Allemagne : Low et caetera

Ca faisait plus d’un siècle que se farcir une confrontation avec l’Allemagne pouvait rapidement devenir embêtant. Parfois ça finissait à Nuremberg, parfois à Séville. Mais c’était jamais vraiment sympa.


Depuis l’été 2010, on ne zappe plus lorsque Canal + sport diffuse un match de la Mannschaft même quand Frédéric Lopez vient nous inonder de bonheur. Car depuis 2010, l’Allemagne qui gagne ce n’est plus seulement, Beckenbauer, Goebbels, Brehme ou Sammer. A la défense en barbelés, même rouillée par quelques joueurs de Bundesliga, a succédé une autre vieille méthode : une guerre éclair, sauf que cette fois ils ne resteront pas plus d’une nuit et ne ramèneront personne à part peut-être le titre de champion du monde. Mais doit-on leur en vouloir pour ça ? On ne va quand même pas se plaindre, en plus cette fois les meilleurs éléments de notre nation ne seront pas obligés de se mettre à leur service pour qu’ils gagnent. Tant pis pour la défense, et tant pis si Mertesacker est parti à Arsenal. En temps de conquête, la meilleure défense c’est l’attaque. On voit déjà le tableau : des adversaires tétanisés qui restent bien sagement dans leur camp.
Brême catalane
Muller non plus ne se plaindra pas, s’il ramasse un jour un ballon d’Or en ne jouant même pas contre Getafe et Bilbao tous les week-end. Et dire qu’il doit se cogner la tronche de la moitié de l’équipe de l’Allemagne tous les jours à l’entraînement, plus celle de Tymoschuk, en faisant bien attention : le soviet ça résiste bien à l’hiver.
Pour Müller, être né un 13 septembre n’a donc pas que des bons côtés. Ca oblige parfois à faire reposer le sort d’un match sur Robben, heureusement en sélection il passe à l’orange. Du coup dans la Mannschaft c’est Götze qui joue les Robben. Enfin, jouera : pour l’instant, le petit génie du Borussia est blessé, encore un coup des maquisards. Ils ont aussi eu Schweini. L’aîné Mesut, comme Khedira, a beaucoup progressé depuis qu’il joue avec Benzema, pas celui de l’équipe de France. On pourrait presque croire qu’il sera capable de supporter la pression des grands matchs contrairement au pipi de la demi-finale sud-africaine.
On peut traduire leur nom en Xavi et Iniesta mais ça pourrait leur porter malheur pour les récompenses. Ajoutez n’importe quel attaquant plus ou moins mobile et un tant soit peu capable de s’imposer au Bayern et vous obtiendrez la plus puissante armada depuis mai 1940. Même privée de Ballack, Effenberg et Stauffenberg.
Et si leur entraîneur se laissait pousser la moustache, par superstition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *