France – Pays-Bas : Entre tes Cruyff

La France a trouvé un style de jeu : face à une équipe qui perd des ballons dans son camp, composée de Hollandais de 20 ans, et qui n’avait pas vraiment envie de venir, elle sait faire. La configuration Mondial. Les « journalistes » présents n’y ont évidemment vu que du feu dans lequel brulaient leurs cartes de presse.

photo-2 (2)

L’histoire a suffisamment parlé. Quand une conférence de presse se termine par un sélectionneur disant à ses censeurs « ne vous emballez pas trop quand même », c’est très mauvais signe. Moins pour le sélectionneur que pour les censeurs, mais c’est la nature humaine : on revient de Kiev avec son passeport mais sans sa carte de presse.

Ces soirs-là, un petit tour en zone mixte est terriblement enrichissant. Des deux côtés de la barrière, on sourit déjà d’aller au Brésil et ça suffit au bonheur de chacun. Les cartes de presse, elles, sont toujours bloquées en Ukraine. Il faut tendre l’oreille pour écouter, vraiment. « La France a-t-elle envoyé un message pour le Mondial ? » Répondre aux questions fait partie du métier, même à celle-là. La bonne réponse aurait été que ce sont les Pays-Bas qui ont envoyé un message à la concurrence, mais on n’est pas là pour ça. On est là pour parler du match. Pourtant personne n’en parle vraiment.

En parler, ce serait dire qu’au Mondial, aucun adversaire, pas même le Honduras, ne sera aussi mauvais que la Hollande des 75 dernières minutes. Eredevisie, si ça existe, n’est pas un joueur, c’est un championnat et les trois quarts de la défense y joue, ça s’est vu. L’autre quart, c’est Van der Wiel, qui a confirmé à sa manière qu’au PSG, c’est le collectif qui est fort. Les Pays-Bas savent désormais ce qu’il ne faut pas faire face à la France : attaquer à 6 ou 8 si les latéraux sont d’humeur au même moment, jouer le hors-jeu avec des centraux lents à 40m de ses buts, relancer tout le temps au sol de derrière avec Matuidi en face. A l’époque de Rhinus Michels, le centre de formation de l’Ajax existait car l’Ajax existait, et Matuidi n’existait pas. Ca fait beaucoup d’un coup, surtout avec Van Persie à la pointe de l’attaque. Dire qu’Arsenal le surveille pour un retour. Pauvre Giroud.

Que se passera-t-il quand les adversaires ne joueront pas exactement comme la France l’espère ? Quand il faudra faire le jeu ? Quand les défenses en seront vraiment ? Quand les attaques en seront vraiment ? A part ça, il n’y a aucun nuage à l’horizon et Mangala a marqué des points. Griezmann pas trop : c’est bon signe, peut-être.

Pendant ce temps-là, le sondage sur les chances françaises de gagner le Mondial est en préparation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *