Champion’s league (2/2) : Franco bas résilles

Suite et fin de cette 5e journée avec un mercredi encore pire que le mardi. Le Vestiaire continue de chercher ce que sont devenus les grands clubs. C’est osé mais moins qu’une réplique de la Coupe du monde chez Diomède ou manger des travers de porc avec une fourchette.

bar

ANGLETERRE

Manchester United. Ferguson était-il un génie visionnaire ou un vieux gâteux avant l’heure ? Il a eu Cantona, Scholes, Giggs, Beckham, Van Nistelrooy et il a passé sa dernière saison à encenser Van Persie, à filer le brassard à Evra et choisir David Moyes. Ok il n’était pas connu au départ lui non plus, il entraînait un club de merde en Ecosse, et il a fini par faire quelques belles choses, comme faire connaître Kanchelskis. Mais il a laissé partir Ronaldo et maintenant Rooney doit attendre des centres de Nani et Valencia. Au moins Yorke avait Cole. Ce sont de biens drôles de noms.

Manchester City. Pendant des décennies, le maillot bleu ciel a ému Radureau à force de prendre des branlées contre United à Maine Road. Il fallait jouer avec des Irlandais et des Ecossais, et des Suédois dans les buts. Il n’était pas question qu’un vendeur de prostituées y mette du pognon, ni de Ligue des Champions, et encore moins de parler d’un grand club. Il n’en est toujours pas question : attendons deux ou trois qualifications de suite pour les 8es de finale.

ITALIE

Juventus Turin. A l’époque, ils étaient un peu Italiens, n’avaient pas de gueule, pas de style, mais ça faisait ce qu’il fallait pour courir longtemps et se doper et ça faisait des fautes. C’était pas beau à voir mais ça gagnait. A l’exception de la dernière phrase, il ne reste de cette époque-là que Chiellini et Conte ; l’un joue encore, pas forcément le meilleur. Maintenant, Vidal a une coupe de cheveux à la con et un collier de barbe ridicule, Pogba a une coupe à la con, et il y a Tevez. Qu’en dirait le coiffeur de Baggio, Deschamps, Trezeguet, Zidane, Del Piero et Platini ? Et le dentiste de Nedved ?

ALLEMAGNE

Bayern Munich. Effenberg a-t-il, un jour, prononcé ses mots en discutant avec Matthaus : « Ich bin eine kleine tiki taka » ? Pas sûr, et pas uniquement parce que ça ne veut rien dire. Mais Guardiola ne l’emportera pas au paradis, sa taupe et Alcantara y sont déjà. Si ses jambes ne supportent pas la Bundesliga, c’est que Breitner, Vogts et Nuremberg n’ont pas suffisamment alerté.

ESPAGNE

Real Madrid. La difficulté quand on ne vit qu’avec des stars, c’est désormais de les trouver et de les attirer toutes. Le Real en a une, et dans son histoire ça n’a que rarement suffi, sauf quand il n’y en avait effectivement qu’une seule au monde. Ce n’est pas le cas, et Ronaldo ne pourra pas toujours marquer un but de plus que n’en prendra sa défense.

FRANCE

Paris-SG. 1-1 contre des Belges, 2-1 à la 90e contre des Grecs : Borelli ne bouffera pas de pelouse ce coup-ci. Reste à savoir si Ibrahimovic peut devenir plus fort que Weah. Il vaudrait mieux, une légende vous dira bientôt pourquoi. En attendant, Blanc peut continuer à faire comme si son tacle avait contré la frappe de Kostadinov dans ce même stade. Si Thiago Silva découvre la vérité, il ne parlera plus que suédois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *