Top 14 : Revol au-dessus d’un nid de Kockott

 A peine 4 journées de championnat et notre spécialiste rugby est déjà essoufflé. Il n’a pas tenu l’enchainement de 2 matchs en 4 jours, et ce débile de calendrier nous dit qu’il faut rejouer dans à peine 2 jours. Pas sûr qu’il survive jusqu’à la trêve. Le début de championnat a été intense, il est grand temps de faire le point. Un état des lieux du Top 14 s’impose.

rp

  Une chronique by Alfred Hitchcockott. Retrouvez ici tous nos articles rugby

Excellent état

Le stade Charles-Mathon est intact. L’USO a pris tous les points qui passaient à sa portée. Son rayon d’action fait donc 100 mètres sur 60, c’est pas très grand mais ça peut suffire pour rester en Top 14 un an de plus, et puis maintenant tout le monde sait où placer Oyonnax sur une carte. Ou pas.

 Bon état

Les joints sont comme neufs du côté de Toulon, nous dit l’exilé Eiffion Lewis-Roberts. Du côté du CO, les fondations sont solides. Les entraineurs, sûrs de leur force, ont tenté de raisonner le boss : « Mais, ô Président à Vie, nous n’avons pas besoin de l’arbitre pour gagner, le Stade Français a fait un beau match contre un Biarritz tout moche, Jannie Bornman anéantira Missoup et nous l’emporteront  haut la main ». Mais en matière d’arbitrage, Pierre-Yves Revol, à l’inverse de Guy Novès, préfère prévenir que guérir. Pierre Fabre se retourne dans sa tombe.

Pas de faille à Clermont non plus, le jeu est déjà en place. Trop en place, ça devient un casse-tête. Comment pourrait-on ne pas gagner cette année ? David Skrela n’est plus là, Morgan Parra préfère être mauvais en équipe de France. Tous les espoirs reposent sur un bon vieux pétage de plombs  de Jamie Cudmore en finale.

Toulouse, bah Toulouse quoi.

Grenoble assure à domicile, Brive assure à domicile et à l’extérieur.

 

Etat moyen

A Bègles, un trou, celui de Pierre Bernard mercredi soir face à Montpellier, qui coûte 3 points et vient gâcher un tableau jusque-là très correct. Wisniewski en a déjà marre de se faire traiter de petit Sexton par un chauve qui s’appelle Labit. En plus il ne comprend rien à son accent et le Racing a eu du mal à battre Oyonnax à domicile. Inquiétant.

 A Montpellier, la fissure dans le monument Gorgodze sera bientôt réparée. Deux mauvais matchs d’affilée, mais deux mauvais matchs remportés, tout ne va pas si mal.

 

Etat moyen mais on s’attendait pas à mieux 

Belles façades mais rien derrière. Bayonne a fait illusion contre Oyonnax. Le Stade Français a fait illusion contre Biarritz.

 

Etat lamentable

Faugeron va y laisser sa caution. Pour une fois il avait une excuse, la maison n’était pas en très bon état à son arrivée. Ce n’était pas non plus une raison pour tout saloper. Le dopage chez les joueurs est un problème, ce n’est un secret pour personne à part pour Serge Simon. Mais quand va-t-on parler de la consommation d’amphétamines chez les entraineurs ? N’importe qui à sa place aurait envie de se Taele veines, Didier Faugeron, lui, jubile.

Il arbore en toute circonstance ce sourire radieux et, au bord du gouffre, se prend à rêver de jours meilleurs, « lorsque les absents seront revenus » (!). Quelqu’un osera-t-il lui dire qu’Harinordoquy aura 34 ans dans 5 mois ?  Ce n’est certes pas la première fois qu’il coule une équipe, non, ce n’est  vraiment pas la première fois qu’il coule une équipe, mais aussi rapidement et avec autant de moyens, c’est une performance. Chapeau l’artiste.

Tant pis pour le suspense de ce Top 14, le Biarritz Olympique a plombé sa saison dès le 4 septembre. Ça ne fait jamais plaisir d’aller à Oyonnax, alors si en plus c’est pour perdre et se taper Barcella qui chante pendant 8 heures dans le bus du retour…  La suite, c’est la réception-branlée de Toulon et le voyage-suicide à Toulouse, qui devraient installer le BO à la première place qualificative pour la ProD2. Quand certains doivent attendre le printemps avant que leurs efforts finissent par payer, le BO récolte dès septembre les fruits pourris de son mauvais travail.

 

 Pendant ce temps-là, Serge Blanco n’a plus beaucoup de solutions. Les bons entraineurs ne courent pas les rues, et il n’a pas trop le temps de chercher, le rôti va refroidir. Faire revenir Jean-Michel Gonzalez n’est pas aussi impressionnant que rappeler William Servat.  Si Biarritz tombe contre des équipes italiennes en Top 14, est-ce que ça va se voir ?

 

Une réflexion au sujet de « Top 14 : Revol au-dessus d’un nid de Kockott »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *