Rugby, Tournoi : Le Talon d’or

L’entrée en jeu de Guilhem Guirado a permis de régler les problèmes en touche de l’équipe de France. Vous ne le croyez pas ? Vous ne connaissez donc pas Brice Mach.

Par notre spécialiste rugby Peyo Gonzo Greenslip Jr

Jusqu’à samedi dernier 19h10, il était inconcevable que Guilhem, lanceur remplaçant de pizzas catalanes du XV de France feat. Lièvremont, puisse améliorer le rendement d’une touche de quelque façon que ce soit. Deux hypothèses s’offrent donc à vous, lecteurs amateurs d’intrigues : soit Guilhem a remonté le bandeau qui lui tombait sur les yeux et l’empêchait de voir l’alignement, soit nous avons trouvé la perle rare qui lance plus mal que lui. Soit les deux.

A la 27ème touche perdue, Philippe Saint-André s’est dit que décidément, Dimitri Swszarzezwzwzski et Benjamin Kayser n’étaient pas si mauvais. A la deuxième pénalité concédée en mêlée, il a eu comme un flash : il fut un temps, pas si lointain, où le numéro 2 était porté par le numéro 1.

C’était il y a deux ans à peine. Souvenez-vous.

Au sortir des vestiaires, la foulée de William Servat, puissante, aérienne, souple, son allure martiale, son short parfaitement ajusté, inspiraient le respect et la crainte à nos adversaires.  A la première touche, les mains de William, épaisses mais habiles, imprimaient une vrille pleine d’assurance à la gonfle, qui entamait une ascension gracieuse dans le ciel de Dublin, de Londres, de Paris ou d’ailleurs, avant de redescendre tranquillement pour un atterrissage tout en douceur en-bas là-bas dans LA main experte tendue par Julien Bon Air, qui profitait de la vue pour analyser le placement de la défense adverse et pour élaborer en conséquence un mouvement à 8 temps de jeu que David Marty allait aussitôt saboter d’un en-avant tout moche.

Même les en-avant n’étaient pas un problème. Ils étaient une ruse. Car à cette époque bénie, mêlée rimait avec gagner. Sous l’impulsion d’un talon nommé William, le pack français enfonçait ses adversaires et glanait pénalité sur pénalité. En 2014, pour rendre hommage à William, la mêlée française fait la Bûche : elle se fait fendre une ou deux fois par match.

Contre l’Ecosse, PSA avait décidé de se priver de Louis Picamoles parce que ce dernier, un jour dans sa vie, n’avait pas été à la hauteur de ses attentes. Va-t-il faire fusiller Brice Mach ou n’attendait-il vraiment rien de lui ? Qui de Jean-Philippe Genevois ou de Benoit Cabello sera le prochain talonneur atroce de l’équipe de France ? La suite au prochain numéro 2.

Pendant ce temps-là, le meilleur talonneur du monde français gâche les 5 années de carrière qu’il a encore dans les jambes. Prisonnier d’un banc de touche à Toulouse, William Servat est condamné à perpétuité à apprendre à Christopher Tolofua à lancer en touche. Le Sisyphe des temps modernes pousse donc un rocher ovale, sa tâche en est d’autant plus ardue. Aussi cruelle soit la mythologie grecque, le Sisyphe originel n’a jamais eu à supporter les blagues pourries de Jean-Baptiste Elissalde sur sa calvitie ni l’odeur de Yohann Montès après une séance d’endurance. C’est chez ces mêmes grecs que William rêve d’envoyer le vieux Guy se faire voir, lui qui ne le laissera jamais sortir de sa retraite pour la deuxième fois.

Ceci est un appel désespéré aux dirigeants toulousains. Ayez un cœur. Oubliez le Stade un jour dans votre vie. Libérez-nous de Brice Mach et de tous les autres talons d’Achille. Rendez nous le talon agile. LIBEREZ WILLIAM. 

 

2 réflexions au sujet de « Rugby, Tournoi : Le Talon d’or »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *