de mental. A ce niveau tout le monde est prêt tactiquement et a une forme similaire. La différence qui fait qu’on est bon ou mauvais le jour j c’est dans la tête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *