Formule 1 : Le salon de Massa (1/3)

Le coup d’envoi de la saison de Formule 1 aura lieu dans une semaine, mais le spécialiste du Vestiaire n’a pas voulu attendre aussi longtemps pour dévoiler les forces en présence. Comme d’habitude il sait tout à l’avance, c’est juste qu’il le dit avec ses mots à lui. Première partie, les écuries pourries.

f1

 

Par notre spécialiste on ne sait trop en quoi Henri Carl BR Driven (2)

 

Sauber – Ferrari

Comme la Seconde Guerre Mondiale et leur récente loi sur l’immigration l’a montré, les Suisses sont malins et Sauber, a priori, a conclu de bons accords. On démarre à peine la série, que je ne prends déjà pas trop de risques. Ainsi, Van Der Garde, nanti d’une expérience intéressante du moteur Renault, arrive aux côtés du Russe Sirotkin, de ses sponsors, et de 3 000 litres de vodka frelatée dont la moitié a déjà été bue par Briatore. Mais qu’est-ce qu’une expérience intéressante du moteur Renault, hormis une diatribe envers la Scénic sur les forums d’Autoplus.fr ? Sur la piste, Sutil rêve d’un premier podium pouvant lui ouvrir les portes d’un top team. A défaut ça lui ouvrira au moins les portes d’une kangoo. A ce propos, il ne devrait pas avoir trop de mal face à Gutierrez qui a laborieusement signé deux tops ten en qualif, une 7ème place et un meilleur tour.

Williams – Mercedes

Il y a maintenant longtemps que Williams n’est plus au top et ne domine plus rien. J’imagine que même les moins au fait d’entre vous savent aussi que Senna est mort, que Mansell avait une moustache, Prost un égo débordant et que Villeneuve ne débordait pas de talent. Désormais, l’écurie a choisi de se spécialiser dans la pré-retraite de pilotes brésiliens sur le retour et vivant, cette fois. Cette année c’est Massa qui s’y colle. Valteri Bottas a démontré des choses intéressantes (3ème en qualif au Canada, 8ème en course aux Etats-Unis) et restera à surveiller, même s’il a clairement un nom à ne pas faire parler de lui de la saison. La clef sera de savoir si la voiture est plus compétitive que ses devancières ou s’il s’agira encore d’un énième ratage. La clef sera surtout de savoir la mettre dans le contact.

Caterham F1 Team – Renault

Van Der Garde fuyant chez Sauber (pilote essayeur), Pic viré malgré le soutien de Lagardère, on change tout et on recommence en espérant progresser, pour changer. La bonne nouvelle est celle du retour du bouillonnant Kobayashi qui malgré de bons résultats n’avait pas pu rester chez Sauber. La mauvaise c’est que je ne vous dirai évidemment pas pourquoi. Saleté d’incompétence. Encore un coup à magnifier ce sport qui valorise ses bons pilotes. On saura donc vite si la voiture est réussie. Pour l’autre baquet, le Suédois Marcus Ericsson fera ses grands débuts et risque de comprendre sa douleur face à Kobayashi. Surtout qu’aucun GP ne se roule sur neige. Même si tout le monde sait désormais que c’est Kayser Soze qui a tout inventé grâce à une simple tasse de café.

Marussia F1 Team – Ferrari

Comme pour Marushka Detmers depuis le très bon « Elles n’oublient jamais » où Thierry Lhermitte se faisait presque sucer par l’autre star du cinéma Nadia Farès. Bref, comme Marushka, les années se suivent et se ressemblent pour Marussia et restent toujours aussi difficiles. Bianchi soutenu par Ferrari, et Chilton par papa, rempilent. On ne sait pas encore si ce sera pour le meilleur ou pour le pire mais on aimerait bien voir lequel sait conduire. Peut-être que le moteur Ferrari améliorera l’ordinaire. Ça serait pas à moi de le déterminer ce genre de détail par hasard ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *