JO d’hiver : Pinturault à l’eau

Ramènera-t-il autant de récompensesque que lors de toutes ses compétitions précédentes ? Que signifie bredouille ? L’inoubliable Denis Rey en serait jaloux.

Quand au début de l’année 2012, le rédacteur en chef du Vestiaire a commandé un papier Pinturault, le service ski s’est d’abord demandé de qui il parlait. En effet depuis la disparition accidentelle de J-B Grange, un immense plan social avait envoyé notre spécialiste poudre blanche réaliser des documentaires pour la nouvelle émission de Morandini sur NRJ12. Et puis hier soir alors que Xavier De Moulins faisait résonner ses douces cordes vocales dans toutes les chaumières, un nouveau texto a relancé l’intérêt pour ce fameux Pinturault, quelques semaines seulement après avoir célébré les premiers pas debout sur des skis de Marion Rolland.

Trois Crimes à Lille plus tard, notre spécialiste jetait un coup d’oeil sur la carrière de cet Alexis. Un jeune homme blond, de presque 22 ans, jamais passé chez Denisot, déjà abonné aux podiums, aux victoires et aux sorties de piste. Rien sur sa sexualité hormis que sa mère est norvégienne et son père s’appelle Claude. Pour un peu il nous rappellerait Grange. En un peu moins fragile, donc en beaucoup plus précoce et prometteur. Rien de sexuel là encore. A part ça, ils semblent dominer autant l’un que l’autre leur discipline, on mettrait même un s à disciplines pour Pinturault. La différence se situe sans doute dans la finition.

Quand Jean-Baptiste eut fini de bricoler ses épaules et autres genoux, il devint champion du monde et commença à collectionner les globes dont celui qui lui sert de tête, pas d’infos sur ceux de Yamina Benguigui cette fois. Alexis a choisi de juste lui emprunter sa faculté à ne pas finir les courses qu’il domine du globe et des épaules. On peut penser en prenant un peu moins de risques que lui qu’il ne remportera aucun titre majeur pour cette raison. Pourtant il est arrivé à Grange de finir les courses quand ça comptait, alors pourquoi pas Alexis ?

En plus en allant sur son site internet on découvre, outre qu’il est bien en chair que depuis 2009, son « la suite est en cours » n’a pas été actualisé. Il venait de devenir champion du monde junior, comme Fabrice Santoro, Guy Forget ou Julien Jeanpierre. On apprend aussi qu’il aime « tous les sports en général, passer du temps avec mes amis, mes proches et ma copine, lire, regarder des films ». Alexis aime la vie, la preuve : »Pour conclure je dirai qu’il n’y a rien de plus beau que de vivre ses passions… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *