Hand, X-men : Marvel de l’enfer (2/2)

Le premier numéro on peut le lire ici. Merci à notre spécialiste handball, d’une part d’écrire encore, d’autre part de ne pas aller en Martinique ou en Nouvelle-Calédonie et enfin de ne pas se consacrer qu’aux descendants de Wayne Gretzky et autres prostars.

Onesta

 

Les vielles pousses

Accambray : Exemple type du joueur qui devrait exploser et s’imposer, mais au final non. Attention, William est bon. Sans aucun doute. Mais, malgré des éclairs de génie force brute sur certains matchs, il n’est pas constant. Il fait systématiquement le boulot. Il est puissant. Mais il lui manque un petit quelque chose (certains appellent ça le génie ou talent) pour se placer au rang des meilleurs mondiaux. Il fait partie des bons joueurs, mais ne parvient pas à se hisser au niveau des Karabatic, Jicha, Hansen.

Honrubia : Samuel est bon, en atteste sa saison au PSG. Son plus gros problème se nomme Guigou. Il souffrait de la comparaison à Montpellier : il est donc parti. Il souffre toujours de la comparaison en équipe de France : fera-t-il une demande de changement de nationalité ? Le Qatar accueille.

Joli : Guillaume va rapidement faire la gueule si on ne lui laisse même plus tirer les penalties. Remplaçant plus qu’utile, mais plus pauvre qu’Abalo offensivement et défensivement. Certes, comparer à Abalo, c’est dur. Mais on ne va pas continuer à dominer le monde en alignant des danseurs de claquettes. Quand les Croates ont perdu Dzomba, on ne voyait pas bien comment le successeur pouvait faire mieux. Puis ils ont lancé Ivan Cupic. Et ça fait mal.

Sorhaindo : Frère caché de Bastareaud, Sorhaindo confirme et s’affirme comme pivot n°1 chez les bleus. Solide en défense. Bien meilleur en attaque depuis qu’il a trouvé quoi faire de ses deux mains. Ce sera dur de faire oublier Gilles, mais c’est bien parti pour faire aussi bien. S’il est aussi bon lors de la prochaine compétition, on le passe dans la catégorie des tauliers.

 

Tauliers et taulards

Fernandez : Certes, il est âgé et améliore les statistiques d’emploi des séniors, mais capitaine Jérôme est toujours utile sur un terrain. Enfin, quand il est là, pas blessé et pas brulé au 3ème degré. Va tout de même falloir laisser sa place un jour.

Narcisse : Être l’un des 3 meilleurs français que le hand ait connu mais n’entendre parler que de Karabatic, ça doit être agaçant. 10 médailles, 2 ligues des champions et une dizaine de titres nationaux : ça console pas mal.

Abalo : Il court, il saute, il pivote, il marque. Notre Diablo à nous. Il ne pourra pas faire 50 minutes à chaque match pendant encore 10 ans. Après on disait la même chose de Guigou. On est donc tranquille pour quelques années.

Guigou : Une sorte de Wolverine indestructible, en plus intelligent – caractéristique peu commune chez le handballeur. Tout le temps blessé, mais toujours au top pour les compétitions. Guigou c’est donc tout le contraire de Teddy Tamgho. Un jour, papy Mickaël deviendra vieux. Mais pas de suite : l’an prochain y a mondial.

Karabatic : L’un des meilleurs handballeurs de ces dernières années. D’une constance remarquable, il est le véritable moteur de l’équipe de France. Mais être la fierté nationale n’empêche pas les démêlés avec la justice. Pistorius ne dira pas non. Sa femme non plus. « Le mensonge n’a qu’une jambe, la vérité en a deux ». Pas de chance pour Oscar.

Omeyer : Lorsque Titi sa carrière arrêtera, foutu on sera.

On nous a beaucoup parlé de renouvellement générationnel lors de l’Euro. La vérité est qu’en l’état, lorsque nos vieux vont partir la France va souffrir. La nouvelle génération n’est pas mauvaise, mais l’actuelle est exceptionnelle. Il sera dur de faire mieux, mais on se contenterait bien d’aussi bien. Et sans Claude Charles Onesta Xavier, nos X-men seraient bien mal barrés. Alors que certains médias se contentent de réagir à chaud, le Vestiaire souhaitait se donner le temps de la réflexion et prendre du recul afin de livrer une analyse objective de la compétition. D’autres diront que le spécialiste handball est une feignasse qui a mis plus de deux mois à écrire le bilan de l’Euro. C’est pas faux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *