Agnel/Muffat : La baston de Pellerin (2/2)

pelemele (2)
Première publication le 29 mai 2013
Il aura fallu 6 ans pour que Yannick Agnel apprenne la définition du mot « connard ». Pourtant il en fréquentait tous les jours et il ne le savait même pas. Mais connard est un terme impropre en psychanalyse. Racamier et plus tard Hirigoyen appellent ça des pervers narcissiques. Des individus dénués d’émotion et d’empathie uniquement préoccupés par l’image qu’ils renvoient d’eux-même, pratiquant sans vergogne le cynisme et le mensonge. Il se dit qu’il serait impossible d’en trouver en politique, à la tête de l’Olympique de Marseille au début des années 90, à la barre du Phocéa, en président du club des Raeliens, dans la famille Bartoli et donc dans les clubs de natation. Leur personnalité et leur charisme sont tels qu’ils mettent leur prochain sous emprise ou domination pour le dire poliment et le monde entier est bien entendu fasciné par l’insoupçonnable grand homme. Cette fascination ne peut cesser que par une rupture brutale qu’il faut soigneusement préparer. Car le pervers ne comprend pas, ne veut pas et ne peut pas comprendre, que l’un des siens le quitte. Une fois devant le fait accompli, le pervers a le choix ou il use de la menace et du harcèlement pour vous faire revenir afin d’éviter que sa réputation soit écornée ou bien il est totalement indifférent et ne pense qu’à une chose détruire son ancien élève et soigner son image. Mais tout cela n’a absolument rien à voir avec Fabrice Pellerin le désormais ex entraineur d’Agnel.
Le maton de Pellerin
Car Fabrice Pellerin a « tout donné à Yannick« ,  « Yannick n’a manqué de rien« , « Yannick m’a rejoint pour devenir champion Olympique, mission accomplie. »  Effectivement, Fabrice sait faire preuve, en plus d’humilité, de chaleur humaine. Il l’a démontré à plusieurs reprises, notamment lorsqu’il insulte et humilie son nageur après son 200m des mondiaux de 2010. Si Yannick est pas bon, ça ne va quand même pas être de la faute de son entraîneur. Cette générosité et cette empathie approchent celle de mai 2013 lorsqu’il rappelle qu’il était presque obligé de torcher le cul de son protégé. Fabrice connait donc parfaitement le concept de chaleur humaine et va avoir bien du mal à comprendre ce que lui reproche Yannick. D’ailleurs, Fabrice n’est pas du genre à se foutre complètement du départ de son poulain et ne lui donner aucune nouvelle jusqu’au moment où Yannick fera une conférence de presse pour dire qu’il quittait son mentor car il manquait entre autres de sincérité. Yannick a été gentil comme toujours et les mots « porc », « toxique », « danger »  et « pourriture » ne lui sont pas venus tout de suite.
Mais Fabrice sait être magnanime puisqu’il pense que Yannick est « trop intelligent » pour penser ce qu’il dit. Allez Yannick revient, Fabrice est prêt à te pardonner tes erreurs. Au fait Yannick il va comment ?  Adressez-vous à Racamier et Hirigoyen, Fabrice a pas le temps à perdre avec ces conneries, son départ est un non événement. Alors pourquoi autant de déclarations à la presse ?

18 réflexions au sujet de « Agnel/Muffat : La baston de Pellerin (2/2) »

  1. Pas mal d’echos sur le fait que Yannick Agnel aurait pas mal change…
    Cet article a un style seduisant, presque convaincant, presque brillant.

    Mais quand on est proche du milieu de la natation on sait qu’il est pas mal a cote des clous !….

  2. Les echos du milieu de la natation font pas mal etat de certains changements dans l’attitude de Yannick cette saison.
    Apparement au bord des bassins, nombreux ont ete ceux choques par l’attitude de Yannick (nageurs comme entraineurs), y compris parmis ceux qui l’ont cotoye au quotidien.
    J’ai meme recemment entendu qu’il n’a jamais ete apprecie en equipe de France par ses camarades.
    Je ne voulais pas le croire.
    Personnellement j’avais toujours eu a son egard une grande sympathie et une certaine admiration.
    Aujourd’hui je suis perplexe.
    Alors je ne veux pas juger trop vite, mais d’autres devraient en faire tout autant :

    Si je fais abstraction de ces echos, cet article pourrait apparaitre pertinent, voir brillant, mais quand je lis :

    »… Il l’a démontré à plusieurs reprises, notamment lorsqu’il insulte et humilie son nageur après son 200m des mondiaux de 2010. »

    Si que l’on regarde la video, on ne voit pas bien ou sont les insultes et les humiliations.

    Le constat apparait comme severe mais il est objectif.
    Quand Yannick realisait ses exploits, son entraineur avait la meme objectivite il me semble.

    Bref, c’est assez facile de jouer a celui qui demasque l’ante-christ.

    Mais la realite pourrait etre bien differente de ce qui a inspire l’auteur de cet article.
    Est-ce que cela l’auteur serait capable de le concevoir ? Son ton trahissant une telle certitude…

  3. Cher apôtre,

    Merci pour votre message. La réalité n’est pas forcement différente mais sans doute plus complexe. Ces deux articles sont le fruit d’une réelle enquête menée grâce au témoignages de ceux qui l’ont côtoyé, de ceux qui l’ont rencontré et de ses propres actes et déclarations. Nous ne parlons pas du diable, mais bien d’une catégorie de gens rencontrés quotidiennement dans toutes les strates de notre société. Des gens dangereux. Sur ce point cela ne souffre hélas aucune contestation possible. Après, Yannick Agnel peut très bien être devenu un grand merdeux prétentieux qui ne touche plus terre c’est une autre histoire qui n’impacte en rien la personnalité de son entraîneur qui est ce qu’il est. Nous n’avons jamais épargné aucun des acteurs corrompus de cette société du spectacle, nous ne commencerons pas aujourd’hui. Si vous êtes lecteur du Vestiaire, vous devez savoir que nous avons déjà à plusieurs reprises égratigné et stigmatisé certains comportements de l’Agnel dont son départ pour les Etats-Unis. Quant à la vidéo du 200m, si ces déclarations du Pellerin vous paraissent celles d’un entraîneur normal, alors nous vous conseillons une bonne psychothérapie ajoutée à une formation de management. Ceci n’est pas une invective mais un simple conseil. Vous y apprendrez peut-être que dire publiquement que son protégé a été nul n’est pas la réaction la plus saine du monde.

    Et félicitations pour être parvenus à poster votre message avant la neuvième tentative.

  4. Il manque, pour que le formidable travail journalistique que voici soit apprécié et respecté à sa juste valeur, …le nom de son auteur.

  5. Bonjour levestiaire,

    Une fois un message deja ecrit, votre interface propose le bouton +change+ c est la raison pour laquelle par megarde j en ai poste plusieurs au lieu de simplement changer le message initial.

    Merci pour la sympathique remarque de la fin du message.
    (en tant qu administrateur chapeau bas !)

    L entraineur de Yannick Agnel est un malade ainsi que….tous ceux qui auraient tendance a remettre un tant soit peu votre article en question…comme moi maintenant ou un autre demain…

    J insiste :
    A aucun moment il dit que son nageur a ete nul, certes il fait a mes yeux un bilan severe mais c est tout.
    Vous qui etes cense savoir enqueter, demander a mille personnes de revoir cette video de Dubai 2010 et posez leur la question ensuite s il y a eu insulte ou humiliation.
    Beaucoup parleraient de severite et de bilan sans appel sans evoquer les mots que vous avez avances.

    Si j en croise je les inviterai a venir avec moi suivre une therapie, celle qui consiste a survivre a l acidite des temps modernes.

    Bon sans rancune, mais blague a part : votre conseil de psychothérapie, je devrais vous le retourner mais vous n en feriez rien.

  6. Tant de hargne et d’efforts à déverser sa bile trahissent une forte propension à la frustration, me semble-t-il. Un brin d’humiliation en fin de commentaire pour ceux qui oseraient contester vos dires. Félicitations pour votre fair-play !

  7. Chers tous,

    C’est avec un grand plaisir que nous redécouvrons une polémique digne des grandes heures du Vestiaire que vous êtes tous trop jeunes pour avoir connu. A l’époque nous vous aurions chacun fessé cul nul en place publique ou censuré c’est selon. Aujourd’hui nous nous contenterons d’expliquer : la psychothérapie évoquée n’est en rien humiliante, même si elle est un brin moqueuse. C’est grâce à elle que l’auteur de cet article est parvenu à comprendre et révéler la personnalité du mentor. Sur la vidéo nous n’allons pas épiloguer davantage vous n’êtes pas d’accord, nous ne réussirons pas à vous convaincre. Ce n’était qu’un exemple dans notre démonstration, on s’en passera. De toutes façon le simple fait que vous ne vous focalisiez que sur ce passage valide l’ensemble du reste l’explication. Nous vous félicitons donc pour ce bel effort et cette honnêteté intellectuelle. Et pour montrer notre fair-play on accepte de rejouer la touche.

  8. Cher levestiaire,

    Le simple exemple de la video n avait d autre but que de relativiser la credibilte de tous autres points avances……

    Cela semblera pas mal evident………….a pas mal de monde.

    Quand a la fessé cul nul en place publique…je regrette de ne pas vous rencontrer entre quatre yeux et vous inviter a passer a l acte.

    Vous verriez que je ne manque de verbe, ni d idees ni de quoi que ce soit d autre utile et adapte a la situation !

  9. Sacré Vestiaire. Vous critiquez l’humiliation en public de votre nouvel ami et vous la proposez aux fesses de vos lecteurs. A une différence près je vous l’accorde : vous n’êtes pas leur entraîneur, et ils ne sont au mieux que vos apôtres. Je constate juste que mes congénères commentateurs prennent mal votre offre de psychothérapie, ce qui veut dire que la psychothérapie est une honte à leurs yeux. On est des gens normaux, comme Yannick Angel et Fabrice le pèlerin : on préfère l’affrontement et se quitter en se chiant à la gueule sans essayer de comprendre, c’est bien plus sain.
    Sur ce, je vous laisse à vos ébats de fesses, je vais me faire l’intégrale de Philippe Lucas aux Guignols, hu hu.

  10. Une question quand même pour l’apôtre, juste pour être sûr : quand vous dîtes que Pellerin ne dit pas qu’Agnel est nul, vous faites référence à « un start déplorable », à « il a quand même grillé une belle cartouche » ou plutôt à « il n’a pas le niveau c’est tout, le bilan est très simple » ?

  11. Phil m’enlève les mots de la bouche. Je me suis moi aussi permis de visionner les encouragements de Fab à l’égard de Yannick. Et je me demande où est le débat ? Le type est insultant, humiliant voire méprisant. J’ai pratiqué le judo a un haut-niveau, je pense suivre le sport dont la natation assez régulièrement depuis un vingtaine d’années et je n’ai jamais vu un entraîneur parler en public aussi agressivement de son propre élève. Mais c’est effectivement ce qu’on doit appeler la chaleur humaine ou le respect en natation. Pour le reste je m’en fout, j’y connais rien en Freud. Si ça se trouve ce sont deux tarés ou pas…

  12. Au risque de choquer philcozon ou gaellemageos, je ne trouve là aucune forme d’insulte, d’humiliation ou de mépris.

    Fabrice Pellerin analyse froidement une très grosse contre-performance de son poulain, consécutive à une course dans laquelle il avait preuve de beaucoup de suffisance… trop, d’ailleurs: il s’était fait éliminer prématurément contre toute attente.

    Les mots du coach sont sans concession, certes, mais très justes; et reflètent la cruauté de l’échec.

  13. Soit vous n’avez jamais été sportif, soit vous aimez vous faire traiter comme de la merde en public, ou vous même aimez traiter les gens de la sorte et je n’aimerais pas dans ce cas travailler avec vous. En tous les cas de type de déclaration est légitime en privé, les yeux dans les yeux, on ne s’adresse pas comme ça à son élève, ni même à son employé quand on est patron même si le travail est à chier, même si le type fout rien avec prétention. Au mieux il est incompétent au pire c’est un pervers comme les aime vos amis du vestiaire.

  14. Merci gaellemageos pour cette psychanalyse, certes courte mais ô combien pertinente et juste.
    Je vous dois combien ?

  15. Pour apporter de l’eau aux lettres de mon moulin, je crois me rappeler que la natation n’intéressait personne en 2010, Bernard n’était pas encore champion olympique, Manaudou non plus. La preuve, aucune télé n’a filmé cette interview de Pellerin, qui ne pouvait donc pas se douter que ses paroles puissent être entendues. Ce n’était donc pas dans le but de détruire son petit poulain en public, il n’aurait pas fait ça, il lui a tout donné.

  16. Attention Phil, votre ironie frôle le carton jaune. Point trop n’en faut ! Bien mal acquis ne profite jamais ! Quand on sait on se tait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *