Retraite : Parker est-il le meilleur meneur de tous les temps ?

Six ans après la première publication de notre classement et le départ de Jason Kidd, Tony Parker en a enfin fini avec sa carrière. Où le situer parmi ses homologues de ces 25 dernières années ?  Est-ce volontaire d’écarter Magic Johnson, Oscar Robertson et de laisser une photo de Shawn Kemp la star des cours de récré des collégiens du début des années 90 ?

sk (2)

5. Steve Nash

Il avait un super nom mais une drôle de tête et une nationalité pas géniale. Et rien que pour ça il serait difficile de le classer plus haut malgré une carrière et un niveau plus qu’honorables. Surtout qu’on a dégagé Payton alors que pendant que tous les élèves de troisième étaient fascinés par le duel Shawn Kemp / Grant Hill, il y en avait toujours un pour sortir sa vignette avec la tronche de ce bon vieux Gary dessus. Dissimulant sans doute dans sa chambre un poster du joueur à côté de celui de Pamela Anderson chichement vêtue et de l’affiche de Fantomes contre Fantomes quand Michael J. Fox ne sucrait pas encore complêtement ses fraises. Et pourtant il a jamais signé à la Vaillante Sainte-Gemme, le fleuron du basket lot-et-garonnais. C’est pas plus con que si Nanterre avait été champion de France.

4. Chris Paul

Quelle surprise de retrouver le plus doué, complet et influent de la liste à cette modeste quatrième place. Les Clippers, on est d’accord c’est lui. Mais ils ont fait quoi ces fameux Clippers depuis qu’ils étaient la risée du monde entier dans les années 90. A force de dire qu’un joueur est important, il faut en assumer les conséquences à un moment ou à un autre. Paul il est super fort mais il gagne que dalle. Chris c’est pareil. Alors nous faites pas chier avec Billups et Williams.

3. John Stockton

Le Gary Payton blanc a joué si longtemps que même à raison d’une passe par match il aurait fini avec des stats affolantes. Ce qui est affolant c’est qu’avant il était dans le Top 4 d’ESPN juste derrière Isaiah Thomas. Donc juste derrière Dieu. Et que maintenant, il est devant. Sinon bienvenue au club de ceux qui ont gagné rien du tout à part les Jeux Olympiques.

2. Tony Parker

Il est certain qu’à la longue il va bien falloir finir par reconnaître que le Français réalise une carrière exceptionnelle car c’est un joueur exceptionnel. D’accord on ne peut pas se contenter de ses points marqués d’une régularité hors du commun. Et ce n’est pas 12. D’accord il n’a gagné que 4 titres NBA. D’accord il évolue dans un terrifiante machine huilée à la sueur de Tim Duncan. D’accord il a déjà mis 55 points et 10 passes dans un même match. D’accord il a déjà été élu MVP des finales. Mais bon défensivement c’est ni Stockton, ni Paul, ni Kidd. Ben non c’est Tony Parker. Et jusqu’à preuve du contraire San Antonio a été la meilleure équipe pendant 10 ans et rarement elle a joué sans Parker dedans elle.

1. Jason Kidd

Il prit sa retraite l’année où Parker fut très proche de le rejoindre, et pas qu’à l’infirmerie. Mais où alors ? Lui a toujours évolué dans des équipes bizarres même si une fois il a joué avec Vince Carter. Sinon il a été drafté en même temps que Grant Hill. Mais lui sa célébrité a duré plus de 3 ans. Et même 20. La concurrence n’a pas toujours été aussi forte qu’aujourd’hui mais c’est aujourd’hui qu’il a choisi pour remporter enfin le championnat. Juste avant il avait fait des finales avec les Nets. Les Nets ? Beurk. Le tout en marquant moins que Parker et sans Duncan et Ginobili. Ok Payton ?

1 bis. Stephen Curry

Il y a six ans, on ne le connaissait pas. Depuis, il est devenu le meilleur shooteur ever. Il ne sait rien faire d’autre et connaît même pas la différence entre un curry indien et un curry japonais. Mais quelle importance, Kevin Durant s’en contente très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *