Cyclisme, VTT : Miguel endurant

Miguel Martinez est donc de retour. Ça ne dira évidemment rien aux moins de 35 ans, et même ceux de 35 ans s’en foutent surement. Déjà qu’Absalon on s’en souvient pas trop.

Miguel Martinez a donc fini par oser regarder son palmarès et celui d’Absalon en face. A près de 50 ans le voilà reparti pour un dernier tour, histoire d’effacer les dégâts. Mais il n’osera quand même pas sortir son vieux Bicross de la cave. Il fera de la route c’est moins salissant. 

Souvenez-vous, Miguel, le mal prénommé, était considéré comme une légende du VTT lorsqu’il enfourcha une bicyclette normale. On se rendit vite compte qu’il n’était en fait qu’un coureur très moyen.  Car le gentil Julien qui lui succéda devint le meilleur vététiste de tous les temps et entra dans le panthéon des plus grands sportifs français de l’histoire.  Miguelito n’était plus que le fiston de Mariano Martinez. Alors qu’il fut quintuple champion du monde. Ah bon ?  Ben oui, si on compte bien 1 titre en junior+3 titres en espoir + 1 en senior, ça fait 5.  Et pourquoi  pas deux titres olympiques chez les mini-poussins ?   Faut pas trop se foutre de la gueule du monde.

0 réponse sur “Cyclisme, VTT : Miguel endurant”

  1. Je vous cite : « ou la médaille de bronze aux Mondiaux de gym de la boutonneuse Cassy Vericel « .
    Je connais très bien Cassy et elle n’a pas un seul bouton ! Votre expression est désobligeante…
    Journaliste ?… Ecrivaillon ! Il faut faire impression mais si on blesse sans s’en rendre compte ! Encore qui « s’écoute écrire »…
    Gilles

  2. Bis…
    Quant à Miguel, il reste et restera toujours un « grand champion ».
    Son palmarès multi-discipline est éloquent. Et grandit encore celui de Julien.
    Quelque soit son physique ! Et s’il est ingrat, que dire de ta plume !
    Tu n’as pas dû réussir dans le sport, ce sont des mots de frustré, ça.
    Il est inadmissible de s’en prendre au physique des gens, surtout quand on ne signe pas ces attaques sordides, indignes d’un journaliste digne de ce nom…!
    Gilles Durantet

  3. Gilles, c’est toi?
    En tout cas, on te reconnaît bien là, toujours cette gouaille, cette manie d’aboyer et de pourfendre la veuve et le félin. Et surtout cette causticité à faire palir Jean-Baptiste Mendy. T’es quand même un peu dûr avec Miguel, tu crois pas qu’il a assez souffert pour ne pas avoir à encore subir ton ironie sur son palmarès catastrophique? Mais bon, avec toi on est habitué, on s’est toujours sacrément marré, c’est pas maintenant qu’on va t’en vouloir.
    Quand j’ai vu que tu me tutoyais j’ai vite compris, malgré les années que j’avais à faire à mon Gillou. Alors qu’est-ce que tu deviens, toujours avec cette véreuse? On s’est pas beaucoup vu depuis 1966, on devrait peut-être reprendre contact. Je suis resté sur mon Lyon natal, et toi?

    Cassy Varicelle

Répondre à levestiaire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *