L’édito : Memphis deux pets

Il va nous manquer. Ou pas

C’est une des pages les plus importantes de l’histoire  du sport qui vient de s’écrire.

L’édito du Vestiaire a même failli ne jamais revenir. Tout a commencé avec l’annonce du départ d’une légende de la télévision française et de la coiffure, un dénommé Lionel Chamoulaud. Si la terre semble se dérober sous vos pieds, accrochez-vous. Difficile de rendre hommage à Chamou tant il n’a rien apporté en terme d’émotion, d’expertise voire de souvenirs aux telespectateurs, hormis les plans sur une de ses femmes durant Roland-Garros, son bouquin sur les familles nombreuses recomposées  et quelques articles marrants. Tout le monde semble s’en foutre. Ni sms de sportifs pour le saluer, ni même de Bein sport qui ne semble pas intéressée par ce monument du service public. A 58 ans, il ne songe même pas à la retraite, animé qu’il est pas sa passion du journalisme. Un professionnalisme qui pourrait le pousser à devenir coach en communication auprès des jeunes sportifs. Pas certain qu’ils soient interessés eux non plus et c’est tant mieux.

Pendant ce temps-là, Isner a même profité de cette parenthèse enchantée pour remporter un tournoi. Et Depay ? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *