Rugby, HCUP : Ruck and roll circus

Il paraîtrait que Montpellier et Perpignan jouent la coupe d’Europe cette année. Il paraîtrait qu’ils la jouaient aussi les années précédentes. Les personnes détenant des preuves vidéo susceptibles d’étayer ces théories fantaisistes sont formellement priées de transmettre ces documents au spécialiste rugby du Vestiaire, qui jure en retour qu’il s’agit simplement de curiosité morbide et qu’il n’écrira jamais au sujet des horreurs qu’il risquerait de voir. En attendant, on va vous parler de l’affiche de cette 5ème journée de Coupe d’Europe.

noves

Par notre spécialiste rugby musical Peyo Greenslip Jr

Dans le coin noir et rouge, les Sarrasins, club le plus friqué d’Angleterre, équipe dont l’ossature est constituée de Sud-Africains et de quelques-uns des internationaux anglais les plus mal coiffés et les plus détestables de leur génération, un des favoris de l’épreuve, bref, l’ennemi juré de tout amateur de rugby qui se respecte.  Dans le coin rouge et noir, Toulouse, club le friqué du monde (quoi qu’en croie Mourad B.), équipe bâtie autour d’un entraîneur-gourou-à-vie, de Sud-Africains et d’internationaux français aux goûts capillaires tout aussi discutables, favori à vie de la H Cup, bref l’ennemi juré de tout amateur de rugby qui se respecte.

Vous l’avez compris: si une bombe doit péter au milieu d’un stade de rugby, c’est aujourd’hui ou jamais.

La première explosion de l’après-midi est celle de la défense toulousaine. Ça sentait la poudre : dès la 7ème minute, les Anglais franchissent la ligne blanche sur une inspiration de l’ailier Chris Ashton, qui maitrise le geste à la perfection depuis que Matt Stevens a rejoint l’effectif des Saracens. Autre école, autre style: après ce retard à l’allumage, Toulouse remonte à petit feu et l’avantage des Anglais s’envole en fumée. L’esprit de Rupeni Caucaunibuca plane encore sur la ville.

La seconde explosion est celle de Joe Doussain au poste de demi d’ouverture. On le savait très bon défenseur, il a confirmé ce statut en retournant allègrement les 120 kg lancés du deuxième ligne Alistair Hargreaves. Et le prochain qui dit que Morgan Parra ne défend pas si mal a droit à la télécommande dans la gueule. On sait maintenant que Joe est capable d’attaquer la ligne en position 10, de faire 7/8 aux pénalités et de distribuer les ballons d’attaque avec brio dans un match de très haut niveau. Ces trois qualités ressemblent étrangement à la description d’une offre d’emploi parue dans les petites annonces de l’équipe de France il y a plus de 10 ans et qui n’est toujours pas pourvue. Le Tournoi 2014 approche, il est temps pour Jean-Marc Doussain de postuler. Le présent paragraphe constitue une lettre de recommandation à l’attention du DRH du XV de France : il ne faut plus donner les clés du jeu à n’importe qui, alors comme dirait Mylène, pourvu qu’elles soient à Douss’.

Les trois quarts toulousains n’ont jamais vu autant de ballons depuis la blessure de Luke Mc Allister, ils se demandent si les ramasseurs de balles n’ont pas fait une blague en introduisant 2 ballons de plus sur le terrain. « Passez la balle, osez agir ! » , leur hurle le vieux Guy. Yoann Huget acquiesce, se recoiffe le frisottis et lève le pouce en direction de son entraineur. « Mais non pas à toi, Princesse Sissi ! Je sais bien que j’ai un accent de merde en anglais, mais j’ai dit donnez-la à Gear !». Ce qui semble en effet plus logique lorsqu’on voit les ravages que fait le néo-Zélandais dans la défense anglaise.

La première mi-temps nous offre donc un scénario que l’on n’avait pas vu depuis de nombreuses années: la France a l’initiative du jeu et l’Angleterre résiste tant bien que mal, dominée qu’elle est dans tous les secteurs. Tous ? Non ! Car une mêlée peuplée d’irréductibles frères tonguiens déguisés en anglais résiste encore et toujours à l’envahisseur toulousain, dont le pilier gauche est pénalisé 142 fois en 40 minutes.

A la pause, c’est la coutume, Jean-Marc L’Henoret laisse trainer les caméras de France 2 dans les vestiaires et nous propose des images dont rêveront toutes les jouvencelles du monde Ovale et Matthieu Lartot, la nuit entre leurs draps roses. C’est la troisième explosion.

LARTOT – Raphaaaaaaa regarde le torse de Yoann Huget, ses poils sont aussi bien taillé que sa barbe !! Et Census Johnston avec son caleçon rayé, il est trop chou !!

IBANEZ –

LARTOT – Dis Raphou, avec autant de beaux mecs nus autour de toi…dans les douches…tu n’a jamais pensé…

IBANEZ – Okay Lartouze tu te calmes, le match redémarre dans 5 minutes, tu vas encore avoir le souffle court au moment de reprendre l’antenne. Et tu vires ta main de ma cuisse avant que je la brise.

LARTOT – Rah mais j’en peux plus Raphie, je sais pas ce que j’ai je suis chaud en ce moment, on est que le 12 janvier et j’ai déjà collé toutes les pages de mon calendrier des Dieux du Stade…

IBANEZ – Je connais un remède. Tiens, regarde cette photo. Il s’appelle Graham Rowntree, et si t’es encore excitée après ça je vais vraiment commencer à m’inquiéter.

Au milieu de cette atmosphère moite de joyeux voyeurisme et de fantasme, on aperçoit toutefois une image bien triste. Celle de Clément Poitrenaud, étendu au sol, les jambes surélevées, qui tente d’apaiser sa phlébite et d’oublier qu’il aura bientôt 32 ans. Visiblement en souffrance, il attend le dernier moment pour remonter péniblement sur son fauteuil roulant et rejoindre le terrain pour la seconde mi-temps.

Clément court moins vite qu’un arbitre de touche de 4ème série après les fêtes, c’est une évidence. La bonne nouvelle pour lui, c’est que Yann David, son compère au centre, a décidé de plaquer, détruire, fracasser, malaxer de l’Anglais pour deux. Bonne nouvelle pour Damien Chouly également : la forme étincelante de Louis Picamoles lui offre 5 semaines de vacances à Clermont pendant le Tournoi. Le reste du match, c’est la domination toulousaine qui se renforce suite au carton jaune récolté par Mako Vunipola pour l’ensemble de son œuvre de pourrissage des rucks. On notera simplement, le léger moment de doute lors de la rentrée de Yoann Montès, qui devait probablement chercher le match des espoirs du Stade.

Pendant ce temps-là, l’engouement croissant pour le rugby ne se dément pas. Il commence même à gagner des cercles qui n’ont a priori pas vocation à s’y intéresser, comme par exemple la magistrature: au rugby, on sait se salir, mais on sait aussi blanchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *