Carte blanche Formule 1 : Tiens ton volant, Tatiana !

On a longtemps cherché mais finalement on a pas trouvé comment plaider pour l’organisation des Jeux paralympiques en même temps que les Jeux olympiques, sans sortir de notre ligne éditoriale. Alors tant qu’à être progressiste on a demandé à l’un de nos plus fidèles lecteurs de nous pondre un truc sur la place des femmes dans le sport.  Ca tombe bien, l’une d’entre elles a même appris à conduire.

© Twitter Tatiana Calderon

 

Par notre ancien et nouveau spécialiste Formule 1 également spécialiste cinéma.

En 1994, Aki Kaurismäki réalisait « Tiens ton foulard Tatiana« . Il aura donc fallu attendre plus de 20 ans pour qu’une Tatiana refasse à nouveau la une des médias si l’on excepte celle de Secret Story 1.   Elle s’appelle Tatiana Calderon et à partir de là on peut se demander comment continuer un article sur les femmes et les bagnoles sans paraître sexiste.

 

 

D’abord en rappelant la disparition des Grid Girls des circuits même si ça ne fait pas que des heureuses. Et oui, faire la potiche à côté des pilotes c’était un vrai engagement féministe. Ensuite, en évitant les jeux de mot tout nazes genre gros cube, gros cu(l)be. On aurait en effet pu dire que la Colombienne allait devoir caser le sien dans une Sauber Alfa Romeo. 

Marius, Panis, Cesar

Alors, la F1 va-t-elle remplacer les femmes objets par les femmes pilotes ? Pour mémoire papy Ecclestone n’a pas toujours été si rigide sur ce point.  Ainsi en 1992 Giovanna Amati s’asseyait dans une Brabham. Sur Jack Brabham on sait pas mais l’Italienne n’avait jamais réussi à se qualifier bien aidée par son véhicule un peu pourri. Pas de quoi en tirer une règle générale, on a aussi connu beaucoup de mauvais pilotes masculins, rien qu’en France, et de mauvaises voitures. Quoi  Olivier Panis, quoi Ligier ? 

Par la suite Maria de Villota aurait peut-être tenté sa chance mais un accident particulièrement stupide lui ôta la vie lors d’essais pour le compte de Marussia. Depuis, Susie Wolff a essayé de 2012 à 2015 mais chez Williams l’horizon était clairement bouché pour elle.

Zéro de conduite

Alors Calderon a-t-elle ses chances ? Certes la physiquement très  compétente Carmen Jorda vient d’être nommée au sein de la commission femme de la FIA mais ce n’est pas gagné pour autant car, et c’est un scoop, les hommes restent de gros machos. En tout cas le passage de Calderon de Development driver à Test driver au sein de l’écurie helvétique est à l’évidence une promotion.  L’an passé, elle a vécu sa première saison en GP 3. Pour un bilan de 15 courses, 7 points et une 18ème place finale.  Si ça ne vous semble pas brillant sachez  que ses coéquipiers avec un penis n’ont pas vraiment fait mieux. Enfin, en World Series Formula V8 3.5, elle a marqué deux fois en deux courses dont un podium et sans mourir. C’est toujours mieux qu’Ayrton Senna sur ce point. On peut donc désormais considérer qu’elle sait conduire. Les clichés en resteront là.

Pendant ce temps-là Gérard Holtz a passé le bonjour à Thierry Roland et Marianne Mako. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *