Formule 1 : Alonso morning (2/2)

Voilà une façon très habile de faire venir des amateurs de basket-ball qui repartiront aussi vite. Voici la suite de notre présentation de la saison. 

Par Henri Carl

Le suspense est assez mince, en tout cas autant que son palmarès qui stagne désespérement depuis douze ans. Déjà ? Et oui, la F1 était même peut-être encore sur TF1 et Pierre Van Vliet parmi nous.  Alonso va donc enfin pouvoir rouler avec une voiture compétitive en ayant refourgué le moteur Honda à Porco Rosso ou un truc du genre.  Il ne faut quand même pas s’attendre à un nouveau titre suprême qui tiendrait davantage du miracle mais plus à  quelques coups d’eclat, pas façon Bourdais quand même. Et ce sera quoi déjà le moteur de sa McLaren ?  Renault, en effet. Hulkenberg et Sainz Jr vont donc trouver à qui parler. Mais le premier cité ne comprendra pas les deux autres et se rapprochera donc plutôt de Vettel. Derrière on devrait retrouver un détonant duo composé Magnussen et Grosjean avec un moteur Ferrari calé dans une Hass. Vous ne comprenez pas ? Moi non plus surtout quand j’ai vu leurs superbes qualifs à Melbourne (5ème et 6ème). Avec de bons mecanos ils auraient même pu finir dans les points voire terminer tout court.  Pour en finir avec le ventre mou du championnat, il convient d’évoquer Force India. On sent qu’ils en ont sous le capot mais Ocon et Perez comme le reste du Team ont encore besoin d’engranger de l’experience et de se montrer plus rigoureux. On veut des pros.  

Manche à balai

 Avec une 16ème  et  une 20ème en qualifs, Hartley et Gasly n’ont pas cassé le manche le week-end dernier. La saison s’annonce compliquée pour deux pilotes certes doués, qui ont bien réussi ailleurs, mais qui n’auront clairement pas l’ensemble le plus fiable. On se demande s’il ne vaut pas mieux avoir le moteur Honda sous une cloche ou dans la vitrine de son salon plutôt que dans une F1.

Et pour finir on va dire au revoir à deux assemblages séduisant sur le papier, repoussant dans la réalité. Franck Williams dans son fauteuil terminerait probablement devant sa propre voiture malgré un beau moteur. Si en plus elle est conduite par Stroll ou même un Russe sobre… Et dire qu’il y a 25 ans il suffisait de s’installer au volant pour remporter le titre. Pour ceux qui survivaient.  C’est cruel mais le dernier artisan en F1 n’est pas au top, Senna non plus, quant à Schumi on ne sait plus trop.  Il y aura quand même pire cette année : un mot donc sur les Suisses de Sauber qui ont (enfin) récupéré une version actualisée du moteur Ferrari. C’était une bonne nouvelle. Quand on voit les premiers essais, les qualifs et la course on se demande si elle est si bonne que ça. Ericsson a toujours et encore le soutien des actionnaires, ce qui, vu ses résultats, force le respect. En plus d’être la star de nombreux conflits à travers le monde, Charles Leclerc est un futur grand mais il peut aussi être un futur gland. On ne va pas prendre de risque même si on a une idée de la réponse. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *