Rugby, Galles-France (1/2): La Galles des débutantes

La pénombre s’est abattue sur les chelemiens espoirs de nos braves. Les pétaradants artifices du Millénium Stadium n’ont su leur éclairer la route du succès. Battus par un mal d’un autre siècle, les bleus avaient égaré leur tube d’ascabiole. Saint-André retrouvera-t-il enfin sa boîte de Zoloft?

hibbard

Par notre spécialiste rugby et pharmacie Peyo Greenslip Jr

Le diagnostic à poser sur cette défaite est effrayant. Ceux qui l’ont aperçu sont formels,  le mal serait grand comme Maestri, gros comme Mas, gras comme Bastareaud, vieux comme Forestier, mou comme PSA. Il est visqueux comme la toison de Szarzewski et invisible comme chouly, ce qui le rend impossible à traquer. Si seulement il était aussi lent que Doussain et aussi faible que Lauret, nous aurions une chance de l’attraper.

A ceux qui souhaitent un changement de service, jugeant le docteur Saint-André incompétent, nous rappellerons que le mal est avant tout là parce que la pharmacopée française, à force d’être sur-utilisée, est parfois faible. Si nous disposons d’une gamme de princeps relativement efficaces, leurs génériques laissent à désirer. Du Lauret©,  emballé dans son casque, ressemble vaguement à du Dusautoir© mais ce n’est pas du Dusautoir©. Wenceslas, pour info : gratter un ballon gallois, ça ne veut pas dire faire des guilis à un ventre de rouquin, ça veut dire aller jusque dans leurs bras arracher leurs fils et leurs compagnes et la gonfle. De même, un cachet entier de Debaty©, si gros soit-il, ne soulagera jamais le côté droit de la mêlée comme le fait une moitié de Mas© ou de Slimani© (médicament momentanément retiré du marché pour avoir causé des maux de tête à un (im)patient italien). Quant au Forestier©, il est tellement peu dosé qu’il ne peut compter que sur l’effet Placebo, qui comme chacun sait  ne fonctionne que sur les filles pré-pubères des années 2000.

Mais il ne s’agit pas simplement d’un problème d’efficacité brute. Avez-vous déjà entendu parlé d’intelligence de jeu? Rendez-vous dans la seconde partie pour comprendre le concept.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *