L’Edito CR7 ballon d’or : Melon au porto

ronnie

Il n’y avait guère que Ribery qui y croyait et les médias français qui le souhaitaient. Et évidemment ça ne s’est pas réalisé. Même les bidonnages habituels du Ballon d’or n’ont pas suffi, même les déguisements à la con du CFC, même les nouvelles règles créées pour faire croire que Messi est supérieur à Maradona. Au final, Messi n’est pas supérieur même s’il finira peut-être dans une chambre supérieure d’appel d’un tribunal correctionnel. Ce qui fait de lui un grand.

Tout cela fut vain, Ribery n’est pas devenu meilleur que Cristiano Ronaldo, ni cette année, ni jamais. Et pour que ça arrive un jour il faudra que CR prenne sa retraite avant Francky ou que Ribery s’exile sur une autre galaxie sans être suivi par Messi, Robben, Muller, Schweinsteiger ou Alcantara. Il y a une vanne dans la phrase précédente. Si Ribery avait gagné, ça n’aurait fait qu’un scandale de plus car s’il fallait choisir un Munichois autre que Daladier ou Chamberlain, Robben était certainement plus indiqué, on va y revenir.

Pour ne pas trop abimer la fierté dégoulinante et mal placée de Ribery, il ne faut pas trop s’étendre sur le comparatif des deux carrières. Il ne s’agit pas ici d’affirmer qu’il existe deux Eric Carrière, ça ferait beaucoup, mais plutôt de rappeler qu’un joueur marque l’histoire en gagnant des titres certes mais dans un sport collectif on est rarement seul à porter un gros palmarès. En revanche être décisif dans les grands moments de ces compétitions à tendance à singulariser l’exploit.

Depuis 10 ans, à moins d’avoir été piraté par le Darknet, l’Histoire du foot n’a retenu pour Ribery qu’un but contre l’Espagne lors du mondial 2006. S’il avait poursuivi à ce rythme le débat serait différent mais depuis il a fait mieux, un Euro 2008 ridicule, une Coupe du monde 2010 pathétique, un Euro 2012 exécrable. Mais si l’on s’en tenait aux grandes compétitions internationale, Cristiano Ronaldo n’aurait guère plus d’arguments à faire valoir hormis un bon Euro 2004 où il envoie les siens en finale, et un très bon Euro 2012 où il ne s’arrête de jouer qu’en demi-finale. Plus quelques buts par-ci et par-là, et finalement ça fait quand même beaucoup si on compare à Ribery qui n’a absolument rien foutu en bleu depuis l’été 2006.

Ses plus fidèles lécheurs répondront alors qu’il a quand même claqué un de ces buts contre la Finlande. Et oui, l’année internationale de Ribery se résume à ce but contre la Finlande. Quand Ronaldo en met 3 lors du barrage décisif contre la Suède, Ribery n’offrant en supplément que zéro passe décisive à l’aller et au retour contre l’Ukraine. Score qui s’ajoute aux zéro passe toutes compétitions confondues. CR n’a donc rien gagné cette année mais il s’est payé seul, et sans même utiliser 0,03% de son salaire, son voyage au Brésil. Ribery a beau être impliqué dans 60% des buts en éliminatoires, il n’a rien branlé quand il le fallait vraiment hormis cette demi-volée ratée et ce centre qui permettent à Sakho de se souvenir deux fois de sa quenelle.

Sa carrière en club se résume donc à cette année puisque tout le monde sait qu’il n’a pas gagné la Ligue des champions avant, malgré une finale où il n’a pas pesé au contraire de Müller. Est-ce que Ronaldo fait presque à lui seul une équipe forte ? Oui. Est-ce que le Bayern était une équipe monstrueuse l’an dernier grâce à Ribéry ? On pourrait mentir et répondre oui. Le problème de Ribery et de son milliard de passe décisives c’est une nouvelle fois le collectif. Car il ne méritait pas plus que les autres membres du carré magique de figurer en finale du Ballon d’or. On attend encore ce Ballon d’or collectif déjà promis au Barça. C’est bien Robben qui a remporté la Ligue des champions, c’est bien Ronaldo qui a marqué le but mancunien en 2008.

2 réflexions au sujet de « L’Edito CR7 ballon d’or : Melon au porto »

  1. Le Vestaire aurait peut être dû relire son papier de l’année dernière (http://www.le-vestiaire.net/2013/01/ledito-la-messi-est-dite/).
    Cacher si minablement son aversion de Ribéry, Pierre Ménès applaudit, Nasri prends des notes.
    Étaler le parcours de CR avant 2013 : Messi, Xavi et Iniesta sont intéressés, Pelé, Zidane, et Maradona militent pour, mais on s’en fout.
    Sur le palmarès, il n’y a pas de débat.
    L’impact sur les qualif’ du mondial de Ribéry a été supérieur à celui de CR.
    Tout d’abord, quand l’EdF cède sa place à l’Espagne, Ribéry s’est bougé le cul, et amené l’équipe aux barrages. Il a rendu l’EdF qualifiable. Vous énoncez vous même les chiffres soulignant son implication sur les buts de l’EdF, en omettant ses buts à l’exception de celui de la Finlande. Puis il est à nouveau décisif en barrages, puisque cette fois 66% des buts viennent de lui. (et donc 2 passes décisives, vous en convenez d’abord en disant zéro, puis en disant qu’il permet à Sakho de marquer. oh wait how do you say assist ?)
    Certes, ce n’est ni Xavi ni Iniesta, mais vous pouvez aussi relire vos éditos des ballons d’or de Messi.
    Le Portugal – dans un groupe de 6 – laisse passer la Russie, avec 2 nuls contre Israël. Mais où était Ronaldo le meilleur, le décisif ? Il est là pour le barrage. Quand le reste a été joué. Quand la Rib’ a joué et gagné toute l’année, CR qui n’a rien foutu, à part foutre 69 buts à Getafe, sort 2 matchs.
    Est-ce que Ronaldo fait presque à lui seul une équipe forte ? bof, pas beaucoup plus que Ibrahimovic.
    Est-ce que le Bayern était une équipe monstrueuse l’an dernier grâce à Ribéry ? Même réponse que vous.
    Mais est-ce que le Bayern aurait été une équipe monstrueuse aussi l’an dernier sans Ribéry ? On mentirait aussi en disant non.
    Est-ce que CR qualifie le Portugal ? Non. Il va en barrages, et là il les qualifie. Entre temps, grâce à une équipe qui joue tout pour lui, il claque 69 buts et gagne rien.
    Est-ce que Ribéry qualifie le France face à l’Espagne ? Evidemment non, mais il la mène en barrages puis à la qualif’. Entre temps, il claque que 21 buts, dans une équipe collective qui rafle tout.
    Est-ce que Ribéry fait presque à lui seul une équipe plus forte ? Demandez à Deschamps.
    Certes, ce n’est ni Xavi ni Iniesta, mais vous pouvez aussi relire vos éditos des ballons d’or de Messi.
    Mais que juge-t-on ? les résultats de 2013 ? ou la force, la qualité, la technique intrinsèques au joueur ? Dans ce cas, CR est bien sûr, de loin, supérieur à Ribéry. Mais le meilleur reste Messi, et il mérite donc ces ballons d’or, plus celui-ci…mais vous expliquez tellement bien le contraire que je vous invite, encore une fois, à relire votre papier de l’année dernière (http://www.le-vestiaire.net/2013/01/ledito-la-messi-est-dite/)

  2. Cher M. Hat,
    Merci de faire la promotion de nos excellents papiers de l’année dernière, nous ne saurions mieux les mettre en valeur que vous. En dépit de votre statut de lecteur historique, nous ne pouvons faire semblant de laisser penser que votre diatribe est pertinente. Vos écrits, bien que maladroits, semblent faire état d’un doute dans votre esprit : nous n’aimerions pas Ribery. Un argument maintes fois usité par d’autres avant vous, nul n’est donc à l’abri de dire des conneries. Nous non plus d’ailleurs, mais cette fois nous vous en laissons l’exclusivité.
    Ainsi donc, qu’est-ce qu’un grand joueur ? Nous avons toujours été clairs sur ce point : un joueur décisif dans les grandes occasions. Ribery l’a-t-il été ? Vous semblez considérer qu’il a conduit seul la France au Brésil, en vous appuyant sur sa double passe décisive contre l’Ukraine. Précisons les choses : sur le premier but, son tir est repoussé par le gardien sur Sakho ; Pyatov prendrait mal que Ribery lui vole la passe décisive. Et sur le 3e but, c’est une volée hors cadre qui rebondit sur le tibia de Sakho, mais on vous l’accorde, allez, une volée ratée ça fait une passe et rater une volée ça mérite le ballon d’Or. Et s’il l’avait cadrée ? Il volait le ballon d’or d’honneur à Pelé sans aucun doute. Si vous tenez absolument à la deuxième passe décisive de Ribéry sur ce match, on peut aussi dire que sur le deuxième but Ribéry avait mis un maillot Valbuena pour la donner à Benzema.
    Quant aux matchs avec le Bayern, enfin la finale de Ligue des Champions, Ribéry a réussi une passe décisive, jolie il est vrai. Robben a fait une passe et un but. Et c’est Müller qui a fini à huit buts, pendant que Ribéry faisait 5 passes, comme Benzema.
    Il y a donc à juger l’influence d’un joueur sur son équipe, pour départager les candidats. Le Vestiaire s’est déjà demandé pourquoi Ribéry avait été l’élu du Bayern, alors que d’autres pouvaient y prétendre au moins autant. Ribéry est-il aussi indispensable à la réussite du Bayern en 2013 que Xavi ou Iniesta dans celle du Barça des années précédentes ? Xavi et Iniesta, nous l’avons déjà dit, ont fait ce que Messi est devenu. Sans eux à leur niveau, Messi n’a plus rien fait en fin de saison dernière. Et que dire de l’équipe d’Espagne qui, privée de Messi, a tout gagné depuis 4 ans et en double. Ronaldo n’a besoin de personne, il est le Real à lui seul et si le Real n’a pas gagné c’est que le foot n’est pas un sport individuel. C’est moral mais ça n’empêche pas le constat : sans Ronaldo le Real aurait fait une saison catastrophique. Ribery est-il le Bayern ou l’équipe de France à lui seul ? Là c’est Sakho qui le prendrait mal. Il serait foutu de faire une quenelle.
    Ah oui, vous dites aussi que Ronaldo n’a pas brillé avec le Portugal dans les petits matchs. Il a attendu les grands pour faire ce que personne n’a jamais fait. Quel imposteur vous avez raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *